The Moorish Wanderer

Unfair Rankings? Morocco’s Persecutory Delusion

The latest press statement from the Government’s Spokesperson does not deviate from an established line of argument whenever a global ranking does not square with the official claim of Moroccan progress. The latest of such event was the 2014 Freedom House ranking: Morocco ranked 147 out of 197, in the 75 lower percentile for Freedom of the Press. Without prejudice to Freedom House’s methodology, is there any way to verify the claim Morocco’s progress was understated in this ranking? And if so, where would we be?

Morocco's good regional ranking belies a small decline in its pre-Arab Spring score.

Morocco’s good regional ranking belies a small decline in its pre-Arab Spring score.

A preliminary comparison does not put us in such a bad place after all, in view of the Arab Spring aftermath: Morocco ranks well among MENA countries, although this comes hardly as a good indicator, given the dramatic positive changes in Tunisia and Libya since 2010, and on the other side of the spectrum, Bahrain and UAE did worse.

Morocco however did not improve its ranking thanks to government policies, as the communique alleges, in fact, there has been a slight degradation with respect to its pre-2010 score, but not enough to affect its ranking. As the saying goes: in the kingdom of the blind, the one-eyed is king.

Taken to the global level, things are not as straightforward: on the one hand,  the decline in Morocco’s score is not large enough to label it a regression in press freedom, on the other hand, global trends around 2010-2011 provide a good estimate for what should have been the trend score and ranking. In any case, Morocco did not do well enough, and probably does not deserve the improvement in its ranking.

The communique states:

Force est de signaler que certains pays qui ont connu des arrestations de  journalistes, saisies de journaux et fermetures de portails web, ainsi que  d’autres qui sont instables, ont toutefois occupé des places meilleures que  celle du Royaume, qui n’a pas enregistré de telles décisions, a relevé M. Khalfi.

Of the 14 countries labelled ‘Not Free’ better ranked than Morocco, some did for some register arrests and/or censorship, but the fact of the matter is that Morocco’s weakness comes from its relatively low political sub-score: the final score is summed over three categories (Legal, Political and Economic) and the determining factor had been the sub-ranking on Political Freedom, where Morocco does comparatively worse. Per Freedom House’s methodology, the various initiatives heralded in Morocco do not meet the standard set by, among others, the Universal Declaration of Rights, and so do not register in favour of Morocco’s political sub-score. In short, the post-2011 reforms were not enough to overtake other countries, on par or slightly better ranked.

All of this does not absolve the Moroccan authorities: at the national level, the trend should have been improving since the mid-1990, which is not the case, and at the sample level, comparative benchmark point to a substantial improvement which did not materialize.

The growing gulf since 2011 is an indication of Morocco's failure to live up to its expectations.

The growing gulf since 2011 is an indication of Morocco’s failure to live up to its expectations.

The graph on the right plots Morocco’s actual versus hypothetical scores between 1993 and 2013. A downward trend means an improvement in freedom status, and that was not the case for Morocco: the hypothetical trend is derived from the average performance of countries with comparable scores in 1993, and those have improved dramatically their score throughout,  even as Morocco recorded a reversal as early as 2001 with no improvement ever since.

The increasing gap between Morocco’s actual and best-case scenario scores describes its failure to push through with the structural reforms carried out during the mid-to-to late 1990s; it also provides a stark reminder the ‘New Era’ of political liberalization started well before 1999, meaning all announcements made since have not translated into reforms strong enough to register as actual improvement in Morocco’s score and rankings.

Score break-down analysis allows to pinpoint the roots of this lacklustre performance, and provide pointers to the Moroccan authorities and the civil society in terms of reform priorities.

Recall overall score is computed on three components, and countries labelled ‘Free’ tend to exhibit a significant effect from the Economic Rights category: Free and Partially Free Countries experience a 24% lower Economic Rights score compared to the rest of the world. This relates directly to the main argument behind Morocco’s, particularly so in light of the established criteria:

 1.  To what extent are media owned or controlled by the government and does this influence their diversity of views? (0–6 points)
2.  Is media ownership transparent, thus allowing consumers to judge the impartiality of the news? (0–3 points)
3.  Is media ownership highly concentrated and does this influence diversity of content? (0–3 points)
4.  Are there restrictions on the means of news production and distribution? (0–4 points)
5.  Are there high costs associated with the establishment and operation of media outlets? (0–4 points)
6.  Do the state or other actors try to control the media through allocation of advertising or subsidies? (0–3 points)
7.  Do journalists, bloggers, or media outlets receive payment from private or public sources whose design is to influence their journalistic content? (0–3 points)
8.  Does the overall economic situation negatively impact media outlets’ financial sustainability? (0–4 points)

These questions only show why the score is comparatively low for freedom of the press from an economic perspective, and those provide a good starting point for genuine reform if the Moroccan authorities were serious about the initiatives they mentioned in the communique.

