The Moorish Wanderer

Propositions de gestion des communes, 2009

Posted in Uncategorized by Zouhair ABH on June 10, 2009

Camarades, Lectrices, Lecteurs,

Après une discussion passionnée (?) avec Annous, voici quelques propositions de gestion des communes par le RGD. Ces propositions sont une synthèse entre les principes défendus par le RGD, des extraits des programmes des différentes listes et enfin, ma propre opinion (!). Here follows a bunch of proposals the RGD could bring forward.

* Lutte contre la corruption : revendication classique de la gauche radicale, certains d’entre vous se demandent bien ce que la gestion quotidienne d’une commune peut avoir d’impact sur la lutte contre les marchés publics truqués, les détournements de fonds, etc, etc… Primo, les élus du PSU-RGD sont tenus de faire une déclaration de leurs revenus avant et après leur mandat. Une décision toute simple, mais que seuls deux formations politiques imposent à leurs représentants : la gauche radicale bien sûr, et le PJD. La déclaration de revenus pré et post-mandat est une première étape pour la suite des propositions.  l’extrapolation qui suivra sera peut être farfelue, mais elle trouve ses justifications théoriques dans des travaux de fond sur la théorie du signal : le cas d’une entreprise qui envoie un signal déterminé sur le marché financier en adoptant un comportement temporel quelconque. Barruci en parle dans on ouvrage ‘Financial Market Theory’ : une société cotée envoie un signal positif -et est donc valorisée en conséquence- lorsqu’elle respecte scrupuleusement -et sur une période temporelle longue- les règlementations du marché sur lequel elle est évaluée. L’extrapolation, comme je le disais, est farfelue ; Mais au rythme où les choses se déroulent, l’offre politique marocaine ressemble beaucoup à un marché, et les Marocains à des demandeurs de projets politiques. au delà de l’aspect éminemment monopolistique de ce marché (s’il existe), la position du RGD-PSU (en tant qu’offre de projet politique) se constitue sa crédibilité à travers le respect de principes qu’il s’impose et impose à ses militants. Pour résumer, le message de la lutte contre la corruption, à travers différents moyens, est, pour le PSU-RGD, un message très crédible et donc applicable. Fin de la partie théorique, passons aux moyens que se donnent les candidats de la gauche radicale. En plus de la déclaration des revenus, les programmes des différents candidats omettent -malheureusement involontairement- que leur travail sera régulièrement audité. Par qui ? pour les riches communes, par des cabinets assermentés, et pour toutes les communes, par les associations de quartier. En clair, les candidats PSU-RGD appliqueront les principes de contrôles au sein de l’alliance, à leurs mandatures. cunning, isn’t ? Une commune proprement auditée est en général une commune bien gérée, et les risques de ‘misbehaving’ sont négligeables.

* la Commune et le Citoyen : bref passage, puisque l’association étroite des ‘syndics’ signifie essentiellement, par un effet de cascade, un intérêt marqué de la part du Marocain moyen dans la gestion de son quartier et de sa commune. Comment ? ce n’est pas simple, mais nous faisons le pari de la complexité pour reprendre l’expression d’E. Morin. Un syndic est en général corrompu parce que la gestion de la commune est défectueuse. Lorsque la commune est dirigée par une poignée de gauchos, les brèches type passe-droits sont promptement parées, et les syndics sont ‘toed into line’ comme diraient les British. Reste le comportement des implantations locales du ministère de l’intérieur, sur lesquels les conseils communaux n’ont aucune prise (sauf si vous soutenez les revendications de réforme constitutionelle…)

