The Moorish Wanderer

“L’Etat”: Le Poids du Secteur Public

Posted in Dismal Economics, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on September 29, 2013

Nous avons, parmi les différents consensus atypiques qui gouvernent ce pays, cette quasi-croyance religieuse que le remède à un problème local (ou national) découle forcément d’une intervention publique. Le dogme ici n’est pas de croire que cette intervention est toujours bénéfique, mais que résoudre ce problème implique une dépense publique toujours plus importante.

L'évolution des dépenses gouvernementales est 'faussée' par la brusque hausse des années 1970s

L’évolution des dépenses gouvernementales est ‘faussée’ par la brusque hausse des années 1970s

On remarque ainsi que dès le début des années 1980 (probablement l’un des effets durables du PAS) la croissance des dépenses gouvernementales, même si elle est supérieure en valeur absolue à la croissance par tête (je reviens sur la distinction des deux agrégats) enregistre un déclin certain.

Mais quels sont alors les contributeurs de cette croissance? En décomposant le budget sur les 25 dernières années, chacun des postes retenus par contribution dans la croissance du budget donne le résultat qui suit:

Poste Contrib %
Compensation 48,30%
Intérêt Dette 13,54%
Personnel 40,54%
Autres B/S  -14,76%
Investissement 12,39%

A vrai dire, la contribution disproportionnée de la Compensation dans la croissance du budget est relativement récente: les données pré-2007 suggèrent un niveau proche de 25%, ce qui se traduit aussi par une contribution plus importante de la masse salariale, près de la moitié de la croissance du budget entre 1990 et 2007. Le graphe ci-dessous représente les parts relatives de chaque poste sur la même période.

La fréquence relative des postes budgétaires aura dramatiquement changé durant la décennie passée.

La fréquence relative des postes budgétaires aura dramatiquement changé durant la décennie passée.

Jusqu’en 2003-2004, Le second poste le plus important était le service de la dette, un héritage des années 1970 qui n’aura été complètement purgé qu’à cette date. Durant les dix années précédentes, près de 15% de la croissance moyenne du budget entre 1990 et 2003. Ce n’est probablement pas le poste le plus important, mais le poids de la dette a été tel qu’il a conditionné l’évolution des dépenses budgétaires, et donc la pression fiscale, les priorités de dépenses, pour ne citer que ces deux aspects de la politique budgétaire.

Il est intéressant cependant de noter que durant les années 1990-2007, l’investissement public n’aura contribué que 21% de la croissance du secteur public. Ce dernier aura presque triplé en moins de vingt ans, l’investissement public, quant a lui, a doublé en comparaison. Si cette relation s’est améliorée durant les six années passées, elle ne fait que remettre le pourcentage de l’investissement public rapporté aux charges de trésorerie au même niveau qu’en 1990.

Dans tous les cas, l’expansion du secteur public, en tout cas sur les vingt dernières années, est tirée par les dépenses de la caisse de compensation et des dépenses de personnel; Administration et Subventions. Les deux agrégats budgétaires sont tirés par leurs ‘prix’ implicites respectifs: la compensation est conditionnée par le prix des matières première à l’international, et les dépenses de personnel par le salaire moyen.

On pense souvent que c’est l’augmentation du nombre de fonctionnaires qui est à l’origine de la croissance du poids de l’Etat dans le PIB, mais en réalité les charges de personnel sont plutôt tirées par les traitements versées, plutôt qu’une augmentation du nombre d’individus, passant d’un traitement moyen de 4.200 dirhams en 2000 à 9.200 dirhams en 2013, alors même que le nombre de fonctionnaires n’aura augmenté que de 8% sur la période, ce qui signifie que c’est principalement (presque exclusivement) l’amélioration de la rémunération en secteur public qui est derrière près de la moitié de la progression du secteur public durant les vingt dernières années.

A leur décharge, cette hausse pouvait être prévue des années à l’avance; après tout, l’évolution démographique de la fonction publique montre que c’est principalement une question d’indexation des traitements telle que prévue dans les contrats signés pour le fonctionnaire médian, c’est-à-dire approximativement au début des années 1980. L’autre aspect plus préoccupant est que chaque nouvelle cohorte commence sa carrière avec un traitement sensiblement supérieur à celui de la cohorte précédente, ce qui signifie une indexation toujours plus importante dans le temps; cette indexation implique les hausses futures inclues dans le contrat, mais aussi la charge de retraite. Autant les charges de compensation sont susceptibles d’être ajustées en laissant le prix des biens subventionner augmenter (à des degrés rapides) autant la question de la structure démographique de la fonction publique, ainsi que les modalités de traitement engagent le gouvernement et l’Etat sur une échelle temporelle plus étendue.

