The Moorish Wanderer

New Constituency Seats for Parliament

Looking at the returning results from General Elections in the United Kingdom, I was interested in the idea of ‘University Constituencies‘ where seats are not particularly allocated on a geographical basis, and what is more important to my mind, targeting a particularly homogeneous but ultimately illusive electorate.

As numbers stand now, first-time voters are at dangerously low levels, both as a percentage of total registered voters and in their respective cohort. The danger being, short of a profound reform of electoral rolls, an increasing trend in disenfranchising voters, thus subverting the electoral process and the very idea of representative democracy. The fact the ruling party in the current coalition government has seemingly dropped their support for electoral reform has pretty much precluded any push for renewal in the electoral rolls. Recent comments from the Interior Ministry suggest little or no change should be expected on that front.

As it stands now, the Moroccan parliamentary system exhibits a two-tiers system in its upper house: 305 members of parliament are elected on the local ballot, while 90 are selected on the basis of national results, 60 seats of which are allocated to female-only lists, and 30 for de facto young (under 40) males. Yet these members do not have a constituency, which is both a blessing and a curse: on the one hand, they are free to pursue whatever cause they fancy with no fear of backlash from their hypothetical voters, but on the other hand, they are beholden to their party leadership, for fear of being deselected, or worse still, put at the bottom of the party list, where there is little hope of taking up a seat.

There is also the apropos argument these elected representatives are not “full” members has they do not have a mandate: a recent opinion handed down by the designate constitutional court, striking down the provision of a Women’s Caucus suggests otherwise, since their argument was based on the fungibility of members of parliament, i.e. they are not subject to community allegiances whatsoever. The same line motivated another opinion on the continuity of government as well.

Members of the Court have honoured the French tradition of their curriculae, since by denying the individual qualities of each of the 395 members of parliament, they assert the idea of a homogeneous nation, whose representatives are no longer bound to the local constituencies that got them there. I fear this view is widely shared across the political spectrum, and does weaken the reformist claim many (including political opinions I am partial to) herald as their own.

Let us go back to the idea of university constituencies: obviously the first order of business in parliamentary reforms is to reduce the number of seats, so as to flatten regional discrepancies: sparsely populated areas tend to be allocated more seats per capita than, say metropolitan regions, which gives undue advantage to some parties and candidates, as well as produce counter-intuitive results, for instance during the 2007 elections, where PJD had a slight advantage over the Istiqlal on the popular vote, but was eventually a good dozen seats behind.

Seat allocation does not seem to obey a specific, let alone transparent rule: on the eve of each general election, the same ballet is performed by the Interior Ministry, in charge of rewriting electoral regulations, and political parties, each with grievances that often translate in patchy compromises the current ballot system does nothing to alleviate: as a result,  there is virtually no chance one party could get hold of an absolute majority and form a government on their own.

Nonetheless, a simple rule can be adopted for all future distributions of seats, the statistical distribution of voter registration allocates seats per province, with a minimal number of two per constituency, historically close to 43.000  per seat. This system has the benefit of reducing the local-ballot seats by 51 seats, distributed as follows:

Region 2011 Seats Reform Uni Seats Net Change
Casablanca 34 28 2 -4
Chaouia 19 15 1 -3
Doukkala 18 10 1 -7
Fez 20 17 2 -1
Gharb 18 17 1 0
Guelmim 10 10   0
Laayoune 5 4   -1
Marrakech 28 24 1 -3
Meknes 17 15 1 -1
Oriental 23 18 1 -4
Ouad Dahab 8 8   0
Rabat-Salé 24 19 2 -3
Souss 28 27 1 0
Tadla 16 12 1 -3
Tanger 25 20 1 -4
Taza 12 10   -2
Total 305 254 15 -36

Densely populated regions lose comparatively fewer seats compared to Southern and rural regions, but the results greatly reduces discrepancies of past elections. Furthermore, in the context of a first-past-the-post system list, the requirement of having at least a female candidate for all competing candidate list ensures a minimum 92-strong female caucus, a 36% female representation, double the current 17%, and in line with female labour participation.

