The Moorish Wanderer

MAP, IDH et langue de bois

Comme disait Politis, la MAP fait son boulot. Elle le fait très bien d’ailleurs sauf que ce n’est pas réellement sa mission… Bof, on pourra toujours dire que la MAP, financée avec l’argent du contribuable marocain, a une mission (purement secondaire, n’est ce pas) d’objectivité dans ses publications ou ses reportages.


Fidèle à sa tradition surréaliste (point d’écriture automatique, c’est désormais le dadaïsme le plus pur), la MAP sort le texte suivant :

Le Maroc a réalisé plusieurs avancées sur la voie de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), mais ces progrès, pour importants qu’ils soient, ne sont pas reflétés dans l’Indicateur du développement humain (IDH) du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), de plus en plus critiqué de par le monde.’ Un grand bravo pour notre journaliste M. Réda Braim.


M. Ronald Janssen, cité par la dépêche, ne semble pas critiquer le principe de fonctionnement de l’IDH en lui-même. Pas à Princeton en tout cas. Remarquez, je ne suis pas de mauvaise foi, voici un article adoptant une approche plus rigoureuse dans la critique de la conception de l’IDH.

Quant à l’INSEE, un débat a eu lieu à propos de la publication des chiffres du chômage en 2008, donc si le directeur général de l’INSEE, M. Jean Philippe Cotis, [qui] a indiqué que “le Maroc progresse très vite et partage les mêmes préoccupations sociétales avec l’Europe et d’autres pays émergents comme le Brésil (cohésion sociale, formation du capital etc)”, ça n’est pas un argument d’autorité.

L’hypothèse derrière l’article de la MAP est diablement bien ficelée : le classement du Maroc (130ème, faut-il le rappeler, soit loin derrière le Botswana, l’Algérie ou encore la Syrie) étant basé sur un critère faussé, ou discuté, l’ensemble des conclusions de l’IDH sont à rejeter. Un sophisme de second degré.

L’argument de la MAP, se résume au point suivant : ‘Tout le monde convient que le PIB/Habitant n’est pas significatif dans la répartition de revenus dans un pays”, a-t-il expliqué (Lahlimi), précisant que “l’IDH ne pouvait être satisfaisant pour des pays qui ont le développement humain du Maroc et surtout le niveau de ses statistiques et leur capacité analytique’.

Une observation initiale, l’IDH est loin d’être un indicateur unique, et ce n’est certainement pas un simple rapport PIB/Habitant.

Avant de nous… étendre sur l’argumentaire foireux de la MAP, jetons un coup d’œil sur la note technique du calcul de l’IDH ; On remarque que la définition de la note technique, décompose l’IDH en trois critères qu’on peut supposer

· La qualité et durée de vie en amélioration, mesurée par l’espérance de vie à la naissance.

· Le savoir : mesuré par le taux d’alphabétisation et l’intégration aux secteurs de production

· Un niveau de vie décent, calculé par le rapport de PIB réel par habitant, en Parité de Pouvoir d’achat

Un détail peut être sur le dernier critère : corrigé en PPP, le rapport du PIB réel par habitant donne une idée sur la productivité individuelle, ainsi que de la taille du revenu dont dispose le facteur travail dans une économie donnée. Parler, dans ce cas là, d’indicateur frustre relève plutôt de la mauvaise foi. (On retrouve cependant des critiques plus méthodiques, comme dans les publications de l’OCDE)

C’est dommage, j’aurais bien voulu avoir un document répertoriant les ‘plusieurs avancées sur la voie de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) dixit Makhzen A la Presse.


Bon, ce qui devait être une vanne MAPiste s’est vite transformé en une charge féroce et nihiliste contre cette institution respectable.

à la MAP, la reconnaissance d’un nihiliste sincère.


En parlant des Objectifs du Millénaire pour le Développement, on lit que le Maroc, parmi d’autres pays, doit :

· Réduire l’extrême pauvreté et la faim

· Assurer l’éducation primaire pour tous

· Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

· Réduire la mortalité infantile

· Améliorer la santé maternelle

· Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies

· Préserver l’environnement

· Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Aujourd’hui, il ya possibilité de vérifier ce que Maroc a réalisé comme objectifs. Qui veut commenter ?