“Salaires et Subventions” donc. Pour autant, pouvons-nous raisonnablement soutenir l’hypothèse initialement discutée, selon laquelle les problèmes auxquels sont confrontés les citoyens peuvent être résolus en augmentant la dépense publique? Les indicateurs composites d’efficacité de l’action publique, par exemple, peuvent nous aider à vérifier cette assertion; à cet effet, on considère des indicateurs comme le contrôle de la corruption, l’efficacité gouvernementale, la qualité de la régulation publique, l’Etat de Droit, et enfin le degré d’efficacité d’influence de l’opinion publique et la reddition des comptes. L’indicateur de corruption s’impose de lui-même à vrai dire, car les risques potentiels d’un dévoiement des ressources publiques est croissant dans les moyens alloués. De même, l’efficacité de l’action publique va de pair avec la qualité de régulation et le respect de la Loi, en particulier dans des situations où une majorité de la population est démunie face à une minorité influente. Enfin, l’impact de l’opinion publique permet de fournir un feedback des citoyens potentiellement bénéficiaires de ces services publics.

Ces indicateurs sont représentés sur le graphe ci-dessous en comparaison avec l’évolution des charges du Trésor (avec comme indice l’année 1996)

L'indicateur de Corruption est probablement celui qui a enregistré la dégradation la plus sensible.

L’indicateur de Corruption est probablement celui qui a enregistré la dégradation la plus sensible.

Il s’avère ainsi que malgré l’augmentation des dépenses budgétaires, les indicateurs divers de gouvernance se sont sensiblement dégradés, ou en tout cas exhibent une stagnation qui ne fait qu’accentuer la robuste croissance des dépenses budgétaires. Il est ainsi difficile de soutenir que la croissance du secteur public au Maroc (en tout cas depuis 1996) a bénéficié aux citoyens.

Maintenant que ces éléments ont été présentés pour affaiblir l’hypothèse implicite de l’action publique (actuelle ou prônée par les diverses forces politiques existantes) peut-être est-il intéressant de supposer que ce n’est pas tant l’augmentation des traitements dans la fonction publique qui peut mettre un terme aux phénomènes de corruption (on le voit bien, il n’y a aucun lien entre les deux) mais plutôt en s’intéressant aux modalités d’exécution du service public; si l’indicateur de régulation a été le seul probablement à enregistrer une légère amélioration sur les années considérées, c’est probablement un signal pour quiconque songe à mettre en avant un vrai projet alternatif de réforme du secteur public, notamment en allégeant les pouvoirs discrétionnaires de plusieurs départements, en faveur d’une responsabilisation des individus: en Education, en Sécurité ou encore en Santé, il n’est nul besoin de garantir à l’Etat un pouvoir de décision pour l’usager des services publics, alors qu’il est possible de lui fournir la possibilité du choix avec les mêmes moyens pour un résultat autrement préférable.

Offre et Demande, L’effet de l’Indexation

Posted in Dismal Economics, Flash News, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard, The Wanderer by Zouhair ABH on September 21, 2013

“La hausse des carburants pourrait faire baisser le PIB selon le HCP” titre Yabiladi suite à la décision du gouvernement de lever partiellement la subvention aux hydrocarbures. Il est cependant plus adroit de dire que cette hausse de carburant ferait baisser le taux de croissance du PIB, plutôt que de le baisser en valeur absolue.

J’en profite pour mettre à jour des résultats que je discute dans un post précédent, et de mettre en évidence les résultats du HCP calculés en 2012 et ceux plus récents. Dans les deux cas, l’effet sur la croissance est suffisamment important pour réitérer que nos choix de croissance sur la décennie passée révèlent leur limite. Le coût économique et politique de cette décision n’est finalement que la somme actualisée des coûts de réforme en conjoncture favorable.