The younger generation also need not be granted a quota: university constituencies can serve the double purpose of expanding the electoral roll, as well as provide voting incentives to an otherwise disaffected population: there are about 600.000 Moroccans registered at universities, vocational/occupational schools,  institutes and other high-education facilities, many of whom far from their home towns. Also, instead of having 30-odd members with no fixed constituency to answer for, the Moroccan youth will have a chance to elected their representatives on their own terms and rights. As a result, Parliament would look radically different:

Parli_Pie

the number of sitting members would be cut from 395 to 269, with 15 University Seats, and at least 92 Female seats, since nothing precludes female university candidates, or winning lists with more than one female candidate.

Advertisements

Le Corps Electoral, Circa 2013

Posted in Intikhabates-Elections, Moroccan ‘Current’ News, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on December 12, 2013

Sur le fil twitter de l’ancien Ministre des Affaires Etrangères, M. Saaddine Othmani:

Il est toujours agréable de trouver sur internet des bribes d’informations à priori publiques, mais dont l’accès est jalousement gardé, et dont la rareté oblige à une certaine créativité en matière d’inférences statistiques.

En l’occurrence, le Ministère de l’Intérieur a bien voulu mettre en ligne quelques aspects généraux des caractéristiques du corps électoral, sans pour autant se risquer à les mettre à disposition des citoyens sous un format exploitable, ou dans un  détail qui permet d’en faire une bonne interprétation. Mais je ne suis pas ingrat; comme disent les petits Martiens dans Toy Story: ‘Nous vous devons notre reconnaissance éternelle’.

J’ai souligné à plusieurs reprises que le corps électoral allait entamer un déclin irréversible si rien n’était fait pour motiver les générations les plus jeunes à s’inscrire massivement, voire à abaisser l’âge légal du vote pour associer le maximum d’individus au processus électoral. Les partis politiques de tout bord, comme l’administration, ne semblent pas être affectés outre mesure par cette tendance, il est même probable qu’ils en ignorent les conséquences (ou en anticipent les bénéfices, suivant l’opinion qu’on se forme du processus démocratique) et j’en veux pour exemple les articles triomphalistes produits lors du renouvellement des listes avant chaque consultation électorale. L’économiste en Juin 2009 rapporte:

Coup de jeune pour le corps électoral! Les moins de 35 ans constituent 32% des 13.360.219 personnes appelées à voter ce vendredi 12 juin. Principale raison: l’abaissement, initié par le Souverain en octobre 2008, de l’âge d’éligibilité à 21 ans au lieu de 23.

Alors que le journal Aufait Maroc déclarait en Mai 2011:

Deux tiers des demandes émanent des jeunes

[…] Devant cet apparent engouement pour le prochain rendez-vous consultatif, Hassan Aghmari ne pouvait que qualifier ce score d’“encourageant”. La même source précise que les deux tiers des demandes d’inscription sur ces listes ont été présentés par les jeunes: en effet, la tranche d’âge 18-25 ans a dépassé 43%, et le pourcentage de ceux âgés de moins de 35 ans s’est situé à 66%.

À en croire Hassan Aghmari, 56.000 demandes d’inscription ont été enregistrées quotidiennement, un “taux qui n’a jamais été enregistré auparavant”.

Or une brève représentation graphique du corps électoral comparée à la population adulte (âgée de 18 ans et plus) montre que l’écart se creuse, un phénomène qui est supposé être bloqué par ce “rajeunissement” du corps électoral. Le résultat est un retour de la taille du corps électoral à un niveau inférieur à 2002.

Le déclin de la population inscrite est imputable au désintérêt des jeunes en âge de voter à s'inscrire.

Le déclin de la population inscrite est imputable au désintérêt des jeunes en âge de voter à s’inscrire.

On constate par exemple qu’en l’espace des deux consultations électorales en 2011, le corps électoral enregistrement une perte nette de presque 30.000 individus enregistrés – en moins de six mois. Le même raisonnement qui sous-tend l’explication du déclin brutal dans la population inscrite entre 2007 et 2009 contredit la ligne fréquemment sortie en rapport avec le rajeunissement du corps électoral avec des faits sommaires: une prépondérance de plus en plus significative des individus âgés de plus de 30 ans, et un non-remplacement des électeurs décédés par les nouveaux inscrits.

