The Moorish Wanderer

De Combien Dépend Réellement l’Economie Agricole de la Pluviométrie? 1/3

Posted in Dismal Economics, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on April 19, 2013

Je souhaitais faire un post sur le Plan Maroc Vert, lequel est supposé engager cette année une réforme fiscale. Il serait probablement intéressant au préalable de proposer une description quantitative des caractéristiques du PIB agricole et ses interactions avec le reste de l’économie. Voici une proposition que je souhaite soumettre au jugement du lecteur: peut-on, en modernisant l’agriculture marocaine, concilier une productivité élevée, avec une augmentation du nombre de salariés agricoles?

L’agriculture doit être érigée au rang de principal levier de croissance, et ce à travers :
– Le renforcement de la part de l’agriculture dans le produit intérieur brut (PIB) de 70 à 100 Mds MAD, sachant que le PIB agricole actuel s’élève à 74 Mds MAD.
– La création de 1,5 Millions d’emplois supplémentaires.

Pour illustrer mon propos, je considère une décomposition à la Cobb-Douglas du PIB, lequel combine les activités non-agricole et agricole pour obtenir la production finale de biens et services. L’avantage de cette approche est qu’elle permet d’établir précisément la substitution entre les deux secteurs agrégés, et donc le coût d’opportunité à introduire un certain type de réformes (par exemple le PMV) pour dynamiser la production et/ou la productivité du secteur agricole. Formellement, pour y_t = \alpha.g_t + (1-\alpha).a_t + z_t où y dénote le PIB, et g, a respectivement le PIB non agricole et agricole.

Une simple estimation permet d’obtenir une valeur de \mathbb{E}(\alpha) = .8328744 c’est à dire une contribution du PIB non-agricole de 83.3%; le reste – à peu près 16.5% – est assuré par la production agricole, légèrement au dessus de la moyenne du pourcentage du secteur primaire dans le PIB. Le terme z est ce qu’on peut appeler de l’innovation, un résidu de croissance qui ne peut être imputé aux deux secteurs. Ce dernier joue un rôle très important dans ce qui suit, et donne aussi des indications quant aux multiples difficultés auxquelles le PMV fera face, et échouera probablement à dépasser.

Evolution du PIB, des Secteurs Agricole & Non Agricole, et le Résidu de Croissance

Evolution du PIB, des Secteurs Agricole & Non Agricole (échelle de gauche) et le Résidu de Croissance (échelle de droite)

L’argument ici est une histoire assez simple à narrer: malgré le mythe tenace de dépendance de la croissance agrégée à la production agricole, notre économie est non seulement plus liée à la croissance de la production non-agricole, mais la source des fluctuations de l’économie domestique provient de l’étranger en grande partie:

 Source PIB
Déficit Budget 0,15%
Taxe travail 0%
Taxe Consommation 0,02%
Taxe Capital 0%
‘Subvention’ FBCF 2,99%
Choc Importé 92,54%
Choc Domestique 4,30%

Cependant, cela ne résous toujours pas le problème que pose le secteur agricole, qui enregistre une grande volatilité dans sa croissance (comme on peut vérifier sur le graphe) et il semblerait que le terme résiduel de croissance joue un rôle très important, et c’est là que se trouve la conclusion de mon scepticisme quant à la réussite d’un plan qui ne propose pas de réformes structurelles, autre qu’une hypothétique réforme fiscale ‘adaptée en tenant compte des spécificités régionales et économiques du secteur agricole à l’horizon 2013’.

En étudiant les interactions entre les deux secteurs et le résidu, on observe ce qui suit:

– l’économie non-agricole est parfaitement insolée de la production agricole, et pourvoit à elle-même

– le résidu est réellement exogène aux deux secteurs

– l’influence du résidu est largement supérieure à l’effet de l’économie non-agricole sur le PIB agricole.

En réalité, nous avons ici la preuve du découplage entre les économies agricole et non-agricole dans son aspect le plus négatif: la productivité agricole bénéficie certes d’un effet de transfert du reste de l’économie, mais cet effet est largement dépassé par le résidu mesurant l’effet d’évènements exogènes, par exemple la pluviométrie. Ce qui est autrement plus particulier est l’absence de persistance dans l’évolution de la production, une caractéristique qui explique la dépendance à la pluviométrie, ainsi que la faiblesse d’accumulation de la production agricole en valeur.

