The Moorish Wanderer

PJD’s “Pocket Landslide”

Posted in Flash News, Intikhabates-Elections, Morocco, Read & Heard, Tiny bit of Politics by Zouhair ABH on December 8, 2012

A little over one year after PJD‘s victory, it would be interesting to look at what is already their electoral legacy, or indeed the lack of real appreciation of how important it is. Not matter how past electoral results come under criticism, they have been de facto the law of the land – whatever the real results following the 2002 elections, all parties agreed to the official results, and these have been validated as such. And it would be better, I think, if this criticism was laid aside, especially since the 2002 election did give PJD a clear win, were it not for the diluting proportional ballot.

Majorities are 'easier' to form when the ballot system weighs in pluralities in districts

Majorities are ‘easier’ to form when the ballot system weighs in pluralities in districts

In general terms, I describe a method that points to majority-based ballot system as a good indicator of how political parties can improve their probabilities of forming a government by themselves, thus delivering stable governments and even more stable parliamentary majorities.

PJD’s victory in 2011 was a pocket landslide because the party was 65 seats short of an absolute majority – even if it was well ahead of its nearest competitor. A majority-based ballot system could have delivered the absolute majority they needed. Their feat was only matched by the joint USFP-PI 1993 campaign. Unfortunately for PJD, they are in a coalition with parties directly (and adversely) affected by any re-districting, or majority-based ballot system. (read here the theoretical argument against coordinated effort among political parties)

This is how I compute these majorities: for a particular district, all of the seats are allocated to the party with a plurality of votes. The simplest, crudest rule of politics – and poker: winner takes all. On the basis of this principle, the electoral map since 1963 is radically changed. I further consolidated party performances by aggregating split-offs – which leads to 13 big ‘partisan conglomerates’ – and these results tell a story: a consolidated political competition over parliamentary control allows for larger probabilities of reaching an absolute majority (in the cases of seats open for local ballot) and these contradict the final outcomes observed over the past couple of elections; for one, the 1997 Alternance would have been led by Istiqlal instead of USFP, and 2002, not 2011 would have been PJD’s coronation. But then again, efficiency is not Morocco’s forte.

These results can then be compared against the probabilities of each party to get a majority of the votes. These probabilities are computed on the basis of past electoral results – with increasing weightings for more recent electoral campaigns. And I am pleased that up to 92% of the historical results are explained by the following, rather simple linear model: V(\max_{i,j})=\sum\limits_{p_{k,i,j}}^n\alpha_k \mathbb{E} \left[V(P_{k,i,j})\right]+\epsilon_{k,i,j}

where \alpha_k the estimated probability for a party k to get the plurality in a district i. These parameters need not sum over 1, because there are a lot of cross-party historical votes. This confirm my earlier claim about PJD’s robust position on its 2016 prospects, as well as the need to go for a majority-based system – some parties have clearly more chances to get the majority, while others do not (those have been taken out of the fitting because of the statistical insignificant results)

      Source |       SS       df       MS              Number of obs =     153
-------------+------------------------------           F(  6,   147) =  292.75
       Model |  5.1894e+10     6  8.6491e+09           Prob > F      =  0.0000
    Residual |  4.3430e+09   147  29544400.6           R-squared     =  0.9228
-------------+------------------------------           Adj R-squared =  0.9196
       Total |  5.6237e+10   153   367564886           Root MSE      =  5435.5
------------------------------------------------------------------------------
         max |      Coef.   Std. Err.      t    P>|t|     [95% Conf. Interval]
-------------+----------------------------------------------------------------
     pnd_pam |   .2806256   .0863479     3.25   0.001      .109982    .4512693
     rni_ind |   .4540341   .1007729     4.51   0.000     .2548834    .6531848
    mpdc_pjd |   .5029201   .0445715    11.28   0.000     .4148364    .5910038
          pi |   .3938989   .0974869     4.04   0.000      .201242    .5865558
     fdic_mp |   .2368222   .0761314     3.11   0.002     .0863687    .3872757
   unfp_usfp |   .3958337   .0742675     5.33   0.000     .2490639    .5426035
------------------------------------------------------------------------------

As one can see, the next elections tend to favour PJD (with an estimated 50.2% chance of getting a vote majority on all seats – quite different from getting a majority of seats) although there are a couple of contenders, and an even stiffer competition between say RNI vs USFP, RNI vs PI, and finally, USFP vs PI. As for PAM, my estimate is they are not likely to get anywhere close to a serious contender for governing party.

In essence, PJD’s electoral legacy would be that of ‘breaking the mould’ of opposition parties: strong enough to have a large caucus, but too weak to force censure motions, and definitely unable to form a government on their own right. It would be a breakthrough legacy if PJD could force through an electoral reform that seeks to improve the chances of a one-party government. True, this would mean PJD is most likely to stay in office for the next decade, but this is about representative democracy.

Data description: seats are allocated to each district per each electoral districting. All of the seats are allocated to the party with a plurality of votes. Parties are merged afterwards when applicable.

 

Inflation and Household Consumption Distribution

Posted in Dismal Economics, Flash News, Moroccan Politics & Economics, Morocco by Zouhair ABH on December 5, 2012

In the fall of 1972 President Nixon announced that the rate of increase of inflation was decreasing. This was the first time a sitting president used the third derivative to advance his case for re-election.

Hugo Rossi

The premise of government fuel subsidies and other goods is to keep inflation low – more specifically, to keep prices low. This policy was sustainable as long as commodity prices were low enough, and they were, up to 2008, at levels manageable enough to avoid large price increases and preserve budgetary balances.

Junior minister Najib Boulif provided a figure of 5% inflation rate if the subsidies provided by the Compensation Fund were lifted overnight – a figure I still grapple with (how did he get 5%?) as it is far above the present level of inflation, as captured by the Consumer Price Index.

Since the new CPI designed by the Moroccan Bureau for Statistics HCP has been used in 2006 (effectively since 2008-2009) inflation has established itself around 1.9% on average – meaning weighted prices for some 387 products have increased each year by almost 2%. And there lies a fact many household might find it hard to understand: their perceived inflation seems higher. “I mean, look at the price of vegetables and bread!” And they are right. Prices of vegetables have increased 7.5% on average, bread and other wheat-based goods increased 3.1% each year – and have been more volatile than other components of the CPI aggregate. However, as mentioned before, the method weights up these goods as an aggregate, and so households will not experience the same CPI. Especially between the top and bottom households.

This is just simple math, the average ICV index is: \mathbb{E}(ICV)_{p,j}=\sum_{p=1}^{385}\mathbb{E}(W_{p,j})Q_{p,j} where \mathbb{E}(W_p) is the average weight for a particular good in all cities.

On the other hand, \mathbb{E}(ICV)_{d_i}=\sum_{p=1}^{385}W_{p,d_i}Q_p provides different weights for each decile (d_i) and these tell a different story. How come the national average weighting is so far off those of perhaps the majority of Moroccan households? It has a lot to do with consumption distribution: the top 10% concentrated a third of household final consumption, so their low marginal propensity of consumption pulls the average weight for food consumption down, further than, say, the median food consumption per household: the weighted average of food-related consumption is 40.6% (close enough to ICV’s allocated 39% to 41% to this consumption category) so it does put those with higher consumption levels relative to their income at a disadvantage. The median consumption on the other hand, is at 47% which would indeed put ICV a full percentage point above the present index.

Poorer households CPI is more sensible to

Poorer households CPI is more sensible to ICV-CPI

Poorer households tend to weight food and related items a lot more than affluent households, and thus the former tend to feel the sting of inflation more acutely: these household tend to spend a larger fraction of their income in food (almost 44% higher than the top decile) and are thus subject to a higher inflation.