En supposant une évolution stable des facteurs conduisant à la radiation effective du corps électoral, c’est-à-dire suivant les dispositions de la loi 57-11, principalement le décès et les peines privatives des droits civiques, il n’est possible d’expliquer le déclin du taux d’inscription des adultes que par un refus ou un désintérêt chez les premiers votants, en l’occurrence les jeunes âgés entre 18 et 25 ans à s’inscrit sur les listes. Pour tester cette hypothèse, on compare simplement cette catégorie avec les données de la décennie passée, et en utilisant les statistiques produites par B. Lopez Garcia:

  2002 2007 2013
Inscrits 15,58% 9,00% 7,00%
Pop. Totale 14,20% 14,02% 13,44%
Pop. Adulte 23,16% 21,73% 19,67%

(Note: le taux d’inscrits âgés entre 18-25 ans est inféré sur la densité de la population totale et celle âgée entre 20 et 30 ans  en 2002)

La tendance est assez robuste pour conclure que l’indicateur souvent retenu par les médias et les autorités – la population inscrite âgée de moins de 35 ans est fallacieux, car il masque la détérioration du renouvellement de la population inscrite, et donc le désintérêt (par militantisme ou ennui) des jeunes marocains qui arrivent régulièrement en âge d’exercer leurs prérogatives civiques.

Qui “Sur-Performe”? Politiques ou Technocrates?

Un très récent papier de l’excellent Alan Blinder (et Mark Watson) sur les performances économiques des Etats-Unis sous les présidences respectives des Démocrates et Républicains depuis H. Truman n’a pas manqué d’exciter ma curiosité sur l’opportunité de se livrer à un exercice similaire: est-il possible de distinguer les caractéristiques propres aux différents chefs de l’exécutif depuis 1961 qui influent sur la croissance au Maroc? Bien sûr je ne serai pas capable de reproduire le niveau d’analyse de la référence, mais certains résultats sont assez intéressants pour lancer la discussion adaptée au contexte marocain: un politicien élu est-il capable de créer les bonnes conditions pour une croissance harmonieuse et une gestion exemplaire des finances publiques? et si c’est le cas, peut-il créer de meilleures conditions en comparaison avec un Premier Ministre technocrate?

14 Chefs de Gouvernements se sont depuis 1961, autant de politiciens que de technocrates.

14 Chefs de Gouvernements se sont depuis 1961, autant de politiciens que de technocrates.

Une première comparaison semble donner à priori donner un léger avantage à l’option technocratique: à croissance constante, l’inflation et le déficit budgétaire sont inférieurs, tout comme la création moyenne d’emplois est légèrement supérieure. Cependant, ils sont plus enclins à laisser la dette s’accroître, et la position extérieure du Maroc est légèrement moins bonne, et tout ceci en comparaison avec les performances de l’économie domestique sous un exécutif élu.

En quoi cet exercice peut-il être pertinent au contexte politique du Maroc? Il est vrai qu’avant Février 2011, il était admis que le PAM opérerait un contrôle complet sur l’appareil législatif et le gouvernement après les élections prévues en 2012. A côté, il y a eu (et il y a toujours) un argument admis au Maroc que les technocrates peuvent s’occuper mieux des affaires publiques du pays. Cet argument peut même être consciemment véhiculé par un politicien élu, comme M. Ahmed Réda Chami. Il est supposé qu’une petite équipe de dirigeants experts dans leurs domaines respectifs sont mieux à même de prendre les meilleures décisions pour l’avenir de notre pays, précisément parce qu’ils sont compétents, mais surtout parce qu’ils sont libres de toute attache partisane qui pourrait les contraindre à des décisions de court-terme ou biaisées en faveur d’intérêts factionnaires.

On peut aussi détailler les performances de sous-groupes particuliers, notamment si les partis de la Koutla, ou ceux qui étaient à l’opposition avant de devenir un parti de gouvernement

Indicateur Koutla Opposition Technocrate
PIB 4,45% 4,03% 4,31%
Inflation 2,11% 2,25% 3,57%
Dette 59,95% 65,00% 67,51%
Déficit -2,91% -4,27% -4,93%
Emplois 97 670 74 464 159 730

L’intérêt de cette décomposition additionnelle par étiquette partisane est de présenter un résultat qui contredit les résultats initiaux, qui semblent suggérer qu’un exécutif technocratique délivre, à croissance égale, un rythme supérieur de création d’emplois, un niveau de prix plus modéré, et un déficit budgétaire plus soutenable. Le tableau ci-dessus suggère que l’identité partisane  de l’exécutif compte beaucoup dans la différence de performances des indicateurs sélectionnés. Et en faisant le lien avec les graphes plus haut, on peut conclure que les partis non-Koutla (y compris le PJD) ont tendance à exhiber des résultats médiocres qui abaissent la moyenne ‘partisane’, particulièrement en matière de prudence budgétaire et du coût de la vie. Les résultats sont cependant consistants en création moyenne d’emplois, où les périodes sous exécutif technocrate produisent systématiquement une création supérieure d’emplois statistiquement significative en comparaison avec tous les types de politiciens.

