The Moorish Wanderer

How Will the Budget Look Like in 2016 and Beyond?

Posted in Dismal Economics, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on April 14, 2012

166 Votes in favour, 49 against and 15 abstentions. Is this opposition going to fill the void left by PJD? Very unlikely.

On the news front, Finance Minister is hellbent on keeping his pledge to bring the deficit down to 3% of GDP by 2016, and maintains his sunny forecast for an average growth of 5.5% over the 2012-2016 legislature. Fair enough, these projections are going to be put to the test eventually. There is enough data out there to check whether this figures are likely to compute, or if the minister’s overly-optimistic projections are going to fall flat. Mister Sunny-side got it wrong, and no one calls him on his bluff.

First off, I would like to point out that the Finance Ministry does not seem to be bothered with the lack of year-on-year quantitative targets: a responsible government, one led by an economist no less, should put out a projection of future indicators, such as the deficit and the national debt. Perhaps the minist er and his whipping boy do not want to get caught if their projections do not fit reality, and perhaps these two have spent too much time at the ministry to see the woods from the trees (both Baraka and Idrissi were officials with the MINEFI)

Dreamy Scenario: 5.5% growth rate, 3% Deficit GDP over 2012-2016

First off, an average of 5.5% GDP growth over 2012-2016 means the Moroccan economy has to deliver about 6% over the next three years (2013-2016) a tall order, given its past performance as well as the constraints on the long-term trend. Nonetheless, the counter-argument in favour of a 6% continuous growth all the way to 2016 could be made by predicting a strong recovery in Europe. But then again, the uncertainty surrounding that is so dense that it would be wise to preclude any strong contribution from exports to growth in the near future.

to bring the deficit back to 3% by 2016, the Budget will have to borrow a lot. (fiscal receipts are defined here as primary taxes)

A 5.5% average growth puts GDP to 1.02Tn dirhams (congratulations Mr Benkirane!) means the government can go up to 198Bn in primary fiscal receipts. However, that means Brothers Baraka & Idrissi thought of a comprehensive fiscal reform scheme – a doubtful endeavour, especially on an election year. However, a more realistic assumption is that some modest reform boosts primary (Hauser) fiscal pressure up at around 18% means some 183Bn can be levied by 2016, an average of 170Bn over 2013-2016.

The idea the deficit would be brought under control -i.e. below 3%- by 2016 finds some justification in the light of available data; assuming the deficit takes an AR(1) the following form: d_{t}=\alpha*d_{t-1}+\beta +\varepsilon _{t} the average points out to a sustainable deficit of 2.2% relative to GDP, i.e. 21Bn on average over the next 4 years. This means either a freeze on discretionary spendings (paywage, essentially) which amounts to a spending cut (in real terms, paywage would actually fall) or a commensurate increase in borrowings to match inflationary pressures and make up for the shortfall in fiscal receipts. According to MINEFI figures, almost half the civil service payroll is below the average income, i.e. between 60,000 and 70,000 dirhams per annum.

Accordingly, and keeping in mind the projection for inflation in 2012 is likely to go up to 2.5%, there will be an automatic increase in almost half of the total public payroll to match it up, not to mention the fact that there are some 100,000 civil servants that are likely to retire by 2012, and many -if not all- of them will be replaced, which means the frantic pace of recruitment will most likely be maintained all the way to 2016, i.e. an incremental increase of 2% per annum.

This ties the hands of the government over another hot potato: this scenario assumes the Compensation Fund does not distribute more than 56Bn in subsidies on average over the next 5 years, an overly optimistic assumption, one that contradict the very initial claim made by the Minister: a 5.5% growth on average means that more and more wealthy households will consume goods, prompting a disproportionate increase in subsidies and resources allocated to the Fund.

This sunny projection by the minister’s own figures for 2016 shows the inherent contradiction of the government’s policies, as well as the hidden cost for the lack of reforms:

Likely Scenario: 5% growth over 2013 – the lowest possible deficit (but not 3%)

And I would say the smart money is on that one: there is no way the economy can recover straight from the present sluggish prospect and deliver a steady 6% a year all the way to 2016. The closest 3-years performance in recent economic history is 5.7%, observed in 2001-2003, and that was during an expansionary cycle.

In truth, the government will miss the 3% cut-off. and more likely than not, by a relatively large number, possibly as high as 7%. Indeed, the combined effect of high borrowings, high payroll and the increasing cost of compensation. Lest we forget, compensation grows at a higher rate than GDP growth – and the price of oil is a key component.

One thing is sure though: this government cannot deliver a 5.5% average growth rate, much less a 3% deficit by 2016.

Réforme Fiscale: Quand “Elargir l’Assiette et Baisser les Taux” Prend un Nouveau Sens

Le choix des différents taux appliqués à l’Impôt sur le Revenu me semble déterminé plus par un raisonnement juridique qu’une démonstration économique – jusqu’à présent, je n’ai pas eu l’occasion de trouver un document du Ministère des Finances démontrant l’opportunité des choix de taux, ainsi que les revenus auxquels ces derniers sont appliqués. Mieux encore, il n’y a aucune étude publique justifiant de l’opportunité de l’ensemble des dépenses fiscales attachées à l’Impôt sur le Revenu, les exemptions, moratoires et autres ‘aménagements’ fiscaux n’ont toujours pas prouvé leur utilité, ou même l’impact que ces dernières peuvent avoir sur la comportement du contribuable.

Pour se faire une idée de la pression fiscale résultant de l’Impôt sur le Revenu, ses recettes représentent à peu près 3.8% du RNB. Grosso Modo, cela signifie que chaque ménage au Maroc paie près de 4,440 dirhams d’impôt; mais cette approximation rend peu compte de la réalité, puisque de larges populations n’y sont pas assujettis, alors que d’autres paient moins que le montant théoriquement exigible. Il est par exemple tout à fait compréhensible que les 10% des ménages les plus défavorisés soient exemptés d’IR – dû au faible 25,172 dirhams de revenu moyen propre à ce décile- les 10% les plus favorisés disposent d’un revenu supérieur à 427,931 dirhams (mais ne paient pas l’impôt sur le montant intégral); En réalité donc, la pression fiscale réelle sur les revenus est plutôt proche de 3.97%, c’est-à-dire 5,000 dirhams par ménage imposé. Cependant, même ce taux est peu crédible: comment expliquer l’écart important entre le taux marginal théorique de 38% et celui réel, de 1.16%?

L’explication est simple: il y a au Maroc une inégalité importante de distribution des revenus, et le système de taxation actuel ne fait que renforcer cette inégalité, avec un taux effectif plus important sur les classes médianes/moyennes; de plus, il faudra noter que de nombreux ménages disposant d’un revenu agricole important sont exemptés d’impôt, et disposent même d’une subvention fiscale généreuse propre à la source de leurs revenus.

<30,000 per annum: ……………exempté
[30,001 ; 50,000] per annum: ………..10%
[50,001 ; 60,000] per annum: ………..20%
[60,001 ; 80,000] per annum: ………..30%
[80,001 ; 180,000] per annum: ………34%
>180,000 per annum: ………………….38%

Ces tranches de revenus et les taux correspondants sont décorrélés de la distribution des revenus. Les taux à 30% sont par exemple les plus touchés, puisqu’ils correspondent aux revenus des classes médianes, celles touchant en moyenne 75,500 dirhams annuels. Après tout, ce n’est pas la classe moyenne qui saura profiter des différents dispositions du Code des Impôts et faire de l’optimisation fiscale. Ce sont bien les ménages exigibles du taux marginal de 38% qui en ont les moyens, et transforment ce taux en un bouclier fiscal.

Est-il donc possible de créer un système de taxation alternative? Bien entendu. Ce système aura l’avantage d’être simple, progressif (et progressiste) facile à mettre en place et permet de réduire la taille de la bureaucratie nécessaire au traitement des déclarations d’impôts, ainsi que de faire le ménage dans les textes obscurs de loi et des circulaires administratives. Il n’y a qu’un seul point sur lequel la proposition en entier est fondée: les résultats obtenus de la distribution des revenus au Maroc doit être solide et statistiquement robuste. N’ayant pas accès aux données brutes, je baserais mes calculs sur les données publiées par le HCP sur la répartition des revenus en 2009.

la distance entre le revenu du ménage et le revenu médian sert à calculer le taux d'imposition spécifique

Permettez que je commence avec quelques ‘échauffements’ pour illustrer mon opinion. Pour des facilités de calcul, je suppose que la répartition des revenus des ménages au Maroc suit une loi normale avec une moyenne de 114,420 dirhams, et un écart-type échantillonné à 1,474 (la taille de l’échantillon correspondant à 1/1000 ème du nombre des ménages au Maroc, soit 6516) Les calculs sont facilités par les différents propriétés de la Loi Normale (dont la symétrie, entre autres)  ainsi, suivant la distance entre le revenu moyen (et médian) de 114,420 – le taux spécifique exigé du revenu de ce ménage sera calculé sur l’écart-type mesuré. Parce que les ménages aux revenus inférieurs à la médiane paient un taux effectif de 7%, nous nous proposons de générer une distribution normale équivalente N(7 ; 1) pour une distribution normale des revenus N(114,420 ; 1,474)

Nous remarquerons que dans ce cas de figure, les 1% les plus riches, disposant d’un revenu de 117,850 dirhams seront imposé à 9.3%, alors que les classes moyennes, plutôt proches des 114,420 dirhams, ne paient pas plus de 6.9% en impôts. Les revenus de l’IR générés dans cet univers passent donc des 28.96 Milliards prévus dans la Loi de Finances 2012, à 46.82 Milliards, avec une pression fiscale réelle de seulement 6.3% du Revenu National Brut, avec en prime une exemption des 651.600 ménages les plus défavorisés.

Cette augmentation importante des recettes fiscales est essentiellement justifiée par le fait que la distribution des taux coïncide parfaitement avec celle des revenus, permettant à l’impôt d’être plus équitable et plus efficace.

Exemple supplémentaire: un ménage recevant un revenu de 111,000 dirhams  devrait payer 4.68% soit:

w_{t}\pm \alpha_{t}\sigma=114,420

on utilise le coefficient de distance de l’écart-type en calculant le taux d’imposition spécifique:
t_{p}=7\%\pm\alpha_{t}

Un autre ménage recevant 117,000 dirhams de revenus devra payer 8.75%. Simple, rapide et facile à mettre en place. De plus, il est facile de démontrer que sous ce système, les ménages paient un taux effectif inférieur à l’impôt actuel: dans les deux cas, chacun des ménages devra payer respectivement 5,194 et 10,237 dirhams d’impôt, ce qui est largement inférieur à l’IR présent, de 20,450 et 22,580 dirhams respectivement.

(le code source ci-dessous permet de générer un échantillon aléatoire normal de 6,516 ménages)

#Income Distribution
#Phase 1: assume Income follows Normal Distribution
#Sample 1/1000 of total number of Households - HCP Census
n<-6516
I_M<-rnorm(n, mean=114420, sd= 1474)
hist(I_M, prob=TRUE)
quantile(I_M, probs = c(0.01,0.99,0.95, 0.25,0.5, 0.1, 0.05))
Tax_Norm<-rnorm(n, mean=0.07, sd=0.01)
quantile(Tax_Norm, probs = c(0.01,0.99,0.95, 0.25,0.5, 0.1, 0.05))

Cependant, le monde dans lequel nous vivons n’est pas Normé, Centré et Réduit. Il y a de telles inégalités de revenus que le ratio entre les revenus médian et moyen sont de 2 pour 1, un autre indicateur de ces disparités de revenus. J’essaierais donc de prévoir une estimation correcte de la distribution des revenus, en utilisant les Lois de Pareto et Exponentielles, et utiliser les résultats pour donner une estimation des recettes fiscales attendues du nouvel impôt sur le revenu.

Comment sait-on que la distribution des revenus au Maroc suit une loi de Pareto? Premièrement, il s’agit d’observer la fonction de distribution cumulative construite à partir des données publiques de déciles. Le graphe ci-dessous prouve bien que la répartition des revenus au Maroc est très inégalitaire et par conséquent se prête bien à une estimation par la Loi de Pareto.

Parts cumulatives des revenus par déciles (HCP)

L’intérêt de l’exercice est d’utiliser l’information publique sur la part du RNB par décile, et après avoir généré la distribution aléatoire correspondante, et d’y faire correspondre un taux d’imposition continu et discriminatoire – dans le sens où chaque revenu a un taux d’IR unique y correspondant. Tout le monde y gagne, car l’impôt alternatif exerce une pression moindre sur les ménages, mais en même temps augmente les recettes perçues par le Trésor.

Comme les revenus sont extrêmement dispersés (de 25,000 à 427,000 dirhams) nous nous proposons d’utiliser une propriété pratique de la distribution Pareto en utilisant la Loi Exponentielle à la place, car elle permet en effet de représenter plus facilement l’intervalle de revenus disponibles.

Puisque nous considérons un échantillon à 1/1000 de la population totale, le revenu maximum est de 1.18 Million dirhams – le ménage le plus riche dans notre échantillon, pour ainsi dire- et nous vérifions aussi que les “1%” les plus favorisés jouissent d’un revenu d’au moins 520,600 dirhams, illustrant la propriété inégalitaire de la distribution des revenus, dans l’échantillon et dans la population totale.

Enfin, nous constatons que le revenu médian de l’échantillon est de 79,500 dirhams, ce qui donne une bonne approximation du revenu médian réel de 75,500 dirhams.

Le calcul qui suit génère des taux d’imposition suivant une loi Exponentielle correspondante, et donc:

(le code ci-dessous génère un échantillon aléatoire de 6,516 ménages suivant une distribution Exponentielle)

#Phase 2: generation Exponential Income distribution
n<-6516
#Sample as previous: 1/1000 of total number of Households
I_Exp<-rexp(n, rate = 1/114420)
summary(I_Exp)
quantile(I_Exp, probs = c(0.01,0.99,0.90, 0.25,0.5, 0.1, 0.05))
Tax_Exp<-rexp(n,rate=1/7)
summary(Tax_Exp)
quantile(Tax_Exp, probs = c(0.01,0.99,0.90, 0.25,0.5, 0.1, 0.05))

Nous nous retrouvons donc avec des résultats intéressants: les 1% de ménages les plus affluents paient un Impôt sur le Revenu de 31.47%, taux qui reste inférieur au taux nominal existant. Les ménages médians, ceux qui gagnent 79,500 dirhams paient un taux de 4.73%; le même calcul peut s’appliquer à des revenus différents. Pour un ménage touchant 86,000 dirhams, le taux spécifique sera 5.72%. Pour faire le calcul, il s’agit simplement d’observer la probabilité à laquelle un revenu w_{t} puis utiliser la probabilité obtenue pour calculer le taux correspondant dans la distribution générée de l’IR synthétique – et les revenus générés sont tels qu’une exemption des 10% les plus défavorisés est non seulement faisable, mais n’a aucun impact de taille sur les conclusions. Prenons l’exemple d’un ménage touchant 75,500 dirhams; ces derniers paieront près de 4,873 dirhams, un montant inférieur aux 10,325 dirhams qu’ils sont supposés payés sous le code existant. De plus, les ménages les plus fortunés, ceux qui touchent 173,918 dirhams paient près de 10.91% en taux d’impôt, soit 18,978 dirhams, moins que les 41,900 dirhams du Code des Impôts.

De même, les recettes fiscales de ce nouveau système d’impôt s’élèvent à près de 46.4 Milliards, bien plus que les 28.96 Mds du PLF 2012. Encore une fois, la pression fiscale relative au RNB, ou même au PIB n’est pas sensiblement affectée, soit 6.49% en tout.

Welfare: is the Price to pay THAT high for the deficit?

First off, I happened to read some feedback from RNI’s La Pasionaria Mbarka Bouaida (who is no longer Member of Parliament) on the 2012 Budget Bill, and she had that weird comment on the Welfare expenditure embedded in the budget:

Ce projet de loi de finances a une forte dimension sociale, pensez vous que le gouvernement a les moyens de ses ambitions sociales ?

Tant que le nouveau gouvernement n’attaque pas les réformes de fond comme la refonte de la caisse de compensation, la réforme fiscale, la problématique de l’emploi public et privé… il ne pourra pas tenir ses engagements sociaux. En l’absence de ces réformes, le déficit commercial va dépasser les 200 MMDH ; la croissance ne dépassera pas les 3%, les réserves de changes sont ramenées à 4 mois d’importation tant qu’il n’y a pas de mesures de relance.

and I was wondering whether the budget actually has a lot of money in store for welfare programs; Most of these are categorized under ‘Special Treasury Funds’ (CST) and from what I can tell, that’s all in all 7.8 Bn dirhams. That’s 2.26% of the total Budget expenditure, and 21% of total deficit. When one takes a harder look at budget lines, the cost of welfare does not account for a lot in terms of deficit, Public Service borrowings and other costs of opportunity that might justify the abysmal budget our representatives have been presented with.

if the budget is indeed putting an emphasis on welfare, then it is badly distributed

The expenditure on ‘welfare’ departments has not increased a lot; Education and Health are the biggest contributors to the Budget welfare programs, and they have scored respective increases of 6,9% and 10.7% year-on-year. Not a lot there too, considering the 18.3% of overall Budget increase.

Unless one consider the Compensation Fund to be a welfare program by itself, which is a bit of joke, considering how it benefits at 85% about 600,000 households – I just don’t see many households benefiting from 7.600 dhs, and it doesn’t seem like it has any effect in bringing inflation to the current 1.1%. The deficit, in short, is not due to the welfare programs, but to the reluctance to tackle subsidies and carry out real fiscal reform.

L’Etrange Budget 2012: quand les impôts ne suffisent plus plus à payer le train de vie de l’Etat

Posted in Dismal Economics, Flash News, Moroccan Politics & Economics, Morocco by Zouhair ABH on March 19, 2012

La montagne a grondé, et a accouché d’une souris. En examinant de plus près les documents du PLF 2012, le Budget proposé par la nouvelle coalition gouvernementale dirigée par Abdelilah Benkirane a été dépensier, et surtout, trahit un décalage important entre la rhétorique enflammée des ministres PJD quant à la lutte contre le gaspillage et le détournement des deniers publics, et l’explosion de ces même dépenses. Pire, le prix à payer pour acheter la paix sociale a été sous-estimé, sur tous les horizons temporels. La question que je me pose est donc la suivante: comment ce gouvernement saura-t-il confronter les décisions douloureuses de consolidation fiscale qui se poseront plus tard, alors même qu’il recule devant une restriction plus modérée des dépenses à son premier budget?

Ce que le populisme moralisateur nous promet.

Le ministre du Budget, M Driss Azami Idrissi déclarait devant le Parlement le 16 Mars dernier:

لقد تمت صياغة مشروع قانون المالية لسنة 2012 في بعده المالي على أساس حصر مستوى العجز في 5 بالمائة مقابل 6.1 بالمائة سنة 2011، وذلك في سياق تنفيذ إلتزامات البرنامج الحكومي بخصوص العمل على الرجوع التدريجي لنسبة عجز الميزانية في حدود 3 بالمائة من الناتج الداخلي الخام في أفق 2016

Nous pouvons donc déduire, sans risque de nous tromper, que le déficit moyen que ce gouvernement inscrira dans les prochaines Lois de Finances d’ici 2016 sera certainement supérieur à 3%, et donc supérieur à la moyenne observée depuis vingt ans (avec ou sans les recettes de privatisations encaissées). De plus, cette projection contredit l’engagement du parti chef de coalition de réaliser un déficit moyen de 3% d’ici 2016. Dans le premier cas, nous avons un objectif de 3% d’ici la fin de la législature – et donc une moyenne supérieure à 3%- et dans le second cas, une promesse de réaliser une moyenne de 3%, et donc des chiffres de déficit bien inférieurs à ce que le gouvernement s’engage à atteindre.

Il s’agit d’être très prudent quant à la question des déficits: tôt au tard le gouvernement sera obligé de les payer, et cela signifie une augmentation des impôts ou une baisse de dépenses; et le risque ici est que le déficit sera tellement important, que les réductions de dépenses, et les augmentations d’impôts toucheront une grande partie des ménages et entreprises marocains. Et dans ce cas précisément, le déficit annoncé dans le nouveau PLF 2012 a atteint 32 Milliards dhs, 35 Milliards lorsque les recettes de privatisations de sont pas prises en considération.

A noter que le déficit n’est pas le seul problème: le solde primaire se chiffre à +68 Milliards de dirhams. A première vue, c’est une bonne nouvelle; cependant, le solde primaire inscrit au Budget 2011 se chiffrait à 74 Milliards; plus préoccupant encore, le solde primaire réel -c’est-à-dire sans prendre en considération les recettes d’emprunt- se chiffre à  un déficit de 900 Millions dhs. Les recettes fiscales seules ne suffisent pas (plus) à payer les salaires des fonctionnaires, les factures d’électricité et de gasoil, les stylos et papiers utilisés par l’administration. En clair, les recettes ordinaires ne suffisent plus à payer le fonctionnement normal du gouvernement. Nous constatons là un échec patent dans le fonctionnement de l’administration; alors que les recettes fiscales sont supposées d’abord servir une certaine politique de redistribution, voilà qu’elles ne sont même pas suffisantes à couvrir le fonctionnement administratif de la machine bureaucratique.

Pour un gouvernement qui prétend combattre le gaspillage des dépenses publiques, il est extraordinaire de noter une augmentation annuelle de 23.5%, dont 8% dans les dépenses de matériel. Les économies promises par le Ministre de l’Enseignement Supérieur, Mr Lahcen Daoudi, de l’ordre de 5 Millions de dirhams dans son département, se sont transformées en augmentation des dépenses de l’ordre de 3 Milliards dhs.

Il a fallu prévoir un emprunt s’élevant jusqu’à 65 Milliards, dont 20 Milliards qui seront levés à l’international – et vraisemblablement payés à un taux d’au moins 6% (considérant les rendements exigés sur l’Euro-obligation émise par le Ministère des Finances en 2010) la crise des années 1980 a commencé ainsi: des emprunts régulier et croissants, le prix que ce gouvernement est prêt à payer pour obtenir la paix sociale, semble-t-il, a été mal calculé: la justification officielle du déséquilibre est, nous disent les ministres du MINEFI, le financement de la Caisse de Compensation. Mais alors, où est la réforme tant promise? Et surtout, où est la justification quantitative à pomper 40 Milliards du budget (soit 12% du Budget, 5.4% du PIB) les redistribuer aux plus riches, et au final se trouver avec un taux d’inflation de 2.5%, soit 0.7 points en dessus de la tendance observée durant la décennie passée, et surtout, plus du double du taux observé en 2011.

La composante PJD du gouvernement, si vivace lorsqu’il s’agit de dénoncer la corruption et la décadence morale gangrénant le Maroc, est remarquablement timide quant il s’agit de la plus grande injustice infligée à près de 6 Millions de familles marocaines: leur faire payer la consommation des 600,000 ménages les plus riches, leur faire subir une augmentation des prix, et hypothéquer l’avenir de leurs enfants avec une dette publique galopante.

Projet de Loi de Finances 2012 – Chiffres Clefs

Posted in Dismal Economics, Flash News by Zouhair ABH on March 15, 2012

Le Projet a été défendu aujourd’hui devant le parlement; voici en exclusivité les grandes lignes du PLF 2012

Tagged with: ,