Une politique de développement agricole s’attacherait donc à agir sur les trois coefficients: réduire la dépendance aux effets de pluviométrie, augmenter le transfert de l’innovation du secteur non-agricole à l’économie agricole, et enfin augmenter la persistance de l’évolution du PIB agricole, en augmentant à des niveaux significatifs les effets cumulatifs de celui ci. La fonction à a_t = 3.5 z_{t-1} + .76 g_{t-1} + \tilde{\rho} a_{t-1} + \epsilon_a

Résultats:

Régression Simple du PIB sur les deux secteurs
. reg output nonagri_output agri_output
      Source |       SS       df       MS              Number of obs =      57
-------------+------------------------------           F(  2,    54) =       .
       Model |  107.931131     2  53.9655654           Prob > F      =  0.0000
    Residual |  .000428247    54  7.9305e-06           R-squared     =  1.0000
-------------+------------------------------           Adj R-squared =  1.0000
       Total |  107.931559    56  1.92734927           Root MSE      =  .00282
--------------------------------------------------------------------------------
        output |      Coef.   Std. Err.      t    P>|t|     [95% Conf. Interval]
---------------+----------------------------------------------------------------
nonagri_output |   .8328744   .0029664   280.77   0.000      .826927    .8388218
   agri_output |   .1649917   .0034373    48.00   0.000     .1581004     .171883
         _cons |   .5020317   .0086387    58.11   0.000     .4847121    .5193513
--------------------------------------------------------------------------------

Régression en Série Chronologique: Résultats Consistants.
ARIMA regression

Sample:  1955 - 2011                            Number of obs      =        57
                                                Wald chi2(3)       =  8.56e+06
Log likelihood =  258.8722                      Prob > chi2        =    0.0000
--------------------------------------------------------------------------------
               |                 OPG
        output |      Coef.   Std. Err.      z    P>|z|     [95% Conf. Interval]
---------------+----------------------------------------------------------------
output         |
nonagri_output |   .8316632    .002707   307.23   0.000     .8263575    .8369688
   agri_output |   .1663679   .0033841    49.16   0.000     .1597351    .1730007
         _cons |   .5003827   .0132128    37.87   0.000     .4744861    .5262793
---------------+----------------------------------------------------------------
ARMA           |
            ar |
           L1. |   .3624839   .1559695     2.32   0.020     .0567893    .6681786
---------------+----------------------------------------------------------------
        /sigma |   .0025753   .0002482    10.38   0.000     .0020889    .0030617
--------------------------------------------------------------------------------

Estimation de Transmission de Chocs entre Résidu et Secteurs de PIB
. var solow_aggregate nonagri_output agri_output, lags(1) nocons
Vector autoregression
Sample:  1956 - 2011                               No. of obs      =        56
Log likelihood =   368.804                         AIC             = -12.85014
FPE            =  5.27e-10                         HQIC            = -12.72395
Det(Sigma_ml)  =  3.82e-10                         SBIC            = -12.52464
Equation           Parms      RMSE     R-sq      chi2     P>chi2
----------------------------------------------------------------
solow_aggregate       3     .003139   1.0000    1512778   0.0000
nonagri_output        3     .060969   1.0000    8784887   0.0000
agri_output           3     .121789   1.0000    1920630   0.0000
----------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------------------
                |      Coef.   Std. Err.      z    P>|z|     [95% Conf. Interval]
----------------+----------------------------------------------------------------
solow_aggregate |
solow_aggregate |
            L1. |   .9831911   .0185276    53.07   0.000     .9468776    1.019505
                |
 nonagri_output |
            L1. |   .0001541   .0032332     0.05   0.962    -.0061828     .006491
                |
    agri_output |
            L1. |   .0002207    .003737     0.06   0.953    -.0071038    .0075452
----------------+----------------------------------------------------------------
nonagri_output  |
solow_aggregate |
            L1. |   .4945288   .3598443     1.37   0.169    -.2107531    1.199811
                |
 nonagri_output |
            L1. |   .9527831   .0627946    15.17   0.000     .8297079    1.075858
                |
    agri_output |
            L1. |    .042843    .072581     0.59   0.555    -.0994132    .1850992
----------------+----------------------------------------------------------------
agri_output     |
solow_aggregate |
            L1. |    3.59454    .718813     5.00   0.000     2.185693    5.003388
                |
 nonagri_output |
            L1. |   .7670275   .1254364     6.11   0.000     .5211766    1.012878
                |
    agri_output |
            L1. |   .0997766   .1449854     0.69   0.491    -.1843897    .3839428
---------------------------------------------------------------------------------

