The Moorish Wanderer

Glimpses of Morocco’s History Vol. 3

March 30th is only days away. March 30th, 1912, a rainy and sad day, Imperial Sultan Moulay Abdelhafid signed the Fes Treaty, thereby abdicating Morocco’s sovereignty to France and to Spain. Immediately after word has it the Sultan, ‘أمير المؤمنين’, the First Imam, sold the country to the Christians. neighbouring tribes rebelled and marched on Fès, where the few European residents were massacred by the local populace. The soon-to-be Résident Général, Gen. H. Lyautey, directed a column to break the encirclement and free the city.


Who signed the Treaty? Who Sold Morocco? Who is a Traitor to the Nation? (Picture Wikipedia)

Next year will be the 100th anniversary of the treaty a representative of the Alaouite family signed -in exchange of 40.000 pounds. Judas Iscariot sold Jesus for 30 pieces of silver, so obviously Morocco is a bit above the going rate (and modern valuation techniques were not fashionable at the time). I wonder whether some kind of celebration will be organized; Remember the pompous celebration of Fès‘ 1200th birthday, preposterously portrayed as ‘1200 years of Moroccan history‘, as if nothing happened before, or simply as if Morocco did not exist before Idriss 1st had Fès built in 808, or as if nothing existed before Okba Ibn Nafii conquered the Far-West (المغرب الأقصى).

In view of obvious facts however, especially those documented by other sources, bending history is no longer viable, and again, I wonder how things are going to be spun, especially when one considers that Sultan Abdelhafid is directly related to Hassan II  (as in his Great-Uncle) So when Moncef –it’s high time you packed up and got the hell out of your ministry– Belkhayat starts accusing people of High Treason, I would suggest he takes a closer look to pre-1912 history before he starts sprouting his baseless accusations.

I apologize for the heinous introduction. That’s because I can’t stand the Makhzen myths (and take great pleasure in challenging them)

Morocco in 1912 was less a country than a formal sovereign entity: large parts of its territory was De Facto occupied by both France and Spain, and Tangier was already an international city, with delegations -and their ‘protected’ enjoying total impunity from a Makhzen shadow of its former self. Historians like to date back this Götterdämmerung of sorts to the death of Hassan Ist (1894). Court intrigue and a youthful successor did nothing but exacerbate colonial appetites over Morocco: the French and Spanish of course, but the British were still considering their chances as well, and the Germans too thought of Morocco as their first attempt to build an overseas colonial empire. If anything, Morocco was, in its own right, the next Sick Man of North Africa (after Tunisia in 1883). These tumultuous circumstances saw the enthronement of Moulay Abdelhafid (after an ambivalent, even murderous, interregnum) on the condition that He, defender of the Moroccan Umma, denounces all past signed treaties with the Christian nations, re-affirm the Imperial sovereignty over contumacious tribes and gain back those territories the French and Spanish expeditionary forces have occupied. He was preferred over his brother Moulay Abdelaziz for his supposed piety and orthodoxy. He was confirmed as the new Sultan by Fès’ scholars, and:

‘Fez accepted him as Sultan, on the distinct condition that the city was to be exempted from all taxation. This His Majesty solemnly promised and he kept his promise for a few weeks, until, in fact, he was strong enough to break it and then he collected taxes, legal and illegal [Note: The Maks was considered un-Islamic, hence its status as illegal tax], with gusto never before experienced’. (W. Harris, Morocco That Was)

Later on however, he realized the Imperial treasure was empty, and perspective of levying new taxes, or even collecting taxes were bleak, as effective Imperial authority was limited to the few kilometres surrounding some urban centres. Moulay Abdelhafid started his bid for power, but soon realized he was as powerless as his brother before the tribes and the western powers.

Louis Hubert Gonzalve Lyautey

Maréchal De France, Hubert Lyautey, Pacifier of Morocco, first "Résident-Général" Image via Wikipedia

The reason why the old Imperial authority died away so rapidly was mainly due to the its foundation on the religious prestige of its rulers (Sultans direct descendent of the Prophet)as well as Morocco’s isolation, and fanaticism of its people (and the ensuing repression in tax collecting Harkas) postponed the inevitable and kept a certain degree of independence. Now that money could not be levied and troops not paid, tribes and zawyas could riot and declare autonomy from the Makhzen authorities, while French troops steadily progressed accros the desert from the South, and in 1907, from the Eastern border. Now, the main argument regularly invoked to justify the treaty was that ‘it held Morocco together’. This statement overlooks the fact that Morocco as a sovereign entity was a purely nominal concept: true the Imperial Court and its protocol were upheld, and ambassadors paid their respect in Fès -and later on, in Rabat- to the Sultan. Other than that, real power, the violent exaction of taxes on the Moroccan nations, the only real symbol that asserts Imperial sovereignty, disappeared De Facto, and with Western occupation, De Jure as well.

The newly appointed Resident-General Hubert Lyautey, accompanied by French minister Henri Regnault proposed to the Sultan a deal, whereby his nominal authority would be preserved, or as it will come to be known, ‘protected’, in exchange of an explicit recognition of France’s and Spain’s rights over Morocco. The recognition was to be formalized in a treaty, presented March 13th, effectively signed March 30th in the Imperial palace at Fès.

Obediently, the Sultan succumbed, but the protectorate [did not] resemble […] the British veiled protectorate in Egypt that would have granted the Makhzen autonomy in areas like Justice and Administration, but the French protectorate in Tunisia, where the Bey was reduced to a cypher. (C.R. Pennell, ‘Morocco Since 1830, NYU Press. 2000)

Why, in light of the above-described circumstances, did Sultan Abdelhafid signed the treaty? Why did he sign his abdication act? ‘the official document of abdication was handed over. In return he received a cheque of 40,000, the last instalment of the agreed sum of money which the new Protectorate Government of Morocco had undertaken to pay him.‘ (Harris, 1921). Isn’t that a wilful treason, selling His throne and Morocco in exchange of an estate in Tangier and a pile of Cash? A lucid observer can conclude the Sultan signed the treaty to protect the Throne, and not Morocco.

How is that for ‘The Glorious Sherifians Throne’ ?

Ah, ça ira, ça ira…

Posted in Tiny bit of Politics by Zouhair ABH on December 10, 2008

“… Les aristocrates à la lanterne, les aristocrates on les pendra !”

cette célèbre chanson révolutionnaire est symbolique : le peuple a suffisamment supporté le poids des privilèges, il se révolte et fatalement, liquide ceux qui l’exploitaient. 1789 et de 1917 ont ce point commun d’être un ras-le-bol populaire contre ce qui était vécu comme une situation profondément injuste : en Russie tsariste, 95% des terres étaient la propriété de moins de 5% de la population.

Quand Necker et Turgot voulaient établir un impôt universel et supporté par tous, la noblesse a usé de son influence auprès de Louis XVI pour donner congé aux inspirateurs desdites réformes. La suite, nous la connaissons tous, ce même Roi perd la tête –au sens propre bien entendu- et les Barons, Marquis, Princes, Comtes et autres titres aristocratiques furent soit exécutés, soit acculés à l’émigration. Après 1917, Les princes russes durent s’exiler en Europe, où, pendant les années 1920, il n’était pas rare de voir l’un d’eux conduire un taxi pour (sur)vivre.

Deux exemples, deux constats : le Peuple déteste les inégalités, et par-dessus tout, les privilèges. A. de Tocqueville, pourtant peu suspect de jacobinisme, a bien relevé cet attachement singulier de l’individu à la condition égalitaire. Aux privilèges, des hommes comme Saint-Simon –comte- opposaient l’égalitarisme : quand il s’opposait au droit d’héritage, quand il évoquait “l’égalité des chances de départ”. Et la Gauche dans tout cela ?
La Gauche est historiquement et viscéralement une idéologie antiprivilèges. Contrairement aux racontars des détracteurs de l’idéologie socialiste (puis plus tard communiste) la gauche n’a pas vocation à pratiquer le “nivellement par le bas” comme le considèrent certains esprits en chargeant la gauche d’Egalitarisme, étouffant les talents et les compétences.

Non, la Gauche est antiprivilèges. Ces derniers sont d’origine divine, les noms à particule tirent leur légitimité de celle du monarque, donc celle de Dieu? Les Jacobins, lointains ancêtres de la gauche française, proclament l’égalité des citoyens. Egalitarisme ? Certes non, cette égalité des droits est un prélude à l’égalité des moyens, d’autant plus que ces “ci-devants” n’ont, pour reprendre le bon mot du peuple britannique au XVIIème siècle : “du temps où Adam bêchait et Eve filait, qui était le noble ? ” Que dire à ces nantis, quand leur privilège découle de leur naissance, d’un “travail caché qui ne dit pas son nom” ? destruction des compétences et des talents ? allons bon ! En reprenant les terres du seigneur, en garantissant les assignats sur sa fortune, on l’exproprie d’une richesse qu’il n’a pas produit, et dont il jouit egoïstement, alors que ses métayers  souffrent de la disette.

L’Egalité des droits et de la condition de citoyen est une correction volontariste, sanglante même, d’une situation injuste en redistribuant intégralement les “cartes du jeu”. Nous serions tentés aujourd’hui de proclamer avec une certaine satisfaction : les privilèges ont disparu. Désormais, c’est le règne de la “Méritocratie”, le règne par le travail et la valorisation des compétences. Nous pouvons d’ailleurs le remarquer : la structure des revenus et des niveaux de vie de la société française, par exemple, est une structure à forte concentration autour du revenu médian, et de faibles dispersions autour. Peu de riches, peu de pauvres et beaucoup à la condition “moyenne”.

Ce que Tocqueville prêtait à la société américaine comme qualité suprême de mobilité sociale allait-il s’appliquer à la société française ? Il n’y a certes plus de nobles, mais désormais des bourgeois. Car quand nous parlons des privilèges, nous évoquons bien entendu deux versants de cette anomalie sociale : d’une part les restrictions d’un bien rare au profit d’une petite catégorie de nantis, d’autre part les mécanismes d’exclusion qui perpétuent le caractère restreint du privilège. D’après les chantres de la droite, les privilèges de l’Ancien Régime ont disparu, et les signes de réussite sociale et économique ne doivent plus être stigmatisés, mais plutôt montrés et revendiqués : Bolloré, Pinault, Bouygues,… peuvent bien étaler leurs richesses, mais une question se pose : ces richesses sont elles dues à leurs talents seuls ? Bien sûr que non, puisqu’ils ont hérité d’une structure déjà florissante, ils ont hérité d’un privilège. Tout se passe donc comme si, pour apaiser une population aux caractéristiques homogènes –et qui souffre, rappellons-le, d’une baisse de son pouvoir d’achat-, on lui fait miroiter la réussite –financière, économique et sociale- d’une petite frange : les entrepreneurs (des héritiers surtout) des artistes, des sportifs… ce que Althusser dénonçait dans son ouvrage “Idéologie et Appareil Idéologique de l’Etat”, sauf que ce n’est plus l’Etat qui domine et impose sa domination –privatisations obligent- c’est désormais les classes dominantes, les classes privilégiées. Alors que durant des années, les privilégiés adoptaient cette devise de la famille Peugeot “vivons heureux, vivons cachés”, vigilance populaire et communiste oblige (oh, il ne faisait pas bon d’être riche après 1945…) les changements géopolitiques de la fin du XXème siècle ont assuré les nouveaux privilégiés d’une certaine impunité vis-à-vis des non-privilégiés, auxquels on refuse l’accès aux ressources rares.

Je ne saurai que conseiller aux incrédules de lire cet ouvrage de P. Bourdieu, “Noblesse d’Etat : Grandes Ecoles et Esprit de Corps” pour convaincre de la survivance d’un système de distinction et d’attribution de privilèges de l’Ancien Régime. A cette situation, la position de la Gauche est plurielle : certains s’en accommodent en tentant de “démocratiser” l’accès à ces privilèges, ou tout au moins, à en donner l’illusion ; Certains revendiquent une égalisation brutale et volontariste des conditions des uns et des autres. Entre ces deux extrêmes, nous nous situerons au centre donc – au grand plaisir de nos amis d’Avant-Centre- : qu’un individu recueille le fruit de son labeur et qu’il en jouisse est tout à fait normal. Après tout, on a souvent tendance à escamoter la seconde phrase de Proudhon : “La propriété, c’est la liberté”. Mais que ce surplus créé le soit sur le dos d’autres, ou aux dépends d’autres individus, cela relève de l’inacceptable.

Ce que la Gauche –à mon humble avis- critique finalement, ce n’est pas tant la réussite ou le petit “extra” dont dispose un individu par rapport à un autre ; non, ce que la gauche critique, c’est l’usage qui en est fait : transformer un bien rare en une sorte de rente, un privilège, c’est instituer les inégalités et les consacrer. Dépasser cet état de choses peut résider dans la “redistribution perpétuelle” : en clair, il s’agit d’égaliser les conditions des individus dans une société donnée, en redistribuant indéfiniment les surplus générés. Pure justice sociale visant à écarter toute situation de rente et d’exploitation, situation qui conduit à l’émergence d’un privilège qui devient peu à peu indigne. Que nos contradicteurs soient rassurés, ni le talent, ni les compétences ne seront découragés par ce genre de mesures, car la philosophie qui la sous-tend est inspirée par Tocqueville : une masse d’individus aux conditions à peu près égales, qui circulent constamment entre la sphère supérieure, leur sphère et la sphère inférieure. Pas de situation de rente, pas de privilège, mais une fluidité et une mobilité sociales qui garantissent l’harmonie dans la société.

À nos “amis” de Droite : puisque vous prônez la flexibilité du travail, et que vous concevez la flexibilité du capital dans sa forme spéculative… il faudra aussi s’attendre à une flexibilité dans la détention du capital : eh oui, il n’y a pas que le petit salarié qui doit trinquer à cause de la mondialisation !