The Moorish Wanderer

Ma Petite Entreprise ne Connait pas La Crise

Posted in Dismal Economics, Moroccan Politics & Economics, Morocco by Zouhair ABH on September 6, 2012

Le protefeuille détenu par SNI-ONA, puis SNI entre Août 2009 et 2012 a réalisé une progression annuelle moyenne de 5.5%, contre -2.86% pour l’indice MASI sur la même période.

Elle ne connait pas la crise en effet. (même si elle n’est pas petite.)

L’indice synthétique SNI-ONAweX (valeurs détenues par SNI-ONA, puis SNI pondérées par leurs contributions respectives au portefeuille détenu par le conglomérat) obtient des rendements supérieurs à ceux de MASI et SNI-ONAeX (pondération uniforme)

La méthodologie pour le calcul des deux indices comparés au MASI est simple.

1/ On rapporte d’abord la composition du portefeuille SNI-ONA pour chaque année fiscale, 2009 à 2012. Cette composition de portefeuille est ensuite croisée avec les valeurs en bourse où le conglomérat SNI-ONA a une prise de participation quelconque. (exemple: Etats Financiers de 2012)

2/ Dans un premier temps, on suppose une capitalisation uniforme pour toutes les valeurs détenues par le holding. C’est l’indice SNI-ONAeX, lequel a réalisé un rendement annuel de .86% pour les trois dernières années. Ensuite, on raffine l’exercice en introduisant une pondération annuelle, dépendant du portefeuille détenu par le holding d’année en année. L’indice SNI-ONAweX représente une valorisation plus réaliste du rendement engrangé par le portefeuille du célèbre conglomérat.

3/ On utilise Août 2009 comme année de base pour les trois indices, afin de calculer le rendement annuel; par exemple, le rendement de l’indice SNI-ONAweX pour l’année 2009-2010, a été de 14.3%, contre 8.37% pour l’indice MASI. D’ailleurs, l’écart de rendement entre le MASI et ce portefeuille a commencé à s’élargir significativement dès la fin de 2011, précisément au moment où la Bourse de Casablanca commençait à baisser (je dirais même, au moment où la bulle a crevé, mais je serais mauvaise langue alors). On peut même observer une sur-performance consistante sur les 3 années, où le portefeuille SNI-ONA battait systématiquement le MASI, et même l’évolution de la capitalisation boursière CSE. (l’exercice serait beaucoup plus intéressant sur la période 2000-2012)

Je souhaiterais mettre cette constatation dans son contexte théorique. j’avais un boss qui me disait souvent: “s’il y avait un moyen infaillible de faire de l’argent en bourse sur une longue période de temps, quelqu’un l’aurait déjà trouvé”. Cette boutade illustre parfaitement l’idée généralement partagée de ce qu’on croit être l’équilibre des marchés financiers. Pourtant, si l’évolution du MASI est considérée comme étant celle du marché (potentiellement à l’équilibre) alors comment expliquer la sur-performance continuelle de l’autre indice?

C’est ce qu’appellerait Eugène Fama la forme forte d’efficience du Marché: il devient clair que l’information passée et publique incorporée dans le prix des actifs échangés en bourse ne peut expliquer à elle seule l’équilibre du marché. Il y a donc une information privilégiée, un marché oligopolistique, ou même monopolistique de l’information financière; d’un autre côté, il se peut aussi que la distribution de ces actifs financiers soit déséquilibrée (pensez à la pondération respective des actions Ittisalat Al-Maghrib et Attijari Wafabank dans le calcul des indices MASI, MADEX ou FTSE Morocco)

Bref, ce sont potentiellement 23 Milliards de dirhams en plus dans les poches du conglomérat sur les 3 dernières années, comparés à une perte de 66.9 Milliards de dhs pour la capitalisation de la Bourse. Certes, le portefeuille SNI-ONA ne représentait en moyenne que 4.58% de la capitalisation Casablanca Stock Exchange (CSE) mais ça représente malgré tout une anomalie de taille (d’ailleurs, cette performance augmentera surtout durant l’année 2010, au moment où les titres ONA sont radiés de la Bourse)

Note: Toutes les séries chronologiques utilisées ont été téléchargées du site de Casablanca Bourse.