 

Advertisements

Le Faux Débat.

Posted in Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on November 28, 2013

L’intervention d’Abdellah Laroui pour défendre l’option arabisante contre les propositions de M. Ayouch, et le débat actuel sur les moyens d’améliorer la qualité de l’enseignement au Maroc, en particulier. Mon observation limitée au monde virtuel (mais j’imagine que les supports papiers s’y prêtent aussi) m’oblige à conclure que nous nous sommes cruellement fourvoyés dans l’ordre des priorités.

Ou peut-être que ce n’est une erreur; peut être qui ni le Conseil Supérieur d’Education, ni les différents intervenants publics, ni les syndicats, ni probablement le MEN ne sont concernés par le bien-être de nos chers élèves et étudiants, mais plutôt s’intéressent à marquer des points politiques, ou défendre des concepts obsolètes qui semblent curieusement transcender les frontières et les loyautés partisanes. Je ne peux pas comprendre qu’un débat sur l’éducation, l’une des principales dépenses du secteur public et probablement le sujet qui préoccuperait une majorité des ménages marocains, ne puisse faire part de la nature déprimante des chiffres, en l’occurrence d’indicateurs plus fouillés que ceux fréquemment portés comme des preuves de succès des politiques éducatives depuis l’indépendance.

J’évoquais dans un post précédent que l’origine de nos problèmes en matière de politique éducative n’était pas financière: le Maroc alloue une fraction similaire de son revenu national en comparaison avec des pays à revenus plus élevés et plus avancés. Ceci dit, il est indéniable que le Maroc a réalisé de bons résultats sur différents indicateurs, notamment le taux d’inscription des écoliers dans l’enseignement primaire.

Les pourcentages supérieurs à 1 dénotent de classes d'âges différentes inscrites dans le cursus primaire.

Les pourcentages supérieurs à 1 dénotent de classes d’âges différentes inscrites dans le cursus primaire.

Le graphe ci-dessous montre que le Maroc a réussi à rattraper son retard par rapport à deux groupes de pays similaires (soit en langue dominante, soit en niveau de revenus) et ce malgré l’inflexion observée durant les années 1980, une amélioration qui permet même de combler le déficit des années précédentes. Cette évolution positive est particulièrement bénéfique pour la population féminine; en 1971, pour 1000 garçons d’une classe d’âge correspondante inscrits en école primaire, il n’y avait que 546 filles inscrites. En 2012, la parité est virtuellement atteinte. Il est d’ailleurs à noter que le Maroc a validé les ODM d’éducation primaire avec des résultats très honorables. On peut conclure donc sans grand risque d’erreur que l’enseignement primaire comme service public, est quasi-universel dans notre pays.

Et pourtant, les chances de passage au niveau suivant (du primaire au secondaire, puis du secondaire au supérieur) sont extrêmement basses, même si dans l’absolu les chances de réussite s’améliorent depuis le début des années 1980. On a ainsi une première preuve de la nature très discriminante de notre système d’éducation: sur 100 écoliers débutant leur cursus scolaire, seuls 8 seront capables de passer le Baccalauréat et se faire admettre dans l’enseignement supérieur. Un taux potentiel de déperdition de plus de 90% devrait, à mon avis, interpeller beaucoup plus que la question linguistique.

Ceci pour dire que les différents choix qui ont gouverné les politiques éducatives depuis les années 1980 ont produit des résultats qui ont certes augmenté la taille initiale de la population instruite, mais sans critère particulier pour la qualité des enseignements. Si l’indicateur de la probabilité de passage au niveau d’instruction supérieur est une première étape pour se convaincre que nous nous trompons de sujet de débat, la seconde étape souhaite discuter dans le détail certains résultats dérivés d’une étude très complète, qui a l’avantage de standardiser les modalités de contrôle des connaissances, et donc de proposer des comparaisons pertinentes entre pays.

La référence de ce type d’étude est le test TIMSS, le Maroc ayant participé depuis 1999 dans au moins un programme (et il est probable aussi qu’il participe à l’enquête prévue pour 2015) de contrôle de connaissance d’élèves au primaire et au collège en sciences et en mathématiques:

année 1999 2003 2007 2011
Moy TIMSS 487 467 500* 500*
Maroc 337 387 381 371
Filles 326 381 377 385
Garçons 344 393 385 331
Avantages Neutre Garçons Neutre Neutre

(*) La moyenne mondiale est abandonnée en faveur d’un système de gradation par quatre niveaux de performance. Le Maroc est classé dans la dernière catégorie pour les deux années.