The graph opposite shows Morocco’s CPI, ICV tends to underestimate price levels for the poorest household. No news there of course, but a simple analysis shows poorer households have an “ICV effect” 62% higher than the top income earners. So this is not just a matter of weighting averages per class products: the bottom 10% households spend 44% more on food than the top 10%, but they experience a 62% higher inflation factor.

In terms of inflation levels, the “poor inflation” establishes itself around 2.18% – versus a “rich inflation” of 1.4% – a difference of 18%, with a social loss weighting skewed toward the poorer: in essence, 63% of the resulting inflation is shouldered by the bottom 10%. (One could finesse the analysis a bit by including the remaining deciles, but the weight placed on households below the median will be larger still)

So not only the Compensation Fund benefits mainly those who do not need it, it even fails to protect those population from the effects of inflation. I also shows government transfers to businesses – not households directly- only distort needlessly market prices to the tune of 6% GDP worth of compensation cost.

La Synthèse du Rapport CES – Sur Ma Faim et Déçu

(La Nouvelle Tribune a commencé par publier quelques éléments du rapport, avant la publication de ce dernier sur le site du Conseil Economique et Social, deux mois après l’avoir bouclé)

Je dois l’admettre, le niveau d’attente du rapport du Conseil Économique & Social (CES) sur le système fiscal et les réformes recommandées était pour ma part très élevé. Je m’attendais à une analyse exhaustive, quantifiée, des simulations des mesures proposées, ce que font en général des organismes équivalents (son homologue et homonyme français, le Council of Economic Advisers aux Etats-Unis) et ce qui était théoriquement attendu du CES. Certes, la composition du Conseil n’est pas particulièrement académique, mais enfin la qualité intellectuelle de plusieurs membres aurait pu présager d’une production plus soutenue. Nul doute plusieurs reportages de presse dresseront un portrait flatteur des recommandations du CES, pour ma part je pourvois à la production critique dans un but d’équité de traitement de l’information.

Ce qui semble scandaleux, c’est le prix d’étiquette de cette étude; la note attaché à la synthèse précise:

Différentes études et analyses seront nécessaires pour mener ce travail qui doit s’étaler sur l’année 2012 avec un bilan d’étape au mois de juillet. Un budget de l’ordre de 700.000 DH HT sera nécessaire.

Ce qui correspond presque au dirham près à la hausse du Budget alloué au CES entre 2013 et 2012. Je suis sceptique quant à la nécessité d’un montant relativement important (qui correspond au revenu annuel de 10 ménages de la classe médiane/moyenne) pour un travail intellectuel qui se base sur des données publiques ou semi-publiques, la Direction Générale des Impôts (du Ministère des Finances) seule peut produire potentiellement toutes les données nécessaires à l’analyse quantitative attendue dans le rapport. Ou alors un cabinet de conseil a rédigé ce rapport, auquel cas ce sont les 100 Millions de Budget du CES qui seraient mis en cause.

Tout n’est pas médiocre dans ce rapport, et certaines observations sont très pertinentes (bien qu’elles dénotent de lieux communs le plus souvent), mais la qualité finale ne vaut pas 700.000 dirhams. Et l’attente sur le point le plus important, des recommandations chiffrées (avec une simulation prévue pour différents scenarii) a été profondément déçue.

I. L’aspect excessivement descriptif du Rapport.

Généré avec Wordle.net

Nuage de Mots du Rapport, généré avec Wordle.net

Le rapport note à juste titre que la distribution de la pression fiscale est inéquitable: 73% de l’Impôt sur le Revenu financé sur des revenus salariés, 2% des entreprises paient 80% de l’Impôt sur la Société. Ils relèvent aussi l’objectif assigné aux recettes fiscales: un outil de politique économique des différents gouvernements, lequel est souvent confronté soit à la relation conflictuelle entre l’administration et les contribuables, soit à des stratégies d’évasion fiscale de la part de ces mêmes contribuables.

Les contributions du rapport pour une réforme fiscale ne sont paradoxalement pas structurelles: la plupart des mesures sont soit administratives (exemple: “Clarifier les textes pour la fixation du résultat imposable (provisions, taux de chute ou de pertes, prix de transfert, etc.), à définir avec les différents secteurs d’activité.”) soit comptables, en l’occurrence déplacer, augmenter ou baisser tel ou tel taux. Et chacune de ces propositions manque cruellement de justification théorique et quantitative; un exemple pertinent serait celui de la réforme des taux de TVA: le rapport CES propose:

[…] l’équilibre financier peut être trouvé, par un financement partiellement basé sur la TVA qui doit être réformée en conséquence. Ainsi, le passage d’une TVA à 4 taux aujourd’hui (7%, 10%, 14% et 20%) à une TVA à deux taux (10% et 20%), permettra de dégager des ressources à affecter à la couverture sociale et aux mécanismes de solidarité. Il est proposé également de créer une tranche de TVA aux alentours de 30% sur les produits de luxe, avec une affectation similaire du surplus.

Pour le grand public, un taux de TVA dissuasif sur les produits de luxe semble sensé. Pour l’économiste, le calcul économique est ambigu. Que cherche le CES à travers cette proposition? Un objectif d’équité social à travers lequel on chercherait à niveler les inégalités des modes de consommations? ou bien s’agit-il d’une politique destinée à faire des économies sur la consommation locale de certains biens dont l’import participer de la détérioration de notre Balance de Paiement? Ou enfin, s’agit-il d’un calcul de force brute, l’identification d’une source de recettes fiscales d’un revenu inélastique à l’impôt (c’est-à-dire que les ménages consommateurs des produits taxés à 30% ne seront pas dissuadés de maintenir leur consommation) Ce sont là les premières questions que le CES néglige à se poser, pas nécessairement dans l’ordre proposé: 1/ quel objectif assigner à l’impôt? 2/ quel comportement anticiper de la part du contribuable? 3/ quels revenus potentiels pour le Budget?

Alors que l’énumération des problèmes spécifiques à certains secteurs économique ou à des populations de contribuables a été assez exhaustive, les recommandations du rapport butent sur une critique formulée dans le rapport même quant aux différents aménagements fiscaux prévus dans les Lois de Finances (à titre d’information, le montant évoqué dans le rapport pour les dépenses fiscales est de 32 Milliards pour 2012, mais il est plus cohérent de parler d’un chiffre proche de 36 Milliards pour 2013, considérant la date de publication du rapport CES) La critique très pertinente du CES était que ces mesures et dépenses fiscales n’étaient pas évaluées en amont – l’opportunité économique de ces mesures n’est pas démontrée dans les documents du Ministère des Finances. Le rapport du CES a été victime de la même erreur: les 79 mesures recensées ne produisent pas de chiffres particuliers quant à l’opportunité, ni même l’effet attendu de l’application de ces politiques. Il ne s’agit pas d’avoir autant d’études d’impacts détaillées, mais il aurait été plus productif d’inclure des projections du type: “le passage au système de TVA proposé permet de réduire les disparités de consommation des ménages de tel à tel ratio dans les prochaines années“. En l’absence de telles propositions, le rapport ne peut malheureusement être considéré qu’une logorrhée inutile et richement subventionnée.

Un dernier point peut-être qui ne sera sûrement que rarement évoqué, pour des raisons de doxa quant au rôle de l’Etat régulateur de la société marocaine. Les propositions du rapport CES si mises en place, ne signifient pas la disparition de la règlementation byzantine actuelle (en TVA ou autres) et il est plus que possible qu’elle se greffera à la masse intimidante de règlementation législative ou administrative. L’hypothèse principale, philosophique si l’on peut dire, qui sous-tend les mesures proposées par le CES lie la multiplication de la règle de loi et de la circulaire au bien-être social, à contre-temps de l’histoire du Maroc, pré-moderne et actuelle.

