The Moorish Wanderer

Propositions de gestion des communes, 2009

Posted in Uncategorized by Zouhair ABH on June 10, 2009

Camarades, Lectrices, Lecteurs,

Après une discussion passionnée (?) avec Annous, voici quelques propositions de gestion des communes par le RGD. Ces propositions sont une synthèse entre les principes défendus par le RGD, des extraits des programmes des différentes listes et enfin, ma propre opinion (!). Here follows a bunch of proposals the RGD could bring forward.

* Lutte contre la corruption : revendication classique de la gauche radicale, certains d’entre vous se demandent bien ce que la gestion quotidienne d’une commune peut avoir d’impact sur la lutte contre les marchés publics truqués, les détournements de fonds, etc, etc… Primo, les élus du PSU-RGD sont tenus de faire une déclaration de leurs revenus avant et après leur mandat. Une décision toute simple, mais que seuls deux formations politiques imposent à leurs représentants : la gauche radicale bien sûr, et le PJD. La déclaration de revenus pré et post-mandat est une première étape pour la suite des propositions.  l’extrapolation qui suivra sera peut être farfelue, mais elle trouve ses justifications théoriques dans des travaux de fond sur la théorie du signal : le cas d’une entreprise qui envoie un signal déterminé sur le marché financier en adoptant un comportement temporel quelconque. Barruci en parle dans on ouvrage ‘Financial Market Theory’ : une société cotée envoie un signal positif -et est donc valorisée en conséquence- lorsqu’elle respecte scrupuleusement -et sur une période temporelle longue- les règlementations du marché sur lequel elle est évaluée. L’extrapolation, comme je le disais, est farfelue ; Mais au rythme où les choses se déroulent, l’offre politique marocaine ressemble beaucoup à un marché, et les Marocains à des demandeurs de projets politiques. au delà de l’aspect éminemment monopolistique de ce marché (s’il existe), la position du RGD-PSU (en tant qu’offre de projet politique) se constitue sa crédibilité à travers le respect de principes qu’il s’impose et impose à ses militants. Pour résumer, le message de la lutte contre la corruption, à travers différents moyens, est, pour le PSU-RGD, un message très crédible et donc applicable. Fin de la partie théorique, passons aux moyens que se donnent les candidats de la gauche radicale. En plus de la déclaration des revenus, les programmes des différents candidats omettent -malheureusement involontairement- que leur travail sera régulièrement audité. Par qui ? pour les riches communes, par des cabinets assermentés, et pour toutes les communes, par les associations de quartier. En clair, les candidats PSU-RGD appliqueront les principes de contrôles au sein de l’alliance, à leurs mandatures. cunning, isn’t ? Une commune proprement auditée est en général une commune bien gérée, et les risques de ‘misbehaving’ sont négligeables.

* la Commune et le Citoyen : bref passage, puisque l’association étroite des ‘syndics’ signifie essentiellement, par un effet de cascade, un intérêt marqué de la part du Marocain moyen dans la gestion de son quartier et de sa commune. Comment ? ce n’est pas simple, mais nous faisons le pari de la complexité pour reprendre l’expression d’E. Morin. Un syndic est en général corrompu parce que la gestion de la commune est défectueuse. Lorsque la commune est dirigée par une poignée de gauchos, les brèches type passe-droits sont promptement parées, et les syndics sont ‘toed into line’ comme diraient les British. Reste le comportement des implantations locales du ministère de l’intérieur, sur lesquels les conseils communaux n’ont aucune prise (sauf si vous soutenez les revendications de réforme constitutionelle…)