Mais ces résultats restent toujours incomplets: qu’en est-il des effets, bénéfiques ou non, hérités par un type de gouvernement du précédent? Il est possible de soutenir que la transition d’un type d’exécutif à l’autre peut profiter ou pénaliser le nouveau Chef de l’Exécutif.

Indic. Tech à Pol Pol à Tech Moyenne
PIB 5,03% 4,25% 4,30%
Inflation 5,04% 3,76% 4,65%
Dette 53,28% 69,41% 62,96%
Déficits -5,07% -4,70% -5,76%
Emplois 131 296 167 349 149 610

En moyenne, un exécutif partisan qui succède à un Chef de Gouvernement technocrate hérite une croissance supérieure à la moyenne de 1961-2012, mais aussi d’une inflation plus élevée. On peut ainsi déduire que la création d’emplois qui à priori est plus importante sous un exécutif technocrate est héritée du prédécesseur politique, tout comme le déficit budgétaire modéré, mais aussi le taux d’endettement plus élevé dans un sens que dans un autre.

Ces résultats doivent cependant prendre en compte la contrainte de la conjoncture internationale: il est possible de soutenir qu’une conjoncture mondiale défavorable peut anéantir les efforts du Premier Ministre en poste, quelque soit son étiquette. En retenant deux indicateurs principaux (prix du Pétrole et des Phosphates) il s’avère que les probabilités de différences en variations de prix pour les deux matières premières sont largement négligeables pour exclure un quelconque effet exogène sur la performance de l’exécutif. On note cependant que les Premiers Ministres issus de la Koutla bénéficient d’un léger avantage sous la forme d’une moyenne inférieure de 4.5% en variation de prix du pétrole en comparaisons avec les autres Premiers Ministres politiques et technocrates.

Que peut-on alors conclure? Les politiques semblent bénéficier d’un avantage assez significatif pour les indicateurs bruts de performance économique, mais ce faisant, ils génèrent plus d’inflation et de déficit par le fait d’une politique probablement activiste. Les technocrates quant à eux se trouvent aux commandes de périodes économiques moins expansives, mais leurs résultats propres restent modestes en comparaison avec ceux produits par les politiciens lorsque la transition se fait dans le sens opposé. On note aussi qu’au sein même du pool des Chefs de l’Exécutif politiciens, les membres de la Koutla font mieux: une forte croissance est 60% plus probable sous un leadership Koutla, de même pour de bas niveaux d’inflation et de déficit budgétaire.

L’argument de la supériorité technocratique est donc sérieusement contesté, dans la mesure où rassembler la meilleur équipe d’experts ne produit pas forcément les meilleurs résultats, ni ne permet forcément de mettre l’économie sur les rails de la reprise. D’un autre côté, il est possible d’argumenter factuellement que la vénalité politique d’un Premier Ministre élu, autrement dit, sa dépendance d’une fragile coalition d’intérêts, le force éventuellement à faire des choix de compromis entre popularité instantanée, et l’espoir de se maintenir au pouvoir aux prochaines élections. Il semble ainsi que l’incitation d’instabilité électorale délivre de meilleurs résultats.

2016 et plus tard

Posted in Intikhabates-Elections, Moroccan Politics & Economics, Moroccanology, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on November 18, 2013

Il est impoli de faire des pronostics sur les perspectives du PJD à se maintenir comme parti de gouvernement alors que le premier mandat de M. Benkirane n’est pas encore bouclé. Pourtant, il est plus intéressant, à mon avis, de revoir radicalement l’échelle du temps politique au Maroc: nous avons eu depuis 1956 près de 31 gouvernements, soit une moyenne de 22 mois, ce qui n’implique pas forcément un changement du chef de l’exécutif, mais plutôt un remaniement de l’équipe gouvernementale. A noter que le gouvernement Benkirane I a réalisé une performance sensiblement proche de cette moyenne. D’un autre côté, les 17 chefs de gouvernements qui se sont succédés depuis M. M’barek Bekkaï, se sont maintenus au pouvoir pendant 34 mois, ce qui implique donc qu’ils avaient en moyenne un seul remaniement à leur actif.

Ces statistiques très descriptives ne peuvent, en l’état, augurer de la performance future de M. Benkirane et de son parti d’ici 2016 et au-delà. Elles sont cependant très utiles à calculer ses chances à se maintenir personnellement au pouvoir, et ensuite la probabilité que le PJD pérennise son nouveau statut de parti du gouvernement.

Le graphe ci-dessous est un illustration des chances de survie d’un chef du gouvernement donné, sur la base des performances passées:

KapMei_CdG

Le graphe ce lit comme suit: à partir du 29ème mois en poste, le chef de l’exécutif en place a 50% de chances à se maintenir en fonction pour les mois prochains.

En l’absolu, la baisse de la probabilité de maintien au pouvoir est triviale, plus le temps passe, plus les politiciens au pouvoir deviennent impopulaires, tout est question de la vitesse à laquelle l’enthousiasme initial (de l’électorat ou du sélectorat) qui les porte au pouvoir décline dans le temps.

Il s’avère ainsi que la probabilité de maintien au pouvoir décline rapidement au cours des 20 premiers mois, ce qui correspond à la pression du remaniement dont on a noté la fréquence similaire plus haut. Cette probabilité de survie ensuite plafonne aux alentours de 38-32%, et décline ensuite pour s’approcher rapidement de zéro.

Quels sont alors les chances de maintien de M. Benkirane d’ici 2016? En l’état, elles sont très faibles, de l’ordre de 22% à 16%, avec une borne optimiste de 50%. Or cette prédiction est très imprécise car elle ne rend pas compte des caractéristiques propres du Chef de Gouvernement actuel, ou du parti-leader qui soutient son gouvernement.

On se propose donc de comparer les fonctions de survie des chefs de gouvernement, selon leur identité partisane (Chef de l’exécutif en vertu de leur appartenance à un parti politique ou non) l’identité du parti politique si c’est le cas, et l’expérience gouvernementale passée de ce parti. Il s’avère ainsi que les résultats sont plus complexes qu’anticipés:

KapMei_subplot

Ce qu’on peut résumer dans le tableau ci-dessous:

Evènement Probabilité Prob. PJD Erreur P Erreur P PJD
Benkirane ’16 21,82% 37,50% 9,57% 28,64%
Un Seul Mandat 89,09% 62,50% 7,26% 28,64%
Victoire ’16 25,00% 50,00% 21,65% 35,36%

A noter que l’évènement “Benkirane 2016” est simplement: “Victoire du Chef de Gouvernement Sortant”.

1/ On remarque que les Chefs de Gouvernements “partisans” ont une durée de vie supérieure à leurs homologues “Technocrates”, ce qui laisse penser que M. Benkirane, et ses potentiels successeurs partisans, membres ou chefs des partis victorieux à la suite d’élections législatives, peuvent anticiper une durée de vie au pouvoir supérieure à la moyenne présenté dans le premier graphe, et par rapport à des personnalités sans attaches politiques. Par exemple, M. Benkirane a plus de chances de se voir reconduire (un évènement conditionné à la victoire de son parti) en 2016,  que M. Jettou après les élections de 2007 ou même le doyen des Premiers Ministres du Maroc, M. Karim Lamrani. Mais M. Benkirane est désavantagé par rapport à M. Osman, qui lui concilie d’autres qualités qui améliorent ses chances de survie circa 1972.