Vérification des Coefficients pour le PIB Agricole 
ARIMA regression

Sample:  1955 - 2011                            Number of obs      =        57
                                                Wald chi2(3)       =  2.13e+06
Log likelihood =  45.59769                      Prob > chi2        =    0.0000

---------------------------------------------------------------------------------
                |                 OPG
    agri_output |      Coef.   Std. Err.      z    P>|z|     [95% Conf. Interval]
----------------+----------------------------------------------------------------
agri_output     |
solow_aggregate |   3.466203   .8724959     3.97   0.000     1.756143    5.176264
 nonagri_output |   .8600607   .0182451    47.14   0.000     .8243009    .8958205
----------------+----------------------------------------------------------------
ARMA            |
             ar |
            L1. |   .0612444   .1556124     0.39   0.694    -.2437503    .3662392
----------------+----------------------------------------------------------------
         /sigma |   .1087249   .0082462    13.18   0.000     .0925627    .1248871
---------------------------------------------------------------------------------

Hello Keynes!

Posted in Dismal Economics, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on April 17, 2013

Le Maroc dans sa totalité a un gros problème, probablement plus gros que la question de la caisse de compensation, ou la réserve de devises, ou même le déficit de la balance de paiement: c’est la nature même des sources de la croissance qui sont en cause. Et il faut aussi dire qu’il y a eu une remarquable stabilité dans notre propre modèle de croissance, peut-être aussi de développement.

Décomposition du PIB par Composantes d'Offre/Demande

Décomposition du PIB par Composantes d’Offre/Demande

la référence à Keynes est un peu malhonnête car la croissance des pays de l’OCDE post-1945 s’est accompagnée d’une réduction sans précédent des inégalités sociales jusqu’au milieu ou la fin des années 1970. Au Maroc, le tableau est radicalement différent, car sur la base des résultats présentés plus loin, nous aurons réussi à compiler les mauvais aspects d’une croissance Keynésienne, et nous continuons à le faire, mais sous d’autres formes.

Les graphes plus haut décomposent le PIB par sa réaction à des chocs de demande (consommation, dépenses gouvernementales, par exemple) et d’offre (effet de productivité, principalement) et proposent des éléments supplémentaires à la simple énumération des contributions des agrégats de la comptabilité nationale: certes, la consommation finale des ménages aura contribué 2/3 de la croissance enregistrée durant les 50 dernières années, mais son effet n’est pas restreint à un rapport de croissance – il y a aussi l’effet ‘pur’ de la demande domestique sur la croissance.

L’économie marocaine aura développé une structure privilégiant la consommation finale plutôt que des activités productives; ce n’est pas plus mal, et malgré tout, la consommation rapportée au PIB est en déclin (encore que la vitesse de décroissance est plus faible que le rythme théorique) cependant, notre économie domestique aurait enregistré des taux de croissance plus élevés si la dépendance à la consommation – à la demande domestique, en somme, était plus faible, ou en tout cas, si les chocs induits par la demande étaient de moindre magnitude – le rapport de la volatilité de ces chocs est de 1 à 3 en faveur des composantes de demande, un résultat mettant en doute la validité d’une intervention du gouvernement dans la subvention de la consommation, telle qu’incarnée par la Caisse de Compensation.

Faible contribution de la demande dans l'Indice des Prix

La Composante de Demande converge plus vite vers le niveau des Prix

Cette analyse s’applique aussi pour l’indice des prix, et voici un résultat extrêmement intéressant: il est souvent avancé que la brusque levée des subventions entraînerait une hausse des niveaux de prix (donc de l’inflation) mais on néglige souvent de distinguer les origines des effets inflationnistes anticipés. Ce résultat, à priori contradictoire avec l’observation évoquée plus haut, est expliqué principalement par les inégalités de consommation, en l’occurrence la distribution de celle-ci auprès des ménages.