L’idée de décomposer les chocs domestiques par offre et demande permet par exemple d’isoler (correctement, on l’espère) les contributions respectives dans les fluctuations observées, ce qui permet dans un second temps de tirer ensuite quelques conclusions en matière de politique publique (budgétaire) La série de graphes ci-dessous propose une comptabilité initiale des chocs agrégés, comparés tour à tour avec le PIB empirique, le PIB lissé (c’est-à-dire sans choc quelconque) et les contributions respectives de l’Offre et de la Demande:

Décomposition des fluctuations du PIB par Offre/Demande Agrégées 1960-2011

Décomposition des fluctuations du PIB par Offre/Demande Agrégées 1960-2011

Les dix dernières années montrent d’abord que l’intensité des chocs cumulés a substantiellement diminué, en atteste l’évolution du PIB empirique comparé au lissage sur le premier graphe de la colonne à droite. D’un autre côté, on observe des comportements opposés entre offre et demande agrégées sur la même période: la première est vigoureuse (une croissance alimentée par la dépense gouvernementale et les crédits à l’économie) alors que la second est soit stable, soit en déclin (principalement à cause d’une productivité peu effective)

La principale question serait de comprendre pourquoi les chocs d’offres portent le PIB à un niveau largement supérieur à celui empiriquement observé. En d’autres termes, pourquoi les quelques 68 Milliards de dirhams de différence ne se sont pas matérialisés? La première question serait de mettre en contraste la demande agrégée qui a décliné sensiblement dès 2005-2006 (probablement une piste digne d’investigation en rapport avec la réforme fiscale appliquée les années suivantes) ce qui suppose un effet de transfert d’un agrégat vers un autre. Dans ce cas précis, le transfert se fait vers la demande (ou d’un effet de substitution d’effets de long terme à court terme)

Cette analyse cependant est incapable d’expliquer les fluctuations d’une période particulière, celle de 1975-1982. Si dans l’ensemble ces courbes (et le modèle qui les sous-tend) peuvent formuler une histoire adéquate, il est intéressant de prendre en compte explicitement l’évolution du pétrole et du phosphate (par exemple) dans la décomposition des chocs agrégés.

La relation entre prix d'hydrocarbures et dépenses gouvernementales suggère un palier influant ensuite sur les chocs agrégés.

La relation entre prix d’hydrocarbures et dépenses gouvernementales suggère un palier influant ensuite sur les chocs agrégés.

On reprend l’évolution annuelle des prix du pétrole en comparaison avec celle des dépenses publiques, une relation qui suggère une certaine hétérogénéité dans la composante secteur public de la demande agrégée, notamment le poste budgétaire de la caisse de compensation.

Il semble ainsi que l’effet-offre dans la consommation publique soit plus important que dans sa composante de demande, avec des répercussions négatives sur les déterminants à long terme dans l’offre agrégée.

L’écart significatif (se chiffrant à une dizaine de points de PIB) entre chocs ‘purs’ d’offre et l’observation empirique de la production de biens et services peut ainsi être imputé à un ajustement inter-temporel en faveur d’effets de court-terme: le budget préfère par exemple une impulsion stabilisant la demande sur le court terme, plutôt que d’observer un certain degré de neutralité, ou de soutenir les secteurs capables d’engendrer une productivité additionnelle.

Il en résulte une situation assez particulière où les chocs de demande induits par la subvention de la consommation domestique ne débouchent pas sur une accélération de la vitesse de circulation de la monnaie, ou d’une croissance dans le niveau des prix. Cela est dû en contre-partie à la manière dont ces subventions sont injectées dans le circuit économique, qui a pour effet de pénaliser la productivité agrégée.

Mais revenons à la question initiale: l’indexation débouchera-t-elle vraiment sur une baisse d’activité – et donc du PIB? Très certainement: d’ailleurs, l’effet cumulé des chocs négatifs induits par cette décision et une mesure similaire annoncée l’année dernière prive la croissance du PIB d’un peu plus d’un point de croissance, et donc rend très peu probable la réalisation de l’objectif gouvernemental d’une croissance moyenne de 5.5% d’ici 2016.

L’intuition derrière cette réaction peut s’expliquer comme étant l’effet d’un ajustement dans les comportements des agents économiques, qui vont soit réduire leur capacité de production, soit leurs consommations, avec effets d’amplification et de transmission dans le circuit économique. La mesure d’un tel comportement peut ainsi être estimée par exemple par le degré de dépendance de l’économie marocaine aux sources d’énergie fossile (plus de 90% de la consommation d’énergie) ou de la capacité d’utilisation de l’appareil productif en fonction de l’intensité capitalistique de l’utilisation de ces sources d’énergie.