2/ La qualité “insurgé partisan” du PJD lui gagne un délai supplémentaire de survie quelques mois après une deuxième victoire hypothétique: les partis considérés membres de l’Establishment (RNI, UC, dans une moindre mesure l’Istiqlal en tant que membre de la Koutla historique) ont tendance à s’affaiblir très vite, parfois avant la fin du mandat électoral théorique. L’USFP est un contre-exemple particulier, car 2002 offrait bien à M. Youssoufi une coalition majoritaire théorique, mais les dissensions internes ont empêché la réalisation d’un évènement attendu, celui d’un maintien de l’USFP comme parti initialement insurgé ou d’opposition (mais en passe de faire partie de l’Establishment)

3/ La grande spéculation qui concernait le PAM comme parti leader en 2012 (avant le 2 Février 2011) ne se vérifie pas dans les chances de survie d’une personnalité PAM comme Premier Ministre ou Chef de Gouvernement: ce dernier par ses caractéristiques propres observerait une dégradation très rapide des chances de maintien au pouvoir. D’un point de vue tactique, et si l’on admet la “théorie du fusible”, il est plus intéressant d’avoir des partis anciennement contestataires au pouvoir, car ils durent plus longtemps, et le PJD a toutes les chances pour durer au moins autant que l’USFP circa 1997, avec l’avantage dont dispose M. Benkirane, mais pas M. Youssoufi: un groupe parlementaire assez large et des règles de formation de majorité favorables.

Qu’en est-il alors de la probabilité de se retrouver à faire un seul mandat? Si la probabilité de réalisation de cet évènement semble à priori élevée, elle est à mettre en perspective avec la précision d’une telle prédiction d’évènement. Ainsi, les chances du PJD à se retrouver avec un seul mandat en 2016, en plus d’être moins élevée que les chances d’un Chef de Gouvernement générique (une différence faiblement significative, à noter) sont beaucoup moins précises, ce qui implique que d’autres éléments déterminant les caractéristiques de la durée de passage au pouvoir, comme les conditions économiques, ou la taille de la coalition gouvernementale.

Ce qui est clair, c’est que la victoire en 2016 du PJD, avec ou sans augmentation du nombre de sièges au Parlement implique un remaniement à la tête de l’exécutif et du leadership du Parti. Cela veut dire que M. Benkirane doit raisonnablement tabler sur un terme et demi avant d’annoncer son retrait.

“Un Vote ne Compte Pas”

Posted in Intikhabates-Elections, Moroccan Politics & Economics, Moroccanology, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on September 14, 2013

Par les temps qui courent, l’observateur serait tenté de conclure qu’effectivement, un vote, un seul, ne signifie rien. Et c’est probablement le cas: et quand bien même ce vote compterait en absolu, l’élu dans le parlement et le gouvernement qu’il soutient ont ils un pouvoir quelconque à améliorer, ou même affecter le bien-être des citoyens marocains?

ad oculos, il n’y a pas de motivation particulière pour un individu à faire l’effort de se déplacer au bureau de vote: pour le candidat, la masse d’électeurs est interchangeable, et il devient plus intéressant de raisonner en termes de blocs de vote. C’est pour cela qu’il subsiste au Maroc des comportements de vote collectif par exemple, d’où aussi l’importance des intermédiaires (Moul Chkara) dans la collecte des voix.

Mais en réalité, les électeurs sont-ils fongibles? Ils ne le seraient que si la représentation du corps électorat est uniforme. Or ça n’a jamais été le cas, d’abord par les différents modes de scrutin adoptés durant le demi-siècle passé, ensuite parce que le nombre de sièges par province/circonscription n’est jamais uniforme, que ce soit au Maroc ou dans d’autres pays, y compris ceux jouissant d’une tradition démocratique représentative.

Il est naturel d'observer que les sièges avantagés représentent une majorité substantielle. Ceux-ci concentrent 40% du corps électoral, mais 60% des sièges locaux.

Il est naturel d’observer que les sièges avantagés représentent une majorité substantielle. Ceux-ci concentrent 40% du corps électoral, mais 60% des sièges locaux.

La moyenne historique a été d’affecter en moyenne un siège par 48.567 électeurs inscrits (les sièges immédiatement élus sur les listes locales) Or cette moyenne n’est pas indicative: de petites circonscriptions sont largement surreprésentées, 29 circonscriptions sur 92 (un peu moins du tiers) concentrent 181 sièges, alors même que celles-ci ne comptent que 40% du corps électoral inscrit. L’hypothèse d’uniformité du corps électoral (“tous les votes sont égaux”) ne se vérifie que pour 10% des sièges, qui représentent bien 10% du corps électoral.