Une minorité de ménages aisés contrôlant un pourcentage disproportionné de la consommation agrégée est peu susceptible d’entraîner une pression croissante sur le niveau des prix (par simple effet de taille, surtout) et pourtant leurs habitudes de consommation ont un impact autrement plus important sur la contribution de l’agrégat à la croissance du PIB; il s’avère ainsi que les fruits de la croissance sont principalement concentrés auprès de ces ménages, lesquels ont des habitudes de consommation ayant peu d’incidence sur le niveau des prix, en tout cas dont les effets sont peu persistent sur le temps.

D’un autre côté, la persistance des chocs d’offre sur le niveau des prix est un sujet autrement plus préoccupant, car ceux-ci sont supposés être plus averses au risque, ou en tout cas peu générateurs d’inflation – et pourtant, ils le sont. Il suffit d’imaginer que ceux-ci ont une consommation intermédiaire inflationniste (une dépendance croissante aux dérivés d’hydrocarbures, par exemple) et que l’absence d’incitations à diversifier le coût de la consommation intermédiaire est une piste à explorer.

Cette analyse en somme n’est pas exempte de critiques, il n’en reste pas moins que certains mythes doivent être dénoncés, et surtout, il serait temps aussi de faire le bilan de toute une génération de politiques publiques, lesquelles auront échoué à faire d’activités d’exportations (ou d’investissements productifs) le moteur de croissance.

“That Bloody Woman”, le Paradigme Economique et notre Gauche Domestique

Posted in Dismal Economics, Flash News, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on April 11, 2013

Margaret Thatcher, Milk Snatcher” est décédée, et je suis sûr qu’il y a eu beaucoup qui auront dressé le parallèle entre le décès de la Dame de Fer et Hugo Chávez, l’une et l’autre étant les champions politiques respectifs de deux idéologies politiques irréconciliables.

thatcher1

Je souhaiterais seulement traiter du volet économique de l’approche radicale d’une femme qui a été paradoxalement entièrement entourée d’hommes dans sa carrière politique, lesquels ont représenté le stéréotype même de ce qu’elle méprisait dans l’establishment britannique post-1945, considérant que la simple gestion d’une déliquescence programmée était un fatalisme qu’elle se faisait forte de renverser.

Pour ma part, je serai toujours fasciné par le succès électoral généré par le Thatcherisme: une politique certainement sans intérêt pour le bien-être social de populations vulnérables; toutes les critiques énoncées à gauche quant au caractère virulent des politiques de privatisation ou de désengagement du Welfare State. L’objectif était certainement clair: défaire le consensus de 1945, où conservateurs et travaillistes différaient peu en termes de politique économique (caricaturé par le fameux néologisme Butskellism) et pourtant, le parti conservateur aura réussi à garder un bloc électoral quasi-intact entre 1979 et 1987, aux alentours de 13 Millions de voix. Et c’est certainement là où la fascination trouve son origine: faire des politiques à priori impopulaires et à contre-sens du bien-être collectif, et maintenir malgré tout une popularité constante, en 1979, 1983 et 1987.

Cette constatation est d’autant plus frappante que la tradition démocratique de la Grande Bretagne (au delà de déclarations comme celle de Lord Hailsham) permet de justifier ce paradoxe apparent comme étant une expression du libre arbitre des électeurs (ou comme le calcul électoral peut le démontrer, une désaffection de l’électorat quant aux perspectives de l’opposition travailliste) d’un autre côté, la popularité de Hugo Chávez restera teintée d’accusations de tendances autoritaires, en tout cas ne s’insérant pas dans une démarche de démocratie représentative. Ceci ne veut pas dire que ceux se réclamant de ce dernier se trompent de modèle: seulement, la politique volontariste de redistribution au Venezuela (ou en Bolivie) n’est possible que par l’existence de ressources naturelles. Le Royaume-Uni aura aussi eu accès à des ressources d’hydrocarbures, mais il serait facile d’établir un lien institutionnel entre la nature du régime politique, et la dépendance à ces ressources; il s’avère ainsi que le Venezuela est devenu en l’espace d’une décennie plus dépendant à ces ressources qu’autre chose, et ce sans pour autant juguler l’inflation, de facto un impôt disproportionné sur la population vulnérable. De ce point de vue en tout cas, même les bénéfices sociaux sont à discuter, quelque soit le montant de la rente pétrolière.