II. La TVA, cet Impôt Magique. L’Agriculture ce Saint des Saints.

La principale recommandation chiffrée du rapport tourne autour d’une réforme hypothétique de la Taxe sur la Valeur Ajoutée. A part le fait que cet impôt contribue largement aux recettes fiscales du Budget, il est économiquement contre-productif (ce que le rapport n’arrive pas à saisir) et ne fait qu’illustrer la faiblesse de l’Administration Fiscale à chercher ses recettes ailleurs.

J’avais déjà eu l’occasion d’évoquer brièvement le symbole éminemment politique de la TVA comme ressource fiscale principale. Elle est le symbole effectif d’un Etat faible, incapable de confronter les communautés d’intérêt dans son financement. Certes, le rapport CES reconnaît cet état de fait par divers euphémismes, mais ses propres recommandations ne font que renforcer cette tendance: les 30 mesures concernant les recettes fiscales, 11 sont spécifiques à la TVA, certaines ignorantes des calculs rationnels des agents assujettis. La première par exemple, promeut un impact neutre sur les entreprises. Cette proposition, à priori rationnelle, négligent les interactions stratégiques liées à cet impôt. La motivation de l’entreprise à collecter la TVA pour le budget est essentiellement pécuniaire, c’est-à-dire que le régime actuel bénéficie aux entreprises, car le gain net potentiel est strictement positif. Le rapport note que la TVA est très “décriée” par les agents économiques, mais le fait est que le système de TVA se soutient car des communautés d’intérêt y trouvent un bénéfice. Un changement des règles administratives et/ou législatives (un changement des règles du jeu d’un point de vue économique) qui entraînerait une annulation de ce gain (c’est ce que signifie la recherche d’un impact TVA-neutre) et donc une réserve de ces mêmes entreprises à continuer à collecter cet impôt pour l’Etat. Voici donc une piste (facilement modélisable au demeurant) d’action rationnelle que la proposition du CES ne semble pas prendre en compte.

Quelques approximations malheureuses ont été aussi commises dans le rapport, essentiellement à propos de l’impôt agricole:

[…] Cette situation est celle de tous les secteurs pour lesquels l’amont est exonéré de TVA, en particulier le secteur agroalimentaire, et qui, en l’absence d’une TVA déductible, se trouve à verser la TVA non seulement sur la valeur ajoutée qu’il génère, mais aussi sur celles réalisées par ses fournisseurs.

Il a été fait mention des dépenses fiscales en tout début du rapport, et on y liste quelques éléments qui contredisent la phrase mise en relief: l’exonération à l’importation de machines-outils agricoles (600 Millions dhs) exonération de la taxe professionnelle (900 Millions) exonération de plus-values sur immeubles agricoles (3 Millions) ces aspects sont directement liés aux facteurs de production (Capital Physique, Travail et Terre) et en réalité, la valeur ajoutée agricole est subventionnée, plutôt que taxée sans possibilité de récupération.

L’agriculture justement, dont les dépenses fiscales s’élèvent à près de 5 Milliards de dirhams (soit une pression fiscale théorique de 3% – moins de la moitié de la pression fiscale primaire agrégée) mais dont il n’est pas fait état des bénéfices potentiels pour la population rurale. Le CES s’est d’ailleurs dérobé à l’objectif principal d’un argument en faveur de la réintroduction de l’Impôt Agricole: des activités agricoles quasi-industrielles, à intensité capitalistique élevée et lucratives qu’il faut taxer, au lieu d’exonérer en se cachant derrière la majorité de l’activité agricole marocaine, essentiellement dépendante de la pluviométrie et de subsistance. Le secteur agricole a été d’ailleurs le seul sur lequel le CES s’est longuement épanché à déployer des conditions très précises (draconiennes même) d’exonérations.

III. L’usine à gaz des Contributions Sociales et de l’Impôt sur le Revenu

Comme précisé plus haut, le CES fait l’amalgame courant entre règlementation additionnelle et augmentation du bien-être collectif. La proposition n°17 suppose des aménagements supplémentaires dans le Code des Impôts, et autant de Circulaires Administratives mettant en place la nouvelle procédure, et annulant des circulaires existantes.