* Gestion des moyens : après la ‘pacification’ de la gestion financière de la commune, passons à celle des moyens physiques. Le blog d‘Annous faisait état du fameux partenariat PPP (Partenariat Public-Privé). Pour des raisons idéologiques ET historiques, le principe attire les réserves de certaines personnes de la gauche radicale, parmi lesquels je me place. Néanmoins, dans le contexte actuel, et dans les marges de manœuvres proposées aux conseils communaux, le PPP peut être un bon moyen de gestion, une synthèse entre l’esprit de service public et d’efficacité. Mais comme le disait Annouss, ce sont les dispositions du PPP qui posent problèmes. Je suis heureux d’annoncer qu’en assainissant la gestion financière des communes, les négociations avec les intervenants privés, les appels d’offres, les concessions, etc… seront publics, transparents et régulièrement re-négociés. En somme, la commune se dotera des mêmes mécanismes que pour une société privée (contrôle de gestion, audit interne…) faisant appel à des sous-traitants. Cette attitude capitaliste (c’est ça, foutez vous de moi…) ne s’applique pas aux relations qu’entretiendra la commune avec ses citoyens. le RGD-PSU a des propositions très Keynésiano-Fabienne. En termes clairs, une commune RGD-PSU s’arrangera pour assurer un service sanitaire décent pour tous les habitants, des logements étudiants, bref, un cadre de vie épanouissant. Le budget investissement initial sera donc important, avec une attention particulière portée aux équipements collectifs. Comment vérifier que nos conseils communaux vont s’acquitter de leurs tâches ? Des outils de gestion budgétaire plutôt simple que les associations et les cabinets évoqués plus hauts se chargeront d’évaluer.  Discours ? ou pas… les associations de quartier, mais aussi les auditeurs intègreront dans leurs évaluations les feedbacks des habitants de la commune, avec une évaluation de la contribution de la commune au bien-être collectif. Un indicateur difficile à mettre en place, mais qui envoie un signal fort et crédible -dans l’esprit de la théorie énoncée plus haut-

Les propositions décrites ci-dessus sont élargies et puisées dans les programmes des candidats de Yacoub El Mansour, d’El Heroura, des propositions générales du Parti lors des élections de Septembre 2007 et de mes propres conceptions.

l'alliance des hizbicules gauchistes monte à l'assaut

Posted in Uncategorized by Zouhair ABH on June 5, 2009

Bonsoir

Dans quelques jours, des électeurs marocains se donneront la peine pour voter et choisir leurs conseillers communaux. La participation est incertaine, et, personnellement, je m’attends à un autre camouflet type 2007 : Le ministère de l’intérieur n’intervient plus aussi directement dans le scrutin, et les moyens de pression pour mobiliser les Marocains ne sont plus aussi efficaces. Le Maroc a perdu confiance dans le politique, dans tous les sens du terme.Bougie PSU1

Faut-il pour autant désespérer des partis politiques marocains ? si ce n’était mon propre engagement, je serais tenté de tout lâcher. Pourtant… ne sur-estimons pas la conjonction pourtant : elle indique l’opposition et non la négation (Je ne pouvais pas m’empêcher de citer Desproges), pourtant, il y a toujours la possibilité de faire de la politique autrement. Vous qui me lisez, ne connaissez peut être pas l’existence de formations politiques ayant une longue histoire contestataire, des formations encadrées par des hommes et des femmes qui croient en des lendemains meilleurs, qui adoptent une éthique de vie, un système de principes, bref, un comportement-type de ce qu’ils veulent pour le Maroc. ‘Tous pareils, Tous pourris’ pour d’autres formations politiques peut être, mais en tout cas pas pour le PSU, pas pour le Rassemblement de la Gauche Démocratique.

Chers Lecteurs, Chères Lectrices, pensez-y : quand, les premiers, un groupe d’ex-gauchistes a le courage de demander une réforme constitutionnelle, essentiellement une redéfinition de la distribution des pouvoirs au bénéfice du peuple, la suite du programme est prévisible : les élus seront plus étroitement contrôlés et responsable devant leurs électeurs, que ce soit aux communes ou au Parlement . Comme nous parlons des Communales, en quoi cela pourrait influer sur les communes ?  Imaginez un conseil communal dirigé par des élus du RGD : les associations de quartier seront étroitement associées à la gestion quotidienne de la commune, soit une gestion transparente qui s’inscrit dans le discours tenu par la gauche radicale. Une gestion transparente de l’éclairage public, de la propreté sur la voie publique, autant de détails parfois insignifiants mais très importants,peuvent être un moyen pour prouver la capacité de la Gauche Radicale à prendre en main la gestion de la communauté.

En même temps, je ne suis pas content de tenir ce discours : un parti (ou un groupe de partis) est supposé communiquer sur les aspects idéologiques de son programme, et non s’arrêter à des notions que le politique (en tant que système d’éthique ou en tant qu’individus/groupe d’individus) devrait intégrer comme des notions ‘triviales’. Mais l’éducation politique du Marocain étant ce qu’elle est (c’est à dire biaisée et insuffisante), il est nécessaire de mettre en avant une particularité propre à la Gauche Radicale, alors que cette caractéristique est supposée être un pré-requis. Mais bon, la situation actuelle n’est jamais rien que le résultat d’une politique patiente du Makhzen pour démolir  toute alternative à sa propre force.RGD

Mouhim, si vous votez pour le Rassemblement de la Gauche Démocratique, vous aurez un comportement et un discours proche de ce qui suit :