Cette longue introduction était une observation personnelle: le conservatisme économique peut maîtriser les termes du débat plus facilement que la vision progressiste – probablement pas au Maroc, puisque notre Establishment (Makhzen et acteurs périphériques) et notre opposition extra-institutionnelle (refusant d’intégrer le Parlement ou les Collectivités, la Gauche Démocratique dans sa majorité) se retrouvent dans un consensus paternaliste dont les détails se déclinent suivant la couleur politique, mais dont le point commun transcendant est que les individus et communautés doivent être protégés de leurs propres démons ou de potentielles menaces exogènes. C’est ainsi que le tropisme Big Government gauchiste n’est pas si différent des “Grands Chantierscrypto-technocratiques: l’amélioration du niveau de vie serait assuré plus par un transfert gouvernemental plutôt que par le fruit du travail individuel.

Ce paternalisme n’est pas nocif en soi: après tout, les effets de scolarisation consentis immédiatement après l’indépendance ont produit une génération d’individus et de ménages qui ont profité d’une réelle mobilité sociale. Ce centralisme devient pesant dès que l’homogénéité sociale ou financière initiale est dissoute dans une transformation peu discutée du système de valeurs, principalement un individualisme, à tort ou à raison confortable dans son succès propre:

La prise du risque est plutôt préférée à la sécurité de l’emploi. Elle serait plus appréciée lorsqu’elle est prise individuellement et en dehors de toute structure collective de travail.

En parlant donc de Vaches Sacrées de notre gauche domestique, je pense que la question du salaire minimum, qui revient régulièrement dans les programmes électoraux (et pas uniquement des partis d’obédience de gauche) et quelque soit le degré de crédibilité des promesses électorales, la présence perpétuelle de cet outil de régulation du marché du travail trahit une doxa sur ce que le planificateur social peut faire pour soit améliorer les revenus d’une population vulnérable, soit créer des emplois pour faire baisser le chômage et/ou absorber les arrivées nouvelles sur le marché du travail.

La question du salaire minimum est ambigüe: l’argument selon lequel le SMIG au Maroc est un obstacle à la création d’emploi ne se base pas sur des résultats empiriques. La preuve: la CGEM, confédération du patronat marocain, exprime son opposition à une hausse du salaire minimum, préconise un SMIG sectoriel, souhaite réduire au minimum la pression fiscale, mais d’un autre côté, le danger potentiel de l’endettement public ne semble pas les inquiéter outre mesure. La littérature autour de cette politique sociale est suffisamment hétérogène pour orienter l’attention vers une autre question: si effectivement le salaire minimum est source potentielle de charge pour l’entreprise, l’effet des cotisations sociales, rarement discuté dans les cercles progressistes, est autrement plus important, ou en tout cas génère un effet négatif distinct sur l’emploi.

Le raisonnement se fait comme suit: les charges sociales ont un effet plus discriminant sur les activités économiques peu capitalistiques, ou en tout cas faisant fortement appel au facteur travail, autrement plus élevé que lorsque la qualification de la main d’œuvre est basse ou inexistante. Ceci est justifié par le fait que les cotisations financent une caisse de prévention sociale ou d’assurance maladie pour une population dont la probabilité de dépendance aux prestations de celles-ci est assez élevé, que ce soit par la nature de l’activité de travail, ou par les fluctuations impliquant une grande incertitude dans le maintien de l’emploi.

Pour résumer, le gauche marocaine aurait fait le choix de protéger le facteur travail, mais au prix de punition des nouveaux intrants sur le marché du travail, et paradoxalement, la majorité des chômeurs, soit par obstination idéologique, soit par ignorance des mécanismes stratégiques des agents entraînés par un refus de dépasser la doxa crypto-marxiste ambiante.

La Baisse de l’Investissement Public est une ENORME ERREUR

Posted in Dismal Economics, Flash News, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on April 6, 2013

Et ce malgré le faible taux chronique d’engagement des investissements publics. Par principe, une politique d’austérité ne s’attaque pas aux dépenses d’investissement, particulièrement lorsque celles-ci sont structurellement à faible croissance en comparaison avec les dépenses de fonctionnement du budget.