“Un Vote ne Compte Pas”

Posted in Intikhabates-Elections, Moroccan Politics & Economics, Moroccanology, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on September 14, 2013

Par les temps qui courent, l’observateur serait tenté de conclure qu’effectivement, un vote, un seul, ne signifie rien. Et c’est probablement le cas: et quand bien même ce vote compterait en absolu, l’élu dans le parlement et le gouvernement qu’il soutient ont ils un pouvoir quelconque à améliorer, ou même affecter le bien-être des citoyens marocains?

ad oculos, il n’y a pas de motivation particulière pour un individu à faire l’effort de se déplacer au bureau de vote: pour le candidat, la masse d’électeurs est interchangeable, et il devient plus intéressant de raisonner en termes de blocs de vote. C’est pour cela qu’il subsiste au Maroc des comportements de vote collectif par exemple, d’où aussi l’importance des intermédiaires (Moul Chkara) dans la collecte des voix.

Mais en réalité, les électeurs sont-ils fongibles? Ils ne le seraient que si la représentation du corps électorat est uniforme. Or ça n’a jamais été le cas, d’abord par les différents modes de scrutin adoptés durant le demi-siècle passé, ensuite parce que le nombre de sièges par province/circonscription n’est jamais uniforme, que ce soit au Maroc ou dans d’autres pays, y compris ceux jouissant d’une tradition démocratique représentative.

Il est naturel d'observer que les sièges avantagés représentent une majorité substantielle. Ceux-ci concentrent 40% du corps électoral, mais 60% des sièges locaux.

Il est naturel d’observer que les sièges avantagés représentent une majorité substantielle. Ceux-ci concentrent 40% du corps électoral, mais 60% des sièges locaux.

La moyenne historique a été d’affecter en moyenne un siège par 48.567 électeurs inscrits (les sièges immédiatement élus sur les listes locales) Or cette moyenne n’est pas indicative: de petites circonscriptions sont largement surreprésentées, 29 circonscriptions sur 92 (un peu moins du tiers) concentrent 181 sièges, alors même que celles-ci ne comptent que 40% du corps électoral inscrit. L’hypothèse d’uniformité du corps électoral (“tous les votes sont égaux”) ne se vérifie que pour 10% des sièges, qui représentent bien 10% du corps électoral.

Mais enfin l’argument initial tient toujours: chaque candidat (ou liste candidate) doit disposer d’une certaine majorité, et l’assurance de victoire est conditionnée par un écart substantiel de votes. En l’état, un seul vote ne peut changer grand chose, par exemple dans la circonscription du Chef du Gouvernement: la différence de votes entre sa liste PJD et la liste immédiatement concurrente RNI était de près de 20.000 voix soit une marge de 70% – ou 10% de la population inscrite à Salé Médina.

Le même raisonnement peut être tenu à l’échelle nationale: alors qu’il est statistiquement possible d’obtenir une majorité absolue au parlement avec moins de 20% des adultes (et probablement moins) la force de mobilisation actuelle des partis politiques fait qu’aucune coalition pré-électorale n’est capable de mobiliser 2.36 Millions. Et pourtant, le G8 aura réussi en 2011 à cumuler près de 2 Millions de voix, et 121 sièges – mais, la condition principale du succès de cette coalition n’a pas été acquise – arriver en premier.

Et c’est là que la deuxième notion attachée à l’uniformité du vote est remise en cause: “l’ordre d’arrivée” des votes est déterminant au niveau national au même titre que dans les circonscriptions. L’importance d’un électeur (ou un groupe de taille relativement faible d’électeurs) est plus importante que l’on ne croit.

Pour démontrer cette assertion, on s’intéresse en particulier aux performances électorales du PJD en Novembre 2011: les 85 sièges initialement obtenus exhibent des majorités différentes, surtout pour les circonscriptions où la performance des candidats de ce parti a été inférieure à la moyenne nationale: ce sont ainsi 15 sièges en particulier qui se prêtent à l’analyse.

