The Moorish Wanderer

Out-of reach, out of touch-standing

Posted in Moroccan ‘Current’ News, Tiny bit of Politics by Zouhair ABH on May 6, 2010

Commenting news is not for me; One needs to be a little superficial to do so. My own level of superficiality allows only for bogus scientific articles. However, I would gladly prepare for a breach of custom, since, in Shakespeare words; “a custom is more honoured in the breach than in the observance”. I
Read in
Robin des Blogs’ : “Le plus Grand drapeau au monde sera marocain”. Oh, that’s sounds interesting: dropping the largest flag ever on Dakhla. This brilliant initiative is backed by the highest authority (that’s what they say anyway…), and is aiming to prove that when a couple of young Moroccans put their minds to it, they can achieve anything. And they did, for they put their mind into one of the most useless things ever, and unfortunately, they are on their way to succeed. Last month they published a communiqué, following (with some comments, sorry, I couldn’t help it)

“SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI, QUE DIEU L’ASSISTE in upper case of course, the King deserves it after all, but it sounds more like ‘the King is backing us, join us or back off and shut it’. I am usually not prone to exaggeration, but it suspiciously sound like on of those totalitarian demonstrations to keep the people’s attention off critical issues.

Le Cercle des Jeunes Démocrates Marocains a l’honneur de vous présenter: L’appel de toute une génération, « Le plus grand Drapeau Du Monde » Parce que notre objectif vise à ce que le marocain, particulièrement le plus jeune, ne reste pas un spectateur passif de l’histoire, mais en devienne bel et bien l’acteur; qu’il ne se demande pas ce que son pays peut faire pour lui, mais ce que lui peut faire pour son Pays. Wow, very John Fitzgerald Kennedy statesman-like! (The part of his inaugural speech when he says: ‘And so, my fellow Americans: ask not what your country can do for you — ask what you can do for your country’) I like the part where the young Moroccan has to get with it and gets in history; Very moving indeed.

“Pour démontrer à tous, que le jeune Marocain peut réaliser des prouesses quand ce dernier est mis en confiance, qu’il est prêt à défier l’inconnu par amour pour son pays”. That’s what I call patriotism. A little makhzenian of course, but there you go. I fear there’s a fine line between the unity road symbol and the biggest –waste of resource for cheap publicity– flag in the world. If it’s a feat the young CJDM are looking for, surely there’s a better strategy? I don’t know… build another road between Tarfaya and Daora perhaps; Though I fear the posh, upper-class would-be elite does not lower itself to such lowly chore. Le projet du « plus grand drapeau du monde » vise à promouvoir les valeurs citoyennes telles que le civisme, la solidarité et le patriotisme. Cet évènement a pour ambition de promouvoir une citoyenneté active, incluant les droits et les devoirs. C’est sur ce concept que le Cercle des Jeunes Démocrates Marocains puise la force de ses idées.

I can’t comment on that. On the one hand these values are indeed something I strongly believe in. On the other hand a bunch of d*ckheads are acting as though they were the very first to advocate these values; the very sort of ex-nihilo thinking typical of the ignorant.

L’évènement est prévu début Mai à Dakhla et verra trois cent cinquante jeunes venant des seize régions du Royaume déployer un drapeau marocain d’une superficie supérieur à 43 000 m², un record mondial qui sera validé par le « Guinness Book ». Ah, figures! 43.000 M² that’s a lot of resources. Dans cette perspective, le Cercle des Jeunes Démocrates Marocains organisera une série de conférences au Maroc et à l’étranger autour du thème de la citoyenneté marocaine et lancera une campagne de communication au niveau international sur le plan d’autonomie des provinces du Sud.

Nous avons besoin de toi… de lui… d’elle… de vous… de nous tous… (Very moving, words are simply not enough to describe the feelings!)

Car ensemble tout devient possible. (Oh, is Sarkozy in it too?)

Now That I spat my nihilist and fundamentally pro-separatist radical ideology (as a blogger colleague stated recently) let us look at this ‘initiative’ in a more rational fashion.

The flag. Unfortunately for our young activists, it seems the precedent (an Israeli flag was displayed in November 2007) was subject to debate; Haaretz says it covers an area of 66.000 M², but the Guinness Book of Record does not agree (according to their figures, 18.800 M²), So I wouldn’t be too sure the Dakhla flag would enter with the whole 43.000 M²… Then there’s this other large flag unfold in Israel as well in September 2009 (that one is not in the Guiness Book though.) That’s quite interesting, because according to the promoters, its cost was about $120.000. That’s a lot of money. No doubt our lot got a discount. Let us assume the cost per unit was 10MAD/M², that should get around 430.000MAD. What on earth could one do with such a ridiculously low amount of money? Well, the 2009 Budget could for instance, be paid for the waters and fishery department investment allowance at Oued Ed-Dahab-Lagouira region. It could also pay for say a 30-employees strong small business minimum wage for a year (around 1500MAD in real terms) ou zid ou zid… In any case, that money could have been put to a better use. Do the maths again with a slightly higher cost unit and you will see numbers grow fast.

Getting a royal patronage is admittedly, a good thing for Mehdi Bensaid, Reda Bachir El Bouhali and Aymane El Alj. However, it’s quite dangerous for the Monarchy’s stand. It has been a sort of an official doctrine: the King rises above party political matters (but leaves the business to one of his trusted henchmen) however, for him to associate his name so closely to such initiative; It is… well, beyond me. But of course I am a loyal subject of the crown, and it is constitutionally forbidden for me to comment on his decisions. Let us now move to what these -how should I put it in a polite manner?- amateurs are trying to advocate as a cause, the self-promoted national cause. Do we need to remind them of how Morocco submitted to the French-Spanish protectorate? I very much doubt they would act the same if they’d known how this whole business of Sahara dispute arose. Perhaps we need to refresh their memories –if they had any kind of those- on how the Moroccan Liberation Army was left to be destroyed by the colonialist forces, while trying to gain back the Sahara. This document from the French Ministry Of Defence does state (p20-21) the Monarchy always denied support to this Army, and did nothing to help –quite the contrary- when it was blown into oblivion on February 10, 1958 (Operation Ecouvillon/Ouragan) do we need to remind them what role a certain CIA Operative played in this little-known episode? Or perhaps they won’t take it, A call but to no avail.

Let us leave the new-generation elite playing their puerile games; they shall need time to grow mature like their elders…for the better or the worse!

Worthy Of Democracy

Posted in Moroccan History & Sociology, Moroccanology, Tiny bit of Politics by Zouhair ABH on May 5, 2010

Madame Speaker,

I usually do not comment on what my fellow bloggers write on their blogs (but I do leave comments from time to time). Or rather, I didn’t have the chance to discuss things and issues seriously (which is all natural, given that the blogoma, in its huge majority, deals in such simplistic schemes that one cannot but stand idle before it…)

An esteemed blogger posted an article that was the last straw for me to bear, or rather, gave me at last something to write about. You might call it left-wing intellectual arrogance in my tone, I am simply angry that ‘grown-ups’ like Citizen Hmida could speak such foolish things, and confirm this idea of the Blogoma as a ‘garbage idea‘ (which, save for a happy few, do not justice to itself); A stereotype other bloggers are trying to avoid by bringing intellectual uplift, or at least by advocating local, yet noble causes.

Not that I hold anything against the honourable gentleman: everyone is entitled to their opinions –how ever misinformed and superficial it might be- but there are things that make me wonder about the benefits free speech or rather, its necessity: do we give the loonies the right to manage themselves? Well, for the time being, another tribe of well-meaning fools -the Makhzen and their obedient useful idiots- run the country, so the lunatics are trying to see if they can take over the internet beforehand.