Mais enfin l’argument initial tient toujours: chaque candidat (ou liste candidate) doit disposer d’une certaine majorité, et l’assurance de victoire est conditionnée par un écart substantiel de votes. En l’état, un seul vote ne peut changer grand chose, par exemple dans la circonscription du Chef du Gouvernement: la différence de votes entre sa liste PJD et la liste immédiatement concurrente RNI était de près de 20.000 voix soit une marge de 70% – ou 10% de la population inscrite à Salé Médina.

Le même raisonnement peut être tenu à l’échelle nationale: alors qu’il est statistiquement possible d’obtenir une majorité absolue au parlement avec moins de 20% des adultes (et probablement moins) la force de mobilisation actuelle des partis politiques fait qu’aucune coalition pré-électorale n’est capable de mobiliser 2.36 Millions. Et pourtant, le G8 aura réussi en 2011 à cumuler près de 2 Millions de voix, et 121 sièges – mais, la condition principale du succès de cette coalition n’a pas été acquise – arriver en premier.

Et c’est là que la deuxième notion attachée à l’uniformité du vote est remise en cause: “l’ordre d’arrivée” des votes est déterminant au niveau national au même titre que dans les circonscriptions. L’importance d’un électeur (ou un groupe de taille relativement faible d’électeurs) est plus importante que l’on ne croit.

Pour démontrer cette assertion, on s’intéresse en particulier aux performances électorales du PJD en Novembre 2011: les 85 sièges initialement obtenus exhibent des majorités différentes, surtout pour les circonscriptions où la performance des candidats de ce parti a été inférieure à la moyenne nationale: ce sont ainsi 15 sièges en particulier qui se prêtent à l’analyse.

Circonscription  Votes Pivots  % des Inscrits
Berrechid 3 132 2,14%
Chefchaouen 519 0,33%
Chichaoua 458 0,31%
Fqih Bensalah 2 591 1,83%
Haouz 612 0,29%
Kalaat Sraghna 448 0,22%
Larache 1 529 0,83%
Nador 1 884 0,84%
Sidi Kacem 203 0,10%
Taza 6 270 2,54%
Jadida 1 725 0,62%
Khemisset 791 0,63%
Safi 1 466 0,51%
Settat 592 0,23%
Taroudant 905 0,39%
Moyenne 1 541 0,79%

Le résultat est remarquable: la moitié de l’avance du PJD sur son concurrent immédiat – l’Istiqlal, est déterminée en moyenne par 1.500 votes par circonscriptions. L’ordre d’arrivée des ces électeurs a été extrêmement important dans le mode de scrutin actuel, donnant la possibilité au PJD d’amasser 15 sièges en plus des autres dont les marges étaient plus confortables.

La dépendance d’un candidat à un vote plutôt qu’un autre est par conséquent très hétérogène, et un vote compte bien, dans les circonscriptions qui comptent: sur une population de 3,2 millions ce sont 23.000 électeurs qui auront décidé une partie essentielle de l’issue de l’élection législative – moins de 1%. Plus intéressant encore, un électeur parmi ces 1.500 essentiels vaut soudainement beaucoup plus: en moyenne sept fois plus lorsque le même rapport est calculé pour l’ensemble du corps électoral.

En l’absolu, un individu électeur n’a aucun impact sur la victoire d’une liste candidate sur l’ensemble des circonscriptions, cela reste vrai. Cependant, l’ordre d’arrivée des électeurs de ceux-ci, c’est-à-dire, la différence de votes dans les circonscriptions les plus compétitives pour le parti vainqueur (national ou local) est exagérée au profit d’une poignée de votes. Cela n’est dû ni au découpage territorial, ni au mode de scrutin puisque cet état est observé aussi dans les démocraties représentatives.

Si cet argument est admis, et en supposant un pourcentage à peu près stable dans la composition du corps électoral depuis 2002, alors la petite minorité éduquée, est tout à fait possible de réaliser l’objectif des 2.3 Millions de voix nécessaires pour obtenir la majorité des sièges (et très probablement aussi pour une coalition solidaire, d’arriver en premier) en offrant des voix-pivots représentant 40% des suffrages.

Alternativement, un résultat plus modeste mais non moins réalisable, serait pour chaque circonscription de peut compter un siège arbitré par cette “minorité influente” soit 92 sièges (122 environ sur les 395 en répliquant les résultats agrégés sur les sièges de listes nationales) avec seulement 14% de cette même population que l’on dit minoritaire, ou détachée de la chose publique.