Circonscription  Votes Pivots  % des Inscrits
Berrechid 3 132 2,14%
Chefchaouen 519 0,33%
Chichaoua 458 0,31%
Fqih Bensalah 2 591 1,83%
Haouz 612 0,29%
Kalaat Sraghna 448 0,22%
Larache 1 529 0,83%
Nador 1 884 0,84%
Sidi Kacem 203 0,10%
Taza 6 270 2,54%
Jadida 1 725 0,62%
Khemisset 791 0,63%
Safi 1 466 0,51%
Settat 592 0,23%
Taroudant 905 0,39%
Moyenne 1 541 0,79%

Le résultat est remarquable: la moitié de l’avance du PJD sur son concurrent immédiat – l’Istiqlal, est déterminée en moyenne par 1.500 votes par circonscriptions. L’ordre d’arrivée des ces électeurs a été extrêmement important dans le mode de scrutin actuel, donnant la possibilité au PJD d’amasser 15 sièges en plus des autres dont les marges étaient plus confortables.

La dépendance d’un candidat à un vote plutôt qu’un autre est par conséquent très hétérogène, et un vote compte bien, dans les circonscriptions qui comptent: sur une population de 3,2 millions ce sont 23.000 électeurs qui auront décidé une partie essentielle de l’issue de l’élection législative – moins de 1%. Plus intéressant encore, un électeur parmi ces 1.500 essentiels vaut soudainement beaucoup plus: en moyenne sept fois plus lorsque le même rapport est calculé pour l’ensemble du corps électoral.

En l’absolu, un individu électeur n’a aucun impact sur la victoire d’une liste candidate sur l’ensemble des circonscriptions, cela reste vrai. Cependant, l’ordre d’arrivée des électeurs de ceux-ci, c’est-à-dire, la différence de votes dans les circonscriptions les plus compétitives pour le parti vainqueur (national ou local) est exagérée au profit d’une poignée de votes. Cela n’est dû ni au découpage territorial, ni au mode de scrutin puisque cet état est observé aussi dans les démocraties représentatives.

Si cet argument est admis, et en supposant un pourcentage à peu près stable dans la composition du corps électoral depuis 2002, alors la petite minorité éduquée, est tout à fait possible de réaliser l’objectif des 2.3 Millions de voix nécessaires pour obtenir la majorité des sièges (et très probablement aussi pour une coalition solidaire, d’arriver en premier) en offrant des voix-pivots représentant 40% des suffrages.

Alternativement, un résultat plus modeste mais non moins réalisable, serait pour chaque circonscription de peut compter un siège arbitré par cette “minorité influente” soit 92 sièges (122 environ sur les 395 en répliquant les résultats agrégés sur les sièges de listes nationales) avec seulement 14% de cette même population que l’on dit minoritaire, ou détachée de la chose publique.

“Les Champions Nationaux”

Posted in Dismal Economics, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on September 2, 2013

Un concept officieux qui semble guider la politique économique séculaire (dans le sens où elle n’est pas redevable des changements de gouvernements) depuis bientôt deux décennies. Je ne lui trouve qu’une seule trace écrite, un compte-rendu d’une conférence organisée en 2005 à Lyon, en France, où l’intervenant principal, Khalid Oudghiri (à l’époque à la tête d’Attijari Wafabank) proposait de dissiper, dans les esprits du jeune public, certains mythes quant aux “Champions Nationaux”:

Khalid Oudghiri dément formellement l’existence de toute politique ou stratégie de « champions nationaux » : c’est une croyance qui, selon lui, a trait au mythe, puisque dans les faits, ce n’est pas le gouvernement ou une quelconque autorité qui préside aux stratégies d’entreprises, mais la nécessité économique même : « Il n’y a pas une politique étatique qui consisterait à créer des champions nationaux. Ne pensez pas qu’il y ait une sorte de main secrète.

Cette nuance est extrêmement importante, car elle suppose ainsi que la concentration quasi-monopolistique dans plusieurs secteurs (pas seulement bancaire, mais aussi en agro-alimentaire, comme en atteste la récente hausse simultanée de prix en produits laitiers) est ‘naturelle’, en tout cas imposée par le contexte international et la contrainte de compétitivité.

Ce qui m’interpelle cependant est la confusion (volontairement ?) entretenue dans l’argumentation de la défense du concept: d’une part, le Champion National sert un projet de développement, mais d’un autre, il cherche à améliorer sa compétitivité, laquelle est plus facilement obtenue dans un environnement de règlementation qui favorise une position dominante. Sauf que tout cela se fait sans politique étatiste explicite, et sous couvert d’une logique économique qui ne souffre aucune validation empirique.