Ce n'est pas la première fois que le budget d'investissement a été révisé à la baisse, mais l'écart entre investissement & fonctionnement se creuse depuis 1980

Ce n’est pas la première fois que le budget d’investissement a été révisé à la baisse, mais l’écart entre investissement & fonctionnement se creuse depuis 1980. (graphe RDH50)

Pourquoi le gouvernement procède malgré tout? Il semblerait que l’annulation du taux d’engagement soit motivé plus par une volonté de réduire le chiffre du déficit budgétaire plus qu’autre chose. Une mesure cosmétique, car elle ne touche pas au déficit primaire (la différence entre recettes fiscales et assimilées d’une part, et les dépenses de fonctionnement de l’autre)

En termes d’impact sur le PIB, une réduction de 15 Milliards d’investissements publics correspond à une baisse de 25% de ceux-ci, soit un impact immédiat de près de 70 points de base en moins sur la croissance anticipée. A titre de comparaison, lever 15 Milliards avec une consolidation fiscale impliquant 7 Milliards en augmentation d’impôts sur la consommation et 8 Milliards en diverses économies sur les dépenses de fonctionnement permettent de réaliser un manque à gagner de croissance de seulement 20 points de base.

Mais pourquoi donc? deux questions à vrai dire se posent: quel est l’objectif réel du gouvernement, et pourquoi l’impact de l’investissement sur le PIB est-il plus important que l’impact de la taxe sur la consommation, alors que l’agrégat de consommation contribue plus à la croissance?

La première question est d’ordre politique, les préférences du gouvernement penchant vers une mauvaise réponse à une bonne question. La taille du déficit en elle-même n’est pas le problème: après tout, si le gouvernement se décide d’avancer avec une politique de consolidation sur toutes les composantes du budget exceptée la caisse de compensation, alors le déficit structurel ne sera que très marginalement affecté. Comme précisé plus haut, même s’il s’agit d’une augmentation de facto du taux de réalisation des investissements publics, l’impact sur le déficit primaire, la capacité du gouvernement à payer ses factures par ses revenus propres est nul, alors même que c’est la cause du problème.

La deuxième question est incorporée dans les mécanismes de transmission des chocs exogènes importés ou domestiques: les habitudes de consommation sont plus stables que celles de la FBCF, d’où une inélasticité plus prononcée.

Réaction du PIB et de la Consommation à la réduction de l'Investissement Public

Réaction du PIB et de la Consommation à la réduction de l’Investissement Public

L’Optimisme Circa 2007

Posted in Dismal Economics, Moroccan Politics & Economics, Morocco, Read & Heard by Zouhair ABH on April 4, 2013

“Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et dans le cadre d’une approche rénovée de planification du développement économique et social du Maroc, le Haut Commissariat au Plan (HCP) conduit une réflexion prospective privilégiant une démarche à caractère stratégique et participatif.

Cette réflexion, menée sous le titre « Prospective Maroc 2030 » vise à explorer les futurs possibles de notre pays et à les soumettre à un débat national avant d’aboutir au choix du scénario où il souhaiterait inscrire ses plans de développement.”

Ce document, datant de 2007, met des chiffres sur ce qui pourrait être un succès ou un échec. Par exemple, on peut enfin comprendre pourquoi les partis politiques étaient régulièrement enclins à afficher des taux de croissance extrêmement optimistes (y compris le PJD, avec son 7% de croissance annuelle) trouvaient leur origine probablement dans ce document: il est fait état d’un taux entre 5.5% et 6.4%, lequel est conditionné par la réalisation d’une liste semblable aux travaux d’Hercules. Mais ceci est le sujet d’une autre discussion: ce post souhaiterait mettre côte-à-côte les anticipations de la vision Maroc 2030, effectuées en 2007, et la réalité de l’économie marocaine sur les six dernières années. Ce document est réellement important car il permet de faire (partiellement) la critique de l’option technocratique adoptée par nos dirigeants durant la décennie passée; On a donc des chiffres qui sont à priori des objectifs permettant de juger de l’échec ou de la réussite de cette stratégie.

L’obsession, si l’on peut dire, quant à la réalisation d’un taux supérieur de croissance du PIB est justifiée dans les implications sur le quotidien des ménages marocains, directes ou indirectes: une forte croissance sur une longue période permet au gouvernement de s’assurer de revenus fiscaux croissants dans le temps, de même pour les ménages et les différents acteurs économiques. A défaut de stratégies de consolidation des revenus de croissance (à travers des politiques de redistributions) le modèle de développement économique se base de facto sur une augmentation de la consommation agrégée, indexée et à son tour génératrice de croissance.