Le déclin très marqué depuis 2003 dans la performance moyenne des collégiens marocains en mathématiques est un indicateur précis de la dégradation sensible dans la qualité de l’enseignement général; cela est d’autant plus préoccupant que les comparaisons de performance ne sont vraiment pas en faveur du Maroc. La barrière linguistique, qu’on est souvent prompt à invoquer lorsque ce genre d’études mondiales est mené, n’a statistiquement aucun effet explicatif de la performance médiocre de nos élèves – les scores du sous-échantillon des élèves comprenant la langue du test réalisent des scores moyens largement inférieurs à ceux de la moyenne mondiale des étudiants ne maîtrisant pas la langue.

Pour 2011, 25% de l’échantillon domestique avait un score significativement en dessous de la borne inférieure calculée par l’étude pour l’échantillon total, et le score des 10% meilleurs collégiens marocains est sensiblement inférieur à la moyenne mondiale. Le seul point positif dans les résultats des études entre 2003 et 2011 est la différence de score en déclin entre garçons et filles. Autrement, le Maroc est systématiquement et significativement derrière les moyennes et les médianes internationales, que ce soit pour les résultats en sciences, en mathématiques, pour le primaire et le collège.

La responsabilisation du corps éducatif (professeurs et cadres d’enseignement) qui semble jouer un rôle important dans les scores du sous-échantillon auquel appartient le Maroc suppose une piste intéressante de réforme, celle décentralisant le processus de décision en dessous même de l’Académie Régionale, où les établissements scolaires primaires et secondaires sont entièrement autonomes dans leurs budgets, ainsi que le volume horaire offert en matières d’enseignement, particulièrement en sciences et mathématiques. Il suffit de comparer les résultats inter- et intra-échantillon pour s’en rendre compte: les scores les plus élevés au Maroc, très proches de la moyenne mondiale (ce qui largement et significativement meilleur en comparaison avec nos scores agrégés) se concentrent dans les grandes villes, établissements où de leur propre initiative, les directeurs, proviseurs et le corps professoral inter-réagit le plus avec les élèves et collégiens, alors que la structure actuelle de l’administration publique ne donne aucune incitation pour le faire.

Il est logique de penser qu’un cadre moins centralisateur peut formaliser ces initiatives individuelles, et en faire une incitation à fournir un service intensif d’éducation sous forme de collection de feedbacks ou de diversification de l’offre éducative, et extensif en augmentant le volume horaire des matières scolaires. Ces deux facteurs, qui semblent expliquer le plus les différences de performance au sein de l’échantillon des élèves marocains, ne sont pas couteuses, et peuvent même économiser dans le moyen terme sur le budget de l’Education Nationale. L’autre proposition qui permet d’améliorer les fondamentaux de l’éducation primaire et secondaire est d’abolir tout simplement les CPR et les remplacer par une formation courte, ainsi que d’augmenter le taux de rotation des professeurs et instituteurs; il s’avère ainsi que les élèves les plus performants (au Maroc ou au niveau des autres pays) sont ceux dont les professeurs ont une expérience moyenne de entre 2 et 5 ans, ainsi qu’un diplôme supérieur (Licence et plus) dans le domaine scientifique. Le double effet bénéfique d’une cohorte plus jeune de professeurs, ainsi que des formations plus homogènes permet d’améliorer le rendement de l’enseignement des matières scientifiques et de limiter le coût budgétaire.

Ce type de politique éducative affaiblit le pouvoir de planification du Ministère de l’Éducation à Rabat, que ce soit en matière d’allocation des ressources aux académies régionales ou en choix du curriculum scolaire; cette décentralisation introduit aussi une grande mesure de responsabilité, et donc de sanction en cas d’échec, que les Syndicats rejetteront sûrement. D’autres considérations très politiques, mais finalement peu liées aux attentes des parents et des élèves, font qu’une coalition puissante d’intérêt maintiendra le status-quo actuel: un ministère coûteux, qui inscrit de plus en plus d’enfants et de jeunes dans le système éducatif, mais dont la qualité se dégrade sensiblement dans le temps, et qui agit toujours comme mécanisme discriminant, au lieu de servir d’ascenseur social.

N’oublions pas que M. Ayouch est membre du CSE, et que sa promotion de la Darija comme langue principale d’enseignement s’inscrit dans une vision personnelle, ou partagée par d’autres membres du Conseil, qui a attiré une attention médiatique disproportionnée. Il aurait été peut être plus constructif de s’intéresser aux déterminants de l’échec structurel de notre système éducatif.

Il est probablement plus sage de renoncer à l’espoir que des recommandations seraient émises (au-delà des lieux communs du financement ou de la motivation du corps professoral) mais enfin des recommandations précises basées sur des objectifs quantifiés peuvent faire la différence pour les générations futures.