Contrairement aux assertions du CES, la pression fiscale est disproportionnellement plus importante pour les ménages médians, la classe moyenne statistique

Contrairement aux assertions du CES, la pression fiscale est disproportionnellement plus importante pour les ménages médians, la classe moyenne statistique

15. Indexer les tranches de l’IR sur l’inflation de façon à maintenir le pouvoir d’achat de la classe moyenne.
16. Uniformiser la base de taxation sociale, et fiscale (notamment pour l’IR), cela évite la multiplicité des contrôles et créé une incitation plus forte à la déclaration, notamment pour la retraite.
17. Encouragement des métiers indépendants à payer l’IR avec un système permettant de bénéficier d’une dotation en devises supplémentaires indexée sur le revenu imposable (20% des revenus imposables déclarés, dans la limite du montant de l’IR payée).
18. Généraliser l’utilisation des technologies d’information et de communication pour optimiser davantage les moyens humains de l’administration fiscale en matière de contrôle et de recoupement.

deux observations sur les propositions n°15 et 16: maintenir des tranches d’Impôt et uniformiser la base de taxation sont deux objectifs contradictoires. En termes de calcul de bien-être collectif, les tranches d’impôt sont un poids mort (à la marge, elles prélèvent un impôt disproportionnel pour deux revenus imposables proches) qui par définition empêche toute uniformisation de la base. (pour un impôt à l’uniformisation pur, cliquez ici)

L’idée positive d’indexer les tranches de l’IR compense modérément l’effet de poids mort, mais pose des problèmes ignorés dans le rapport: l’IPC ordinaire sera-t-il utilisé pour l’ensemble des tranches? Ou bien des taux d’inflation spécifiques (calculés sur les paniers de consommation estimés pour chaque tranche) seront-ils appliqués à la place? Ou encore utiliserait-on un taux d’inflation spécifique au revenu imposé? Plus la réponse tend vers un traitement personnalisé des revenus imposables (comme le voudrait le principe d’équité fiscale) plus la production législative et administrative sera inflationniste par son volume.

Ce qui échappe au Rapport CES

Je décompose les points principaux avec lesquels je conclue au peu de valeur ajoutée apportée au débat public par ce rapport:

1/ L’impact sur les recettes fiscales au Budget: Certes, la pression fiscale principale ne dépasse pas les 20% du PIB, mais elle est largement inégale, puisqu’elle est plutôt proche des 22% (excluant la pression générée par des taxes du type DET: droits d’enregistrement et de timbres) soit une pression fiscale par ménage d’un peu plus de 35,000 dirhams par an. Les aménagements et réformes proposés par le CES ne rendent pas compte de l’impact sur les équilibres budgétaires: s’attend-on à une amélioration de la balance primaire? à un allègement de la pression fiscale? ou bien ces mesures aboutiront-elles à une détérioration du déficit primaire à cause du coût engagé par les mécanismes de suivi et de sanction?

2/ L’impact sur la règlementation actuelle: La règlementation actuelle reste modérée par rapport à aux économies post-industrielles, mais elle est dissuasive pour les acteurs locaux. Comme précisé plus haut, le consensus dominant est éminemment juridico-administratif, une croyance quasi-superstitieuse qu’une législation peut résoudre un problème actuel, sans anticiper les autres problèmes occasionnés. Il faut compte donc pour les 79 mesures proposées autant de lois et amendements aux Codes actuels, et un nombre encore plus important de circulaires administratives, qui paradoxalement ne feront que renforcer le pouvoir discrétionnaire de cette même administration qui génère tant d’antagonisme chez les acteurs économiques.

3/ Les stratégies d’adaptation des acteurs économiques (entreprises et individus) : cette même doctrine du ‘tout-législatif’ sous-estime gravement les réactions et anticipations des agents économiques potentiellement ou déjà assujettis. L’inflation anticipée de règlementation (qui transfère d’office des pouvoirs supplémentaires à une administration peu encline à adopter une transparence systématique dans ses processus) peut créer des effets pervers d’évasion ou de fraude fiscale. Un cycle pervers peut donc être attendu: plus de législation, plus de fraude, plus de moyens orientés vers le contrôle et la sanction, plus de ressources nécessaires, plus d’impôts, et ainsi de suite.

A côté, la volonté transparente d’effectuer un transfert soutenu de la pression fiscale vers la consommation aura très certainement des effets macro-économiques inattendus: la répartition des dépenses de consommation des ménages, ou la croissance du PIB, pour ne citer que deux aspects importants de ce qui est essentiellement notre stratégie de développement.

Nadia Salah, ou Le Déficit “Social”

Posted in Dismal Economics, Flash News, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on November 28, 2012

Je me pose la question naïvement: la comparaison osée dans son éditorial du 24 Octobre dernier était-elle factuellement fausse?

Et toujours, vraiment toujours, ce sont les familles les plus fragiles qui sont les plus durement touchées. Plus inquiétant encore: il est faux de croire que les largesses budgétaires servent à la lutte contre la pauvreté. La France vient de découvrir après deux décennies de déficits financiers et sociaux, que plus de 14% de sa population vit en dessous du seuil de pauvreté. Un niveau de pauvreté pas très éloigné de celui du Maroc, qui a pourtant un PIB par tête 15 fois plus petit! Des données incontournables qui devront guider les débats parlementaires.

Si je comprends bien, l’argument de la Rédaction se décompose en trois assertions: la première, que le déficit budgétaire est (généralement) inefficace à effacer les inégalités sociales, voire les poches de pauvreté.  la deuxième, que le niveau de richesse n’est pas déterminant du niveau de pauvreté d’un pays donné, et enfin, que le Maroc obtient des résultats de pauvreté/inégalités similaires à ceux de certains pays européens. Les deux premiers points sont factuels, le dernier est sujet à une interprétation de l’efficacité d’une politique publique, en l’occurrence orientée vers la lutte contre la pauvreté. Pour le reste du post, je ne suggère pas la comparaison du Maroc avec d’autres pays, mais me sers plutôt des assertions de Mme Salah pour en illustrer les limites.

Le problème est que Mme Salah utilise pour sa comparaison deux méthodologies différentes: celle de l’INSEE est une mesure simple, standard et liée à la répartition des revenus dans une économie donnée. Celle du HCP, qui semble se baser sur les comportements et habitudes alimentaires des ménages. Les deux méthodes ne sont pas mutuellement exclusives, mais le résultat final, celui de la population de ménages considérés comme ‘pauvres’ varie largement. Ainsi, la méthode HCP utilise le signal le plus direct de la mesure de pauvreté (la consommation est un déterminant important du niveau de vie) mais en même temps, elle néglige un biais significatif dans son calcul, à savoir l’effet de la subvention sur les habitudes de consommation.

La méthode standard de représentation du niveau de pauvreté comme un pourcentage (60% ou 50%) du revenu médian, a l’avantage de se prêter à des comparaisons internationales, et en même temps de rendre compte des inégalités de revenus. Lorsque cette méthode est appliquée, nous observons que le taux de pauvreté relative au Maroc qui serait comparable aux 14% évoqués dans l’éditorial de l’Economiste, serait plutôt dans les 33% – soit 2.3 Millions de ménages, plus du double des chiffres évoqués par le HCP dans la plupart de ses rapports.

Un petit mot peut-être sur l’usage du revenu médian plutôt que moyen. Dans un monde parfait, les deux statistiques devraient être équivalentes (ce qui est le cas pour une distribution Gaussienne) mais pour les revenus, le revenu moyen est plus élevé que la médiane à cause du biais des hauts revenus. La moyenne d’une population donnée augmente sensiblement lorsqu’un seul individu très fortuné la rejoint. La médiane, d’un autre côté, ne change pas ou peu, et suppose des transferts importants entre les individus pour qu’elle varie substantiellement. En termes réels, cela signifie qu’il y a une amélioration réelle pour la majorité des ménages d’une économie donnée si le revenu médian augmente. L’information donnée par l’augmentation du revenu moyen n’a que peu de sens.

