The Moorish Wanderer

La “Compétitivité” Perdue

Posted in Dismal Economics, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on November 5, 2013

Je discutais dans un post précédent de la détérioration des termes de l’échange de l’économie marocaine, un indicateur sérieux de la détérioration graduelle de la compétitivité du Maroc. Je voulais donc trouver le moyen pour articuler ce concept, et surtout, montrer que la manière la plus bénéfique à l’économie dans son ensemble est d’avoir les bonnes incitations vers des activités productives, et surtout, orientées vers l’exportation.

La taille du Maroc en économie et en population dans le contexte mondial est négligeable, et pourtant, le commerce international prend une part de plus en plus importante dans l’économie domestique: l’ouverture du Maroc sur le reste du monde a presque doublé en cinquante ans, et de 50% depuis la signature du protocole GATT à Marrakech en 1994. Cette ouverture a été accélérée par la signature d’une série d’accords de libre-échange avec divers pays, notamment les Etats-Unis et la Turquie en 2004.

Une conséquence directe est la robuste croissance de l’ouverture de l’économie, une moyenne annuelle de 7.7% entre 2004 et 2010 (contre une croissance de l’économie de 4.7% sur la même période) et pourtant, il est difficile de présenter un argument convaincant décrivant l’impact réel de cette ouverture accélérée, ne serait-ce qu’en observant la dégradation graduelle des termes de l’échange depuis la fin des années 1990.

La mise en contexte est nécessaire pour comprendre le raisonnement discuté plus loin: la taille de l’économie marocaine lui impose, pour soutenir sa croissance et générer suffisamment de ressources pour financer son développement, de vendre meilleur à l’étranger. Pour s’en convaincre, il suffit de présenter le raisonnement inverse: supposons que le Maroc peut effectivement se développer en comptant uniquement sur des activités économiques non échangeables, à savoir certains services, et des activités industrielles comme le BTP. Sur le moyen terme, il est possible d’anticiper une amélioration, en moyenne, du bien-être des agents économiques. Or la nature de ces activités économiques fait que celles-ci produisent de faibles externalités positives, et/ou sont gourmandes d’importations. On conclut donc que même dans le cas d’une croissance “domestique”, il est nécessaire de développer en parallèle une activité exportatrice, génératrice d’une valeur au moins égale à celle des importations.

Or c’est exactement ce qu’on observe actuellement: des activités non exportables tirent la croissance depuis deux décennies, mais en même temps, nous ne produisons pas suffisamment de valeur à échanger avec le reste du monde pour financer nos importations. Nous sommes donc obligés d’exporter un bien à valeur productive particulière (notre communauté MRE) ou à compter paradoxalement sur la relative faiblesse du stock de capital pour attirer les investisseurs étrangers cherchant des rendements élevés.

L’idée discutée donc revient à étudier l’effet d’un choc des termes de l’échange sur les parts du PIB que représentent respectivement les activités manufacturières (potentiellement exportables) et le reste des activités industrielles non exportables. De même, on se propose aussi de vérifier si les évolutions de ces deux sous-secteurs influent sur les termes de l’échange.

Les réactions inversées dénotent d'un arbitrage chez l'investisseur et dans l'économie dans son ensemble

Les réactions inversées dénotent d’un arbitrage chez l’investisseur et dans l’économie dans son ensemble

Le graphe ci-haut représente la réaction des secteurs manufacturier et autres industries à un choc favorable des termes de l’échange. La réaction des deux agrégats est probablement la meilleure illustration de la contrainte de choix dans le type d’activités industrielles à privilégier du point de vue des pouvoirs publics, et à choisir comme projet d’investissement, du point de vue des agents économiques privés.

D’un autre côté, l’effet des chocs sectoriels semble avoir un impact négligeable sur l’évolution des termes de l’échange, ce qui implique deux interprétations:

a) Les grands chocs mondiaux ont modelé les choix domestiques en faveur d’activités industrielles non-échangeables, et tout politique publique est inefficace à essayer d’altérer une tendance qui s’impose “naturellement” à l’économie marocaine.

b) L’évolution des termes de l’échange répond à des contraintes domestiques: les choix d’investissement des agents privés répondent à des signaux émis par des politiques publiques.

En l’état il est possible de décomposer les effets importés et ceux induits par les choix publics. Cependant, la principale conclusion de cette discussion de la compétitivité de l’économie marocaine réside dans les interactions contradictoires entre manufactures, biens échangeables, et autres activités industrielles non échangeables.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: