The Moorish Wanderer

Une Théorie du Jeu des Coalitions

Posted in Flash News, Intikhabates-Elections, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on October 20, 2013

Maintenant que la nouvelle coalition gouvernementale est en place, je me dois d’expliquer l’inadéquation d’un pronostic présenté dans un post précédent sur la non-crédibilité du retrait de l’Istiqlal de la coalition post-Novembre 2011. L’argument s’articulait sur un arbitrage portefeuilles ministériels et majorité parlementaire, qui a été invalidé précisément par la distribution des maroquins dans le gouvernement Benkirane II. D’autres hypothèses attachées à la formulation de la théorie (un jeu en une seule période plutôt qu’à coups successifs) se sont aussi avérées défectueuses.

Malgré tout je persiste à soutenir que les interactions du champ politique marocain se prêtent très bien à une modélisation faisant intervenir des mécanismes de comportements rationnels, même si la réalité ne semble pas à priori, exhiber une logique rationnelle dans les comportements de nos politiciens. Ce décalage est à mettre au compte du jeu politique lui-même, sans pour autant remettre en cause l’application systématique de ces principes décrits plus hauts.

Il est toujours intéressant d’observer quelques données empiriques issues des diverses élections législatives tenues depuis 1963: après tout, l’expérience des coalitions gouvernementales précédentes contient suffisamment d’informations quant aux habitudes de négociation des politiciens dans la formation de la majorité, et ce abstraction faite des limitations de la campagne électorale ou de la validité des résultats eux-mêmes; On peut convenablement considérer les tailles des différents groupes parlementaires ex nihilo pour la principale raison que le gouvernement doit se mettre à l’abri de motions de censure, ou encore de votes adverses sur des projets vitaux (comme la Loi de Finances).

Une brève estimation du lien entre majorité gouvernementale et divers facteurs, comme le nombre de membres de la coalition, l’identité partisane du Premier Ministre (ou Chef du Gouvernement) l’identité partisane du Parti leader dans la coalition majoritaire, et enfin le nombre de partis représentés dans l’hémicycle.

Le cas simple d'une représentation bipartite illustre l'effet disproportionné d'un éclatement de la représentation en parlement

Le cas simple d’une représentation bipartite illustre l’effet disproportionné d’un éclatement de la représentation en parlement. La Balkanisation oblige la coalition majoritaire à être plus large, et inévitablement hétéroclite.

Le lien entre la majorité parlementaire et le nombre de partis représentés est suffisamment fort pour donner une justification quantitative à un lieu commun: un parlement éclaté (balkanisé) handicape sévèrement la formation d’une coalition majoritaire. Chaque parti représenté par un seul député est capable de forcer la coalition majoritaire à chercher 4% supplémentaires de sièges. Pour avoir une idée du pouvoir de nuisance qu’exerce une représentation balkanisée au Parlement, un député sur 395 (ou un parti représenté par un seul député) peut forcer la coalition gouvernementale à chercher 16 députés d’un seul groupe (ou d’un seul parti)

De plus, l’identité partisane du chef de la coalition semble avoir un effet significatif sur la composition de la majorité gouvernementale: les partis de la Koutla (USFP et PI) ont plus de difficultés à composer leurs coalitions respectives que les non-Koutla (RNI, UC ou PJD) une probabilité 10% plus élevée à former une large coalition. Différentes raisons expliquent cet écart, mais il est intéressant de noter que si l’on considère les prochaines législatives de 2016 comme une compétition PI/PJD, ce dernier a un avantage additionnel à former plus facilement une coalition majoritaire. Koutla_NoKoutlaOn observe aussi que l’arrivée des partis de la Koutla à la position principale de chef de coalition coïncide avec la multiplication des partis représentés au Parlement, un résultat confirmé par la différence majorité en absolue (abstraction faite de la taille des parlements issues des différentes élections considérées) une moyenne de 13 sièges lorsque l’Istiqlal ou l’USFP étaient chefs de coalition gouvernementale, 50 sièges en moyenne pour les autres partis (FDIC, RNI, UC, PJD) ou lorsque le gouvernement est dirigé par une personnalité apartisane. Il est à noter que l’étiquette partisane du Chef du Gouvernement (ou Premier Ministre) compte peu dans la taille de la coalition gouvernementale, ce qui implique que les interactions de formation de coalitions majoritaires sont principalement liées au degré d’éclatement des groupes parlementaires.

Les résultats décrits suggèrent donc une contrainte supplémentaire pour le parti-leader à former sa coalition, en l’occurrence le nombre de partis représentés au parlement. Dans le cas du PJD, il s’agit de trouver la plus petite combinaison de partis alliés pour obtenir 198 sièges. Paradoxalement, il est plus difficile de réunir cette coalition lorsque le nombre de partis au Parlement est très large; cela explique les difficultés successives de M. Youssoufi en 2002 (et l’échec à former une coalition sous le leadership de l’USFP) ou M. El Fassi en 2007. La première erreur était de sous-estimer l’effet disproportionné qu’exercent les petits partis sur les chances de création d’une majorité stable: si ceux-ci ont peu de chance de faire partie de la coalition elle-même, leur existence affaiblit les plus larges partis dans la taille de leurs groupes respectifs,

Dans l’absolu, trois partis sont suffisants pour réaliser une coalition majoritaire: PJD, Istiqlal et RNI. Or cette coalition est instable car le PJD a une incitation à chercher à diluer la force de ses alliés en proposant à des groupes parlementaires moins importants de les remplacer – de même, les alliés les plus importants dans le coalition gouvernementale peuvent créer des difficultés en faisant un chantage (dont les retombées sont difficiles pour ma part à inclure dans la formalisation proposée)

Chaque coalition formée débouche sur des incitations pour les "nouveaux" alliés (et le chef de coalition) à chercher à la déstabiliser

Chaque coalition formée débouche sur des incitations pour les “nouveaux” alliés (et le chef de coalition) à chercher à la déstabiliser

Comme on peut le voir sur le schéma ci-dessus, la seule solution viable pour le PJD à former une coalition dont il contrôlerait la stabilité est de paradoxalement la diluer en admettant un nombre plus élevé que nécessaire d’alliés, affaiblissant ainsi par l’occasion la viabilité du gouvernement. Le seul cas de figure où une coalition stable est viable serait lorsque le PJD (qui par les règles du jeu de coalition en fait forcément parti) a besoin d’autant de siège que le plus petit allié peut offrir: dans ce cas, c’est avoir 178 sièges pour les 20 du PPS.

Moroccan Elections for the Clueless Vol.7

A little-known party (for the younger generation, anyway) plays an important role in the A8 Alliance, an establishment party with a very good chance to go back into office, although with junior positions, compared to the portfolio it held some 30 years ago.

Maâti Bouabid (1927-1997) managed to be a UNFP labour relations minister in 1960, a independent justice minister in 1977, and Prime Minister in 1979.

the Union Constitutionnelle (UC) is one of these administrative parties created conveniently to deny the Koutla opposition any chance to take over parliament and government. After all, UC party was dubbed “Parti Cocotte-Minute” (pressure-cooker party) as it was founded April 1983, contested local elections in June 1983 and got a plurality of votes in the general elections of September 1984. And ever since then, their caucus has retained a respectable number of representatives; In 2007, they pulled off about the same number of  representatives as USFP did (not a very flattering comparison for the left-leaning party)

But the trademark of this obscure party remains its almost brazen embracing of Neo-conservative, right-wing economics right from day one. During its first convention, the ground rules of its self-proclaimed ideology had been laid out, especially in its economic manifesto: State property (SODEA and SOGETA, mainly) of farmlands needs to be divested by leasing them to farmers and sometimes to cooperatives. UC was also the first party to push for privatization to roll back state intervention in output production, a lighter fiscal apparatus for everyone and developing private financial institutions. And its staunch commitment to right-wing economics is somewhat at odds with the self-proclaimed left-of-centre stance from its senior partner, the RNI; but on policies and broad ideological lines, both parties are a perfect match. So perfect that they have managed to strike a deal in merging their representatives into one single caucus (RCU) even though one party is in the opposition and the other in government.

Tall Brother Mezouar (RNI) and Small Brother Abied (UC). (Picture: le Matin)

Although UC has not been directly involved with privatization policies that have started with the 1990s, the subsidy lift on some strategic goods that triggered bloody riots on June 1984 happened under UC founder and grandee, the late Maâti Bouabid. Incidentally, his background, as well as the connotation behind the party’s name, where a bit of a pied-de-nez to the socialist opposition (at that time, USFP has taken over from UNFP a long time ago) with an emphasis on established institutions (namely the 1962 constitution and its subsequent reforms of 1971 and 1972). Mâati Bouabid was also UNFP Representative to Casablanca in the 1963 Parliament, as well as  the city’s first head of local council.

Though Bouabid’s death in 1997  has brought the party into political obscurity, the A8 Alliance could well be an opportunity for Mr Abied, UC Leader, to add one last line to his public service résumé by holding a second ministerial position after 1992 (Social Affairs and Traditional craftsmanship minister) before retiring from politics.

Just like Independents-turned-RNI in 1977, UC candidates wiped the floor with the whole political spectrum by capturing 55 seats in the general elections, and some 1.1 Mln votes. With indirect-ballot elections, the 83-members strong UC caucus fielded a healthy house majority of 27.6%, about the same number of seats RNI and PND carried after the election, and way before the Koutla (USFP, Istiqlal and PPS) And that decline referred to earlier on is not such a dramatic one, all things considered: the arithmetic of parliamentary caucuses establishes a certain threshold when it comes to “hizbicules” and “mainstream parties”; so far, with the UC caucus ranging from 49 seats in 1997 (7 less than USFP) and 27 in 2007 (6 less than USFP) figures that still make UC look like a mainstream party, albeit in a state of discrete opposition.

Why care about this party? One might think the alliance is not likely to stand the ensuing political horse-trading that follows election results (unless they have already agreed on who gets which ministry, which brand of car, etc.) but, if the RCU is in charge of the economic strategy, both UC and RNI have the credentials, as well as a respectable record in implementing right-wing, unpopular, trickle-down, voodoo economics, that is, slashing taxes for the rich, freezing and cutting front-line services at the expense of a majority of citizens… The nasty coalition is back.

1997 UC Logo. They retained the orange colour, but traded the fruit for a horse.