Let us turn to the main argument the Citizen Hmida develops about democracy. He is actually targeting the post-Massira young Moroccans (i.e. those born after 1975) and their supposed exaggerated thrust for Democracy: “La génération « post-Massira » considère que la démocratisation de notre pays se réalise mal, ou au mieux trop lentement à son gré!” as he puts it in his unique fashion.

Given he is a man of culture and knowledge, I was surprised how misinformed he was on British politics. Indeed:

“Les élections anglaises se sont déroulées avec les mêmes partis qui subsistent depuis lors : les « torries », royalistes devenus progressivement « conservateurs » et les « wights », libéraux, remplacés au XIXème par le « Labour » travailliste. Un dernier né tente de se faire une place depuis quelques temps et semble y réussir cette fois : ce sont les «libéraux démocrates », des centristes qui semblent en quête d’identité”

Or does it? Early-age Tories are not remembered for their sole monarchism, a minimum knowledge of the English Civil War would teach a lot about that. And about the Liberals, the Whigs and Labour, I wonder how Sir Herbert Asquith would react if he knew he was put with,say, Ramsay Mc Donald in the same political basket? What would David Lloyd George say if he was told the Liberals were ‘replaced’ by Clement Atlee’s chums? and what comments Charles Kennedy would provide if he’d read about his ‘newly-found’ Lib-Dem party, so ‘newbie’ that their are still looking for their political identity? Oh, I am sure it was just a civic slip of the mind (and indeed, of fingers on the keyboard…) but it tells how superficial our colleague could get when discussing serious issues like politics. And he still has the nerves to defend his mistakes; what is it? The elderly pride has been wounded? Can’t the honourable gentleman stand younger people to point out his mistakes?


But that’s not what I want to discuss; I wanted to point out this paternalistic –and frankly, annoying- tone in his article, and in many others, about modern history, democracy, Moroccan politics… No bottom to it, no consistent arguments, no better than the average Moroccan journalist (and they are, just like him, very average).

His main argument –if I understood it well- was that ‘democracy was not built in a day’.

Of course Democracy is not to be of ex-nihilo nature, and of course it is always a bit of a process. However, his flawed argument stands on the wrong idea that democracy is something to be achieved at a definite stage, a sort of a goal really. As if Great Britain is indeed a complete democracy.

I am a great fan of British democracy, and I would love Moroccan politics being run just like in the UK: the King would have honorary duties, respected and revered as a symbol, and not for holding extra-constitutional powers; A government that could be voted against at any moment if they do not have a substantial majority in parliament, and so on and so forth… A strong government, capable of carrying out their policies, the very one they got elected on. Does it mean Britain is an achieved democracy? That is not for him, nor for me, nor for anyone else to say; it’s up to factual history investigation.

(By the way, I think he should read a bit about modern British politics, I think the ‘Very Short Introduction Of’ Oxford Series is a good start) There’s at least one thing about this political regime that is worthy of praises, namely it intrinsically admits its own imperfection (spiritual and temporal theocracies, on the other hand, not so much…) and, through its very own mechanisms, work it out. I shall of course present some academic papers on that particular subject, for the benefit of those of us who lack proper education, or those that lacked rigorous apprehension of political theory and knowledge to that matter.

Madame Speaker,

I believe Dahl (1971) provided some interesting insights on what he calls ‘polyarchies’ since “no large system in the real world is fully democratized”. In a nutshell, democracy is a continuous quantity with an upper bound quite out of reach, the upper bound being function of the general set of references a specific society endorses as are not logically consistent, and ultimately perverted by what K. Popper calls ‘historicism’; Let us for the sake of argument, admit the United Kingdom took three centuries to turn truly democratic (which it didn’t; Lord Melbourne might have been a progressive Primer Minister, he didn’t have much sympathy to the common people).

This does not mean Morocco will have to wait three centuries as well to be in turns democratic as well. This is not catch-up growth theory, nor basic mathematics for him to apply. I do not deny the benefits of looking up history, quite the other way round: I am a staunch advocate of the process, but there’s something odd about this callup, namely that because western democracies took such a long time, we wetheads should not claim democracy too loud, and by this token, should instead be glad to live in a country that is, after all, better off compared to fellow MENA and Arabic countries. Strangely enough, that does remind me of the very official line the MAP (that one always cracks me up) or Le Matin follow: Morocco is building its democracy, and those claiming it is not are either nihilists or traitors, and in any case enemies to the ‘sacred values’ our country holds dear.

The honourable gentleman did sound as though his pre-Massira generation utterly failed to establish democracy, and now wants somehow to put the blame on us (I felt targeted as well as many others) and in any case, the fact that Britain achieved a higher state of democracy does not absolve us from pushing for greater democracy in Morocco. If anything, it is not for the young people among us that need to “se pencher sérieusement sur le problème, d’essayer d’en démonter les mécanismes afin de participer efficacement et à leur manière au long cheminement qui aboutira inéluctablement à la mise en place d’une démocratie viable dans notre pays.” Hmida and many others sharing the same ideology advocating a rewriting of History, either because it didn’t turn out quite as they expected it to, or because they know nothing about and tend to reject anything that contradicts the compulsory national curriculum of civic education circa 1990’s.

It seems he doesn’t understand, or accept that the 5 years following independence were full of political progress, and we achieved more than what we could have ever hoped for in the previous centuries and indeed, in the next decades.

I mean in less than a decade, Morocco has its own pre-constitutional parliament (meant to be a constituent assembly, if it was not for the then-crown prince Hassan) with a good representation of political parties, trade unions, professional trusts and so on (the 76-strong Conseil National Consultatif). In this particular matter –and in many occurrences as well- Morocco catched-up quite quick with the Western democracies, how odd! Why can’t we then advocate for, say, a full secularist judiciary and political legitimization of power, or do we have to wait a couple of centuries as well?

Let us take a look to what the 4th government: Prime Minister Abdellah Ibrahim carried out in less than two years so much workload it can still be felt everywhere: the Moroccan Central Bank, the national Currency, the public companies, the first moudouwana (which, ironically enough was far more liberal than the next one, and, to some extent, the latest amendment) all of that in two years. What the honourable gentleman thinks is impatience is merely anger, or perhaps disappointment to this intellectual waste. One can understand indeed why “La génération « post-Massira » considère que la démocratisation de notre pays se réalise mal, ou au mieux trop lentement à son gré!” as he puts it.

May the house allow me for a conclusion to my long and tedious statement; The bottom line is, democracy is not a ‘steady’ process, and it’s not because far more advanced coutries achieved high levels of democracy that we need to follow the same fashion; I dare say its speed is function of what we Moroccans want to make out of it. I think I can speak for myself and my honourable friends, democracy is here and now, with constant discussions (just like this one) and no self-satisfaction that we should achieve it”.

MAP, IDH et langue de bois

Comme disait Politis, la MAP fait son boulot. Elle le fait très bien d’ailleurs sauf que ce n’est pas réellement sa mission… Bof, on pourra toujours dire que la MAP, financée avec l’argent du contribuable marocain, a une mission (purement secondaire, n’est ce pas) d’objectivité dans ses publications ou ses reportages.


Fidèle à sa tradition surréaliste (point d’écriture automatique, c’est désormais le dadaïsme le plus pur), la MAP sort le texte suivant :

Le Maroc a réalisé plusieurs avancées sur la voie de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), mais ces progrès, pour importants qu’ils soient, ne sont pas reflétés dans l’Indicateur du développement humain (IDH) du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), de plus en plus critiqué de par le monde.’ Un grand bravo pour notre journaliste M. Réda Braim.


M. Ronald Janssen, cité par la dépêche, ne semble pas critiquer le principe de fonctionnement de l’IDH en lui-même. Pas à Princeton en tout cas. Remarquez, je ne suis pas de mauvaise foi, voici un article adoptant une approche plus rigoureuse dans la critique de la conception de l’IDH.

Quant à l’INSEE, un débat a eu lieu à propos de la publication des chiffres du chômage en 2008, donc si le directeur général de l’INSEE, M. Jean Philippe Cotis, [qui] a indiqué que “le Maroc progresse très vite et partage les mêmes préoccupations sociétales avec l’Europe et d’autres pays émergents comme le Brésil (cohésion sociale, formation du capital etc)”, ça n’est pas un argument d’autorité.

L’hypothèse derrière l’article de la MAP est diablement bien ficelée : le classement du Maroc (130ème, faut-il le rappeler, soit loin derrière le Botswana, l’Algérie ou encore la Syrie) étant basé sur un critère faussé, ou discuté, l’ensemble des conclusions de l’IDH sont à rejeter. Un sophisme de second degré.

L’argument de la MAP, se résume au point suivant : ‘Tout le monde convient que le PIB/Habitant n’est pas significatif dans la répartition de revenus dans un pays”, a-t-il expliqué (Lahlimi), précisant que “l’IDH ne pouvait être satisfaisant pour des pays qui ont le développement humain du Maroc et surtout le niveau de ses statistiques et leur capacité analytique’.

Une observation initiale, l’IDH est loin d’être un indicateur unique, et ce n’est certainement pas un simple rapport PIB/Habitant.

Avant de nous… étendre sur l’argumentaire foireux de la MAP, jetons un coup d’œil sur la note technique du calcul de l’IDH ; On remarque que la définition de la note technique, décompose l’IDH en trois critères qu’on peut supposer

· La qualité et durée de vie en amélioration, mesurée par l’espérance de vie à la naissance.

· Le savoir : mesuré par le taux d’alphabétisation et l’intégration aux secteurs de production

· Un niveau de vie décent, calculé par le rapport de PIB réel par habitant, en Parité de Pouvoir d’achat

Un détail peut être sur le dernier critère : corrigé en PPP, le rapport du PIB réel par habitant donne une idée sur la productivité individuelle, ainsi que de la taille du revenu dont dispose le facteur travail dans une économie donnée. Parler, dans ce cas là, d’indicateur frustre relève plutôt de la mauvaise foi. (On retrouve cependant des critiques plus méthodiques, comme dans les publications de l’OCDE)

C’est dommage, j’aurais bien voulu avoir un document répertoriant les ‘plusieurs avancées sur la voie de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) dixit Makhzen A la Presse.


Bon, ce qui devait être une vanne MAPiste s’est vite transformé en une charge féroce et nihiliste contre cette institution respectable.

à la MAP, la reconnaissance d’un nihiliste sincère.


En parlant des Objectifs du Millénaire pour le Développement, on lit que le Maroc, parmi d’autres pays, doit :

· Réduire l’extrême pauvreté et la faim

· Assurer l’éducation primaire pour tous

· Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

· Réduire la mortalité infantile

· Améliorer la santé maternelle

· Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies

· Préserver l’environnement

· Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Aujourd’hui, il ya possibilité de vérifier ce que Maroc a réalisé comme objectifs. Qui veut commenter ?

(carte disponible sur wikipedia, en l’état)

Gauche dure, Gauche molle…

Posted in Moroccanology, Polfiction by Zouhair ABH on January 2, 2010

Je pensais à écrire un article superficiel ; Quelque chose comme la suite de la nouvelle inachevée, ou un article critique sur la série ‘Secret Diary of a London Call Girl’ (ne me jugez pas !) ; Mais après des discussions électroniques, j’ai été bousculé dans mes convictions. Je ne suis pas à proprement parler un fanatique. J’ai quelques fois des poussées d’entêtement, ou d’identification passionnée à telle ou telle position politique, idéologique ou de principe.

Hier a été un choc pour moi : des amis –et des camarades- ont essayé de me faire croire que le PSU a une dominante social-démocrate. Je n’ai rien contre la social-démocratie (certains de mes meilleurs amis sont des socio-démocrates…) Mais considérer que c’est la couleur du PSU, ou du PSU new age comme nous le voudrions, c’est se payer la tête des gens, et plus grave, la mienne, et détruire le fond idéologique même du Parti.

Bref, ces camarades et amis confondent social-démocratie et nouveau socialisme, la première étant plus proche de la droite libérale que des principes originels du socialisme, le second se construit, et est, pour l’instant, polysémique et plutôt hétérogène. Et comme les définitions ne sont pas arrêtées et objectives dans les esprits de ces personnes, je me permets de mettre chaque terme, chaque concept dans sa petite boîte, afin que l’on ne traite plus jamais le PSU de communiste, ou de social-démocrate, tant que les critères objectifs n’auront pas été présentés. Si mes propres opinions font de moi un salaud de communiste (que je suis quelque part; je me reformule, communiste et salaud) et athée (que je ne suis pas) je ne suis pas représentatif de ce qu’est le PSU. De même qu’un autre, social-démocrate blairo-jospiniste, ne peut prétendre représenter le parti, ni imposer ses vues. Nous ne sommes pas une nouvelle USFP à démocratie interne, nous sommes une expérience tout à fait nouvelle de synthèse de la gauche.

Avant d’exposer une situation où la social-démocratie en contexte marocain serait une catastrophe pour le projet démocratique (en détail), je me permets de détruire ce mythe de la ‘dominante social-démocratie’ du PSU. Plus précisément, que les camarades Moujahid ou Sassi le sont. Un autre nom dirige aussi la plateforme majoritaire : Ibrahim Yassine, un ancien de ‘23 Mars’ et de l’OADP, idéologue du Parti et très loin de la social-démocratie telle que les critères objectifs permettent de la définir ; remarquons que ni Moujahid, ni Sassi ne sont socio-démocrate dans le sens de la définition objective. A propos, seule l’USFP est représentée à l’Internationale Socialiste, qui regroupe les partis socio-démocrates du Monde

D’après les documents du IIème congrès, la plateforme majoritaire, prétendument social-démocrate, stipule :
‘le PSU s’attache aux idéaux et principes du Socialisme à travers ses dimensions philosophique et mécanismes de défense d’un héritage de lutte pour une pensé libératrice, démocratique et humaniste{…} et de représenter les intérêts des classes laborieuses, à court et à long terme (P15-16 du rapport synthétique du Congrès)
On observe que le texte d’introduction de la plateforme ‘social-démocrate’ qui détient une majorité au Bureau Politique n’est pas plus centriste que Die Linke en Allemagne, qui a vécu une expérience de fusion aussi, et dont la direction a une origine vaguement social-démocrate, mais dont la pratique et l’idéologie sont plutôt à gauche. On constate que les termes utilisés (classes laborieuses pour le prolétariat) contredisent un des aspects vitaux de la social-démocratie du XXIème siècle : alors que la plateforme ‘Militer pour une transition démocratique’ est convaincu de la véracité du concept de ‘lutte des classes’ (et, nous verrons plus tard, le concept de ‘Front de classe’), le social-démocrate se refuse à croire à ce ‘conte de fée’ (Kautsky).
Plus loin, on lit : ‘le PSU croit sincèrement en un plan économique d’ensemble à mettre en place en parrallèlle des réformes démocratiques, qui favorise les intérêts des composantes essentielles de la société marocaine, principalement des classes populaires, lesquelles sont désireuses d’accéder à des conditions de dignité, l’éradication du gaspillage des deniers publics {…} Mettre en place une politique de subvention de de certains produits et services, comme l’énergie domestique, les transports, les télécommunications et les prêts à la consommation’ (P.20)
Même au niveau économique, la priorité est donnée à la redistribution, à la lutte contre les monopoles privés, à l’amélioration des conditions de vie du prolétariat, autant de mesures qui ne produiront pas un taux de croissance important, mais plutôt une politique de réallocation des ressources vers les couches défavorisées.
Rappelons-nous : Blair a relevé les frais d’inscription aux universités, Clinton a supprimé un certain nombre de subventions de transports au niveau fédéral pour les jeunes et les chômeurs, en quête de travail… comme l’expérience l’a démontrée en Allemagne sous Schröder, la France sous Jospin, l’Angleterre sous Blair et les USA sous Clinton-, la social-démocrate adopte impunément des politique de droite. De qui se moque-t-on ?

Bref, rien dans le rapport de la plateforme majoritaire ne permet de les qualifier de social-démocrate ; par conséquent, dire que le PSU est un parti à dominance crypto-social-démocrate relève soit d’une méconnaissance de ses documents essentiels, soit d’une mauvaise foi caractérisée.

Dans ce cas, pourquoi vouloir faire du PSU un parti social-démocrate ? l’idée derrière est qu’une image ‘light’ est plus facile à faire passer, et ce pour recruter un maximum d’esprits brillants. Eh bien, dans ce cas précis, je me permets de citer Pierre Desproges : ‘un artiste ne s’abaisse jamais au niveau de son public, il l’élève à lui-même’. Si l’instinct d’une population bien éduquée se sent attiré par la social-démocratie, c’est surtout par manque de culture politique. Etre social-démocrate et demander une réforme constitutionnelle au Maroc relève d’une contradiction désarmante : la nature centriste de la social-démocratie imposerait un traitement plus graduel qu’une réforme constitutionnelle. En d’autres termes, demander une réforme constitutionnelle, dans une optique social-démocrate, relève d’un certain radicalisme étranger à ses valeurs.

Et supposons quand bien même le PSU gagnerait à être social-démocrate. Supposons que la réforme constitutionnelle ait conduit le PSU au pouvoir. Toutes ses initiatives seront bloquées par le lobby économique du Makhzen, réforme constitutionnelle ou pas.
Quand on sait que les 2/3 de la capitalisation boursière de Casablanca sont contrôlés par l’ONA-SNI, Regis , Ergis, leurs filiales respectives et leurs participations croisées. Sans oublier la BMCE et RMA-Watanya. Même avec une CDG appuyant la volonté gouvernementale, toutes les grandes décisions économiques (instrumentalisation des taux d’intérêts, des taux d’imposition et des politiques de subventions), peuvent conduire le Maroc à une impasse en quelques semaines (la résistance économique se mesure à la réserve de devises, qui n’est pas des plus solides) Et un social-démocrate cherche surtout à s’attirer les sympathies de la classe patronale.
Je n’ai rien contre cela, et certains patrons à la fibre sociale (comme Kamal Tazi, ou Fouad Abdelmoumni) sont des alliés stratégiques de la gauche radicale ; Mais la posture idéologique du social-démocrate vis-à-vis de la chose économique fait de lui un interlocuteur affaibli et faible. Face au lobby makhezenien, doit se créer une gauche irréductible, et refusant les nuances propres à affaiblir la résolution de transformation sociale.

Que des camarades défendent une idée de social-démocratie au PSU, c’est leur droit, c’est notre force d’avoir une pluralité d’opinions dans l’unité du Parti. Mais je me refuse d’envisager d’abandonner ou de taire, comme une honte ou une tare, l’héritage marxiste-léniniste, nassérien et tiers-mondiste. L’image de Lénine n’est peut-être pas sexy, mais l’ignorance de ses écrits ne donne pas le droit de le considérer comme un vestige du passé.

Le IIIème congrès approche, je travaille sur mes contributions, mais pour ceux qui veulent –et je crois que c’est de bonne foi de leur part- renouveller l’image du Parti, s’il vous plaît, au lieu de cacher ce que vous considérer être vieillot ou dépassé, dévoilons l’histoire, éduquons…