La croissance tendancielle du PIB (d) depuis le début des années 2000 confirme les prédictions du scénario bas. La tendance croissante de l'investissement (g) n'est cependant pas assez suffisante

La croissance tendancielle du PIB (d) depuis le début des années 2000 confirme les prédictions du scénario bas. La tendance croissante de l’investissement (g) n’est cependant pas assez suffisante

Le scénario ‘bas’ précise que le taux de croissance moyen du PIB entre 2007 et 2015 s’établirait aux alentours de 4%. Ce scénario récapitule principalement des échecs aux projets de réformes dans divers domaines. Il ne s’agit pas forcément d’un scénario catastrophe, mais c’est certainement celui qui englobe ce qui serait certainement une admission d’échec, non seulement des tentatives de réformes, mais le bien-fondé de celles-ci.

En matière de score en croissance de PIB, le Maroc n’aura réussi, entre 2007 et 2012, à n’obtenir que la faible performance des 4%; de même pour le taux d’investissement rapporté au PIB. Il y a un argument souvent avancé, selon lequel la croissance peut être assurée sans forcément établir les bases d’une démocratie représentative (prenant à témoin les performances de pays autoritaires pour justifier cette assertion) et cela est peut être vrai, la littérature académique reste divisée à ce sujet. En ce qui concerne le Maroc, l’attitude “Makhzen Knows Best“, un mélange d’autoritarisme et de paternalisme technocratique, a montré ses limites, en tout cas au vu des objectifs énoncés dans ce document.

On a ainsi supposé que l’émergence de champions nationaux, ainsi que la prise en main du processus de décision d’allocation des ressources, à travers de grands projets/chantiers, ces politiques allaient pallier aux inévitables gaspillages inhérents à un procédé démocratique, pour assurer un retour maximal sous forme de taux de croissance élevés, en tout cas en comparaison avec les performances régionales. Il s’est donc avéré que si l’on considère les chiffres énoncés dans cette vision “Maroc 2030”, soit les autorités ont échoué à mettre en place les réformes promises dans le document, soit ces réformes ont bien été établies, mais elles ont échoué.

Peut-être cette contre-performance de l’économie domestique en valait la peine. La critique courante du côté de la gauche radicale/démocratique est que le Maroc a sacrifié des projets sociaux sur l’autel de la rigueur fiscale dictée par le FMI ou la banque mondiale. C’est probablement le cas, mais les objectifs propres de réduction, ou de contrôle du déficit budgétaire, un impératif de conservatisme fiscal – surtout pour un petit pays ouvert sur le commerce international comme le Maroc- n’ont pas été réellement respectés: le déficit moyen entre 2007 et 2012 a été 3.8% du PIB – contre des objectifs optimistes entre 2.4% et 2.8%. Sur ce troisième aspect, le Maroc se dirige plutôt vers le scénario bas.

Tout n’est pas noir dans les grands agrégats de l’économie marocaine: le taux de chômage reste en ligne avec les performances historiques de l’économie domestique, ainsi que les prévisions des scenarii optimistes. Ces résultats à priori rassurants doivent cependant être restitués dans le contexte d’amenuisement du stock de postes d’emploi: les dernières statistiques montrent ainsi que la décennie passée à créé 1.7 Millions d’emplois, alors même que les taux d’activité ont baissé, indiquant des sorties du marché du travail qui ne s’apparentent pas au chômage: le taux d’activité est ainsi passé de 54% en 1999 à 49% en 2011.

De même, le nombre d’emplois créé est en net déclin: en 2002, 83.000 emplois ont été créés, seulement 56.000 en 2012. Le maintien du taux de chômage aux alentours de 9-10% est au prix d’une réduction assez rapide de la population active occupée.

Voilà. Ceci n’est pas une annonce de déclin, mais comme le souligne ce document, il s’agit d’un essoufflement de l’économie domestique; ses moteurs de croissance montrent leurs limites dès que l’environnement international devient incertain. Finissons donc sur ces deux extraits:

Le rôle central de l’Etat dans la dynamique économique et dans la prise en charge des impératifs du développement social pèsera lourdement sur l’équilibre budgétaire. Ainsi, le déficit global du Trésor risque de dépasser 4,5% du PIB, à l’horizon 2015, mettant en cause la soutenabilité des finances publiques et hypothéquant des options de développement.

[…]

Sur un autre registre, les faiblesses en matière de développement social seraient accentuées par l’insuffisance des créations d’emplois limités à environ 250 mille par an dans ce scénario, face à une demande additionnelle, en accroissement substantiel sous l’effet de la transition démographique.