(carte disponible sur wikipedia, en l’état)

Mythomanie Aprement Protoclaire… la MAP

Posted in Moroccan ‘Current’ News, Moroccan Politics & Economics, Moroccanology by Zouhair ABH on January 11, 2010

Il m’arrive souvent de visiter le site de la MAP (Maghreb Arab Press). C’est une source d’information intéressante. Pas toute l’information bien sûr, mais avec la MAP, on est sûr d’être en possession du dernier discours de Sa Majesté, des communiqués officiels et des comptes-rendus des activités gouvernementales et royales. Par contre, quand il s’agit de commenter l’actualité, il faut le dire, les journalistes MAPistes sont résolument attachés à leur école surréaliste.

Tenez, un exemple : Amnesty International a sorti un rapport sur le sort des recommandations de l’IER. Un rapport assez dur -et avec raison- envers la situation des droits de l’homme au Maroc, et surtout, un reproche quant à la négligence dont fait preuve le Maroc pour l’application des recommandations de l’IER (Instance Equité et Réconciliation), je cite :

“Since the early 1990s, there have been efforts to “turn the page” on past human rights violations through the release of hundreds of political prisoners and prisoners of conscience, the introduction of some legal and institutional reforms and the financial compensation of a number of victims of human rights violations and their families.
The IER, which was mandated to enquire into gross human rights violations that occurred between 1956 and 1999 particularly enforced disappearance and arbitrary detention with the aim of ensuring that such violations are never repeated, gave birth to hopes that a genuine effort was under way to address the legacy of the past. Its creation signalled that there was strong political will at the highest level of the state to improve the human rights situation in Morocco and Western Sahara. Indeed, the IER’s work was unprecedented in acknowledging the Moroccan government’s responsibility for committing grave human rights violations in the past and in seeking to provide redress for its many victims.

[…] However, four years after the IER finished its work, the expectations raised by this groundbreaking initiative – the first and sole such effort in the Middle East and North Africa region – have not been fully met. Of particular
concern is the failure of the Moroccan authorities to fully comply with their international obligations in granting victims of human rights violations their rights to truth, justice and adequate reparation.”

Rendons à César ce qui est à César : Amnesty reconnaît de bonne foi la nouveauté de l’IER, et de son expérience unique dans la région MENA, mais dans le même temps, elle fustige l’échec des autorités marocains à appliquer les recommendations de l’IER.

Du côté de la MAP, rien de pareil, sur cette dépêche, on pouvait lire :

“Londres – La création de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) a traduit une forte volonté au plus haut niveau de l’Etat de promouvoir la situation des droits de l’homme au Maroc, a indiqué l’organisation internationale de défense des droits de l’homme, Amnesty International (AI, basée à Londres). La mise en place de l’IER en 2003 et l’action entreprise par l’instance ont marqué “une rupture symbolique” avec le passé, a dit AI dans un rapport sur l’action de l’instance.
L’IER, qui a été chargée d’examiner les violations des droits de l’homme commises entre 1956 et 1999, a suscité des espoirs que des efforts réels étaient consentis en vue de régler l’héritage du passé, note l’organisation, soulignant “l’action sans précédent” de l’IER en vue d’identifier et régler ces violations.
“La situation des droits de l’homme a changé d’une manière profonde” à travers le Maroc, relève encore Amnesty, rappelant les principales recommandations de l’Instance.
L’organisation, qui a qualifié de “pionnière” l’initiative de mettre en place l’IER, a relevé que cette dernière représente “le premier et l’unique effort du genre dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du nord
“.

On a surtout l’impression que les journalistes de la MAP n’ont lu que la première page d’un rapport de 196 pages. A ce propos, le site de l’IER a discrètement retiré le document final (ou plutôt la synthèse du rapport final, ce dernier n’a pas été rendu public).

Vous trouverez la synthèse ici, deux pages de recommandations bien modérées qui n’ont jamais été appliquées. à la MAP, on ne semble pas en être conscient. Feu Benzekri doit se marrer de tristesse dans sa tombe…