La concentration économique dans plusieurs secteurs suppose ainsi qu’une poignée d’entreprises privées – et non l’Etat- sont mieux à même de décider ce qui est mieux pour l’économie dans son ensemble, en écho à la fameuse boutade: “Ce qui est bon pour General Motors est bon pour les Etats-Unis”. L’arbitrage est remarquablement simple: créer un environnement propice au développement de ces super-structures, et celles-ci se chargeront de porter le développement de l’économie et, plus important, fortifier sa position extérieure. Cette politique méta-gouvernementale a-t-elle produit des résultats? avons-nous amélioré notre position extérieure?

Un premier indicateur à observer serait de construire un indice des termes de l’échange. L’évolution du rapport d’importations et exportations (en valeur) permet ainsi de vérifier si la valeur de nos exportations permet d’acquérir notre consommation (intermédiaire ou finale) de l’extérieure à un prix relatif inférieur.

Dès 1999, les termes de l'échange se sont détériorés significativement, traduisant un appauvrissement de la valeur relative des exportations.

Dès 1999, les termes de l’échange se sont détériorés significativement, traduisant un appauvrissement de la valeur relative des exportations.

Le graphe ci dessus pose les termes de l’échange en 1990 comme base (normalisée à 0) et une détérioration des termes en absolu signifie une évolution de la courbe bleue en dessous de la droite rouge. Et il est indubitable que la compétitivité du Maroc s’est significativement détériorée – et ce malgré l’évolution des exportations en valeur absolue.

Cette détérioration des termes de l’échange est à expliquer par la baisse de la valeur exportée, ou encore , une détérioration de la compétitivité du Maroc. Mais alors, existe-t-elle? Par la même logique circa 2005, la nécessité économique a dicté cette situation. Avec un peu d’aide dans la politique économique. Peut-être que contrairement à ce qu’a énoncé M. Ouadghiri, la compétitivité du Maroc s’améliorerait si elle bénéficiait d’un soutien sous la forme d’une protection étatique, ou en tout cas une exemption fiscale.

Indice_Dep_FiscL’évolution des dépenses fiscales allouées aux activités d’exportations, si elles ont été effectivement inférieures en montant, a convergé éventuellement vers l’effort consenti par le budget pour la promotion immobilière. La comparaison n’est pas fortuite, car elle met côte à côte un arbitrage assez simple pour l’entrepreneur (ou le champion national potentiel) dans ses choix d’investissement, en l’occurrence, les perspectives de croissance, et donc, de rendement.

Il s’avère ainsi que la première assertion, celle de d’un manque de soutien de moyens publics, ne se vérifie pas dans les données. Les dépenses fiscales allouées aux activités d’exportations contribuent pour 18% des dépenses fiscales totales, le double de la contribution des dépenses fiscales bénéficiant à la promotion immobilière.

Si ce n’est donc une mauvaise allocation de fonds, la seconde assertion devient plus intéressante: le rendement d’un secteur dont les biens sont inexportables (à moins de supposer que les achats de bâtiments sont principalement destinés à une demande extérieure) dépasse largement celle des activités de production de biens exportables: une moyenne de 15% versus 1.7% durant la décennie passée.

Sauf que ce rendement est obtenu à posteriori, il est donc difficile de supposer que cet arbitrage était prévisible en 2004-2005. Et pourtant, l’évolution année par année du différentiel de rendement fait que l’investisseur préfèrera le secteur immobilier:

année Différentiel Valeur MM MAD
2006 17.96% 103.662
2007 25.79% 158.911
2008 11.41% 78.600
2009 -7.74% -56.698
2010 0.59% 4.527
2011 13.06% 105.862
Moyenne 10.18% 65.811

Finalement l’argument évoqué par M. Ouadghiri est valide: la nécessité des champions nationaux est bien dictée par l’impératif de la compétitivité mondiale. Or comme cette bataille semble perdue d’avance (en tout cas au vu du modèle de développement actuel) et si un secteur domestique permet d’obtenir un rendement beaucoup plus intéressant (et garanti par une inertie institutionnelle) et que cela correspond au développement perçu de l’économie marocaine, pourquoi une entreprise privée ayant pour objectif d’assurer un certain rendement pour ses actionnaires se préoccuperait-elle de secteurs non porteurs?

Scenario_Termes