* Gestion des moyens : après la ‘pacification’ de la gestion financière de la commune, passons à celle des moyens physiques. Le blog d‘Annous faisait état du fameux partenariat PPP (Partenariat Public-Privé). Pour des raisons idéologiques ET historiques, le principe attire les réserves de certaines personnes de la gauche radicale, parmi lesquels je me place. Néanmoins, dans le contexte actuel, et dans les marges de manœuvres proposées aux conseils communaux, le PPP peut être un bon moyen de gestion, une synthèse entre l’esprit de service public et d’efficacité. Mais comme le disait Annouss, ce sont les dispositions du PPP qui posent problèmes. Je suis heureux d’annoncer qu’en assainissant la gestion financière des communes, les négociations avec les intervenants privés, les appels d’offres, les concessions, etc… seront publics, transparents et régulièrement re-négociés. En somme, la commune se dotera des mêmes mécanismes que pour une société privée (contrôle de gestion, audit interne…) faisant appel à des sous-traitants. Cette attitude capitaliste (c’est ça, foutez vous de moi…) ne s’applique pas aux relations qu’entretiendra la commune avec ses citoyens. le RGD-PSU a des propositions très Keynésiano-Fabienne. En termes clairs, une commune RGD-PSU s’arrangera pour assurer un service sanitaire décent pour tous les habitants, des logements étudiants, bref, un cadre de vie épanouissant. Le budget investissement initial sera donc important, avec une attention particulière portée aux équipements collectifs. Comment vérifier que nos conseils communaux vont s’acquitter de leurs tâches ? Des outils de gestion budgétaire plutôt simple que les associations et les cabinets évoqués plus hauts se chargeront d’évaluer.  Discours ? ou pas… les associations de quartier, mais aussi les auditeurs intègreront dans leurs évaluations les feedbacks des habitants de la commune, avec une évaluation de la contribution de la commune au bien-être collectif. Un indicateur difficile à mettre en place, mais qui envoie un signal fort et crédible -dans l’esprit de la théorie énoncée plus haut-

Les propositions décrites ci-dessus sont élargies et puisées dans les programmes des candidats de Yacoub El Mansour, d’El Heroura, des propositions générales du Parti lors des élections de Septembre 2007 et de mes propres conceptions.

Advertisements

Une Vie de Merde…

Posted in Uncategorized by Zouhair ABH on June 10, 2009

Aujourd’hui, sport en piscine olympique. Je suis en train de me noyer au milieu, je tremble, j’ai la tête qui tourne, impossible de respirer… À bout de souffle, je crie à mon prof que j’ai des problèmes de cœur. Réponse : “Mais je m’en fous que t’aies des problèmes avec ta copine ! Nage, putain !” VDM

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas le principe : http://www.viedemerde.fr/

Contributions to the OECD Conference : Taxation

Posted in Uncategorized by Zouhair ABH on June 8, 2009

Could taxes stimulate an open economy ?
The question on itself is a bit provocative : how could a drain –or let’s say a puncture- on a theoretically optimal production bring benefits to an economy ? A government takes money for two basic things : pay its regular expenses (as in paying its expenses and its civil servants) and its investments. There is a way in turning theses taxes into powerful means in boosting an economy : how so ?
– A common wisdom among tax experts is that an optimal taxation (in the sense of Laffer’s maximum level tax) is such that the government takes a little something from everyone creating value. The little something is a mathematical solution such that the captured part of the social surplus is so low that the expected projects of the taxed agents would not be altered. This might even go to a social consensus, where agents voluntarily give away a part of their present surplus for a bigger future one. This is not wholly irrational, it is just an example of the new Nash’s paradigm :One maximizes their personal utility, and their contribution to the social -i.e. common- utility. The main question is how agents behave so ? when they have positive expectations on the government projects : a highway project, nuclear plants for cheap electricity, universities for a larger knowledge capital, etc…
How does one calculate the ‘optimal’ taxation rate for the government’s projects ? For businesses, the problem is more or less easily solved: many firms have to spend a lot of money in some projects they have to undertake due to lack of say, infrastructure, skilled labour force, an so on. Theses firms would be relieved to give a lot less to the government for it to provide these collective goods.
– How the government spends the taxes right ? Apart from rigorous spending, it is the social consensus that the agents are putting their faith in what is now the very visible hand of ‘benevolent government’. It goes back to the very structure of market economy : there is no such thing as ‘natural markets’. It is how roles are distributed among agents : the firms, the public authorities, the labour force representatives, the households, and so on and so forth. Taxes are just the equilibrium price for what the government is providing as services: education, legislative framework, infrastructures, security.
Finally, there is only little to be feared from the impact of taxation within an open economy. One might even dream of international taxes form common international services: sea and airports might be free (sort of ‘package’ taxes)
A globalized world, a globalized taxes ?

l'alliance des hizbicules gauchistes monte à l'assaut

Posted in Uncategorized by Zouhair ABH on June 5, 2009

Bonsoir

Dans quelques jours, des électeurs marocains se donneront la peine pour voter et choisir leurs conseillers communaux. La participation est incertaine, et, personnellement, je m’attends à un autre camouflet type 2007 : Le ministère de l’intérieur n’intervient plus aussi directement dans le scrutin, et les moyens de pression pour mobiliser les Marocains ne sont plus aussi efficaces. Le Maroc a perdu confiance dans le politique, dans tous les sens du terme.Bougie PSU1

Faut-il pour autant désespérer des partis politiques marocains ? si ce n’était mon propre engagement, je serais tenté de tout lâcher. Pourtant… ne sur-estimons pas la conjonction pourtant : elle indique l’opposition et non la négation (Je ne pouvais pas m’empêcher de citer Desproges), pourtant, il y a toujours la possibilité de faire de la politique autrement. Vous qui me lisez, ne connaissez peut être pas l’existence de formations politiques ayant une longue histoire contestataire, des formations encadrées par des hommes et des femmes qui croient en des lendemains meilleurs, qui adoptent une éthique de vie, un système de principes, bref, un comportement-type de ce qu’ils veulent pour le Maroc. ‘Tous pareils, Tous pourris’ pour d’autres formations politiques peut être, mais en tout cas pas pour le PSU, pas pour le Rassemblement de la Gauche Démocratique.

Chers Lecteurs, Chères Lectrices, pensez-y : quand, les premiers, un groupe d’ex-gauchistes a le courage de demander une réforme constitutionnelle, essentiellement une redéfinition de la distribution des pouvoirs au bénéfice du peuple, la suite du programme est prévisible : les élus seront plus étroitement contrôlés et responsable devant leurs électeurs, que ce soit aux communes ou au Parlement . Comme nous parlons des Communales, en quoi cela pourrait influer sur les communes ?  Imaginez un conseil communal dirigé par des élus du RGD : les associations de quartier seront étroitement associées à la gestion quotidienne de la commune, soit une gestion transparente qui s’inscrit dans le discours tenu par la gauche radicale. Une gestion transparente de l’éclairage public, de la propreté sur la voie publique, autant de détails parfois insignifiants mais très importants,peuvent être un moyen pour prouver la capacité de la Gauche Radicale à prendre en main la gestion de la communauté.

En même temps, je ne suis pas content de tenir ce discours : un parti (ou un groupe de partis) est supposé communiquer sur les aspects idéologiques de son programme, et non s’arrêter à des notions que le politique (en tant que système d’éthique ou en tant qu’individus/groupe d’individus) devrait intégrer comme des notions ‘triviales’. Mais l’éducation politique du Marocain étant ce qu’elle est (c’est à dire biaisée et insuffisante), il est nécessaire de mettre en avant une particularité propre à la Gauche Radicale, alors que cette caractéristique est supposée être un pré-requis. Mais bon, la situation actuelle n’est jamais rien que le résultat d’une politique patiente du Makhzen pour démolir  toute alternative à sa propre force.RGD

Mouhim, si vous votez pour le Rassemblement de la Gauche Démocratique, vous aurez un comportement et un discours proche de ce qui suit :

le 12 Juin, Votez Rissala

Posted in Tiny bit of Politics by Zouhair ABH on June 3, 2009

Toutes les conditions sont réunies pour une participation aux prochaines élections communales dans le cadre de l’Alliance de la Gauche Démocratique (AGD), a souligné le secrétaire général du Parti socialiste unifié (PSU), Mohamed Moujahid.

Dans un entretien accordé à la MAP à l’occasion des élections communales, M. Moujahid a fait état d’une série de réunions, entamées depuis des mois entre les composantes de l’AGD (Parti socialiste unifié, Congrès national ittihadi et Parti de l’avant-garde socialiste démocratique) et qui ont abouti à l’élaboration de documents concernant la stratégie électorale, les critères de candidature et la charte relative aux candidats.

S’agissant du taux de couverture des circonscriptions électorales par l’alliance lors de cette échéance, il a indiqué que ce taux pourrait s’établir à 40 pc du nombre total des sièges à pourvoir, soit entre 8 mille et 10 mille candidats, en insistant sur l’engagement de l’alliance à réserver un quota important aux femmes. Il s’est, en revanche, montré dubitatif quant aux conditions entourant ces élections. “Tous les indicateurs montrent que les prochaines élections ne seront pas différentes des précédentes”, a dit M. Moujahid, d’autant plus, a-t-il estimé, que “les anomalies qui ont entaché les élections précédentes sont toujours de mise”, citant, à ce sujet, ce qu’il a appelé “l’inégalité des chances entre les partis pour l’accès aux médias”.

Concernant la participation des citoyens au scrutin du 12 juin, le secrétaire général du PSU a signalé l’organisation par son parti d’une série de meetings pour “inciter la population à se rendre aux urnes afin de lutter contre la corruption”. Il a, toutefois, estimé que le phénomène de l’abstentionnisme “dépasse le cadre de son parti et des autres formations”. Pour autant, “nous menons des efