The Moorish Wanderer

L’Austérité Ninja

Posted in Flash News, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on November 30, 2012

Un budget d’austérité? Peut-être bien. Les hausses d’impôts insérées lors du débat précédant le vote à la Chambre des Représentants n’ont pas été contre-balancées par des réductions d’impôts au profit des classes moyennes, ce qui signifie peut-être que ces ressources additionnelles n’ont pas été levées pour atteindre un certain objectif d’équité sociale ou fiscale (pour cela, il fallait chercher du côté des 36 Milliards de dépenses fiscales par exemple) mais simplement pour éviter un déficit primaire qui serait très dommageable à la “ligne officielle”: l’économie est robuste, les finances publiques aussi.

Ce que les médias semblent par contre oublier de mettre en relief (mais il faut bien leur pardonner, n’est-ce-pas) ce sont les réductions insérées dans les budgets de plusieurs départements ministériels. Certes, le montant total des dépenses de fonctionnement des ministères a augmenté de 11.5 Milliards de dirhams en une année (soit une augmentation d’un peu moins de 6%, en termes réels – pour une diminution des dépenses d’investissement de 230 Millions de dirhams) mais certains ministères ont réduit leurs dépenses de personnel ou de matériel, un montant économisé de près de 1.03 Milliards de dirhams. Un montant négligeable comparé à la hausse annuelle, encore plus marginal comparé au budget général, mais observons la répartition de ces réductions; trois ministères notamment en concentrent 92.7%:

MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE.............627.250.000dhs
MINISTERE DE LA SANTE..........................230.237.000dhs
MINISTERE DE L'EMPLOI ET FP.....................99.850.000dhs

En termes absolus, les budget respectifs de ces ministères ont augmenté, mais très peu, que ce soit en comparaison avec l’augmentation moyenne, ou en termes réels (c’est-à-dire en prenant en compte l’inflation, ou l’inflation-spécifique au besoin pourvu par le département)

* Le Budget agrégé du Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur a augmenté de 2.52% entre 2012 et 2013, donc virtuellement gelé en termes réels pour le niveau d’inflation, et une réduction réelle du budget de 1.65% par rapport au niveau de l’inflation spécifique aux dépenses d’éducation – soit 600 Millions de dirhams (ce sont les étudiants de l’UESCE-UX qui ne seront pas contents…)

* le Budget du Ministère de la Santé au augmenté de 2.85% – une augmentation réelle de moins de 2% à 1.5%.

* Le Budget du Ministère des Transports a diminué aussi bien en termes nominaux et réels: -.38% (soit 3 Millions de dirhams) et en termes réels, c’est une réduction annuelle de 5.6%.

Le contribuable sera peut-être rassuré par l’augmentation du Budget de la Justice et des départements annexes (juridictions financières, mission inter-ministérielle des Droits de l’Homme, etc.)  ou encore du Budget de la Défense Nationale, lequel représente 18% de l’augmentation nette des dépenses ministérielles agrégés.

D’un autre côté, cette “austérité” est peut être le résultat de mesures d’économie. Il est cependant très difficile de justifier des réductions de dépenses (réelles ou nominales) dans certains départements dits sociaux, alors que d’autres ministères profitent d’augmentations substantielles de leurs budgets respectifs. Les mesures d’austérité, ou d’économie sont en général calculées afin de minimiser le coût social généré par la détérioration de la qualité du service public . Cela ne semble pas le cas.

(Note: les Budgets pour 2012 et 2013 sont récupérables ici)