La comparaison malheureuse avec l’Union Européenne et la France dans l’éditorial de l’Economiste: les niveaux d’inégalité au Maroc sont bien plus élevés et plus persistants.

Le rapport avec “Goulou L’3am Zine” (l’attitude courante qui ignore ostentatoirement des difficultés réelles) réside dans l’usage de ces statistiques; par exemple, l’usage de la même méthode décrite plus haut démontre un taux de pauvreté relative au Maroc supérieur au chiffre avancé pour la France. D’un autre côté, une mesure de l’inégalité des revenus (l’indice de Gini par exemple) permet de montrer que les inégalités au Maroc ont bien augmenté, alors même que le niveau de déficit moyen rapport au PIB y a été légèrement inférieur, en comparaison avec les niveaux observés en Union Européenne durant les dernières années: 3.38% pour l’Europe des 27, 2.9% pour le Maroc (2002-2010).

La comparaison de cette mesure d’inégalité montre bien les limites des trois assertions initiales: le niveau de déficit budgétaire ne présage pas des inégalités (et donc des niveaux de pauvreté respectifs) et à moins de préparer une étude exhaustive sur les propriétés de la distribution des revenus en Union Européenne (France comprise) et au Maroc, il est toujours plus pertinent de considérer le revenu médian comme indicateur de bien-être social (plutôt que le niveau de PIB) et enfin, les déboires financiers ou budgétaires outre-méditerranée n’exonèrent pas l’échec patent (ou potentiellement tel) de nos propres politiques domestiques.

معدلات قياس الفقر

أتذكر مقالا لنادية صلاح نشر عند إيداع مشروع قانون المالية لسنة 2013، و في هذا المقال تقارن رئيسة تحرير جريدة ليكونوميست، معدلات الفقر في المغرب و فرنسا، و تستنتج أن المغرب “مزطط راسو” (بتصرف) و أن الإقتصاد المغربي ينتج مستويات فوارق إجتماعية مماثلة لتلك في أوروپا. هذا لأن إحصائيات المندوبية السامية للتخطيط تضع معدلات الفقر في حدود 8.9 في المئة سنة 2007، في حين كانت النسبة 15.3 في المئة في 2001

هذا بطبيعة الحال ممكن لأن المندوبية لا تستعمل نفس المعايير المعتمدة من طرف معهد الإحصائيات بفرنسا، أم المعايير الإحصائية المعتادة. بإختصار شديد، مستوى الفقر النسبي يعرف كنسبة من المدخول المتوسط (وليس معدل المدخول، لأسباب سأترق لها لاحقا) غالبا ما يعتمد نصف أو 60 في المئة من هذا المدخول

المدخول المتوسط إحصائية لا تخضع لتأثير المداخيل العليا كما هو الأمر بالنسبة لمعدل المدخول. على سبيل المثال، 60 في المئة من المدخول المتوسط ل سنة 2010 يعني أن كل أسرة تتقاضى مدخولا أقل من 48.115 درهم سنويا تستجيب لمفهوم الفقر النسبي، ما يعنيه أن 33 في المئة من الأسر تعيش تحت عتبة الفقر النسبي، ما لا يعنيه أن كل 2.3 مليون أسرة فقراء، لكن العديد منهم لا يستطيعون الإلتحاق بالطبقات الوسطى، ما هو شرط أساسي لبناء مجتمع متكافىء، أو على الأقل بفوارق إجتماعية معتدلة

و في سبيل المقارنة مع مستويات الفقر النسبي في فرنسا التي ذكرتها نادية صلاح، أقترح التمعن في المبيان التالي، الذي يقارن كلى الدولتين بنفس المعيار: 60 في المئة من المدخول المتوسط. فعلا، معدلات الفقر النسبي سجلت إنخفاض أكبر بالمقارنة مع فرنسا منذ 1970، لكن المعدلات المطلقة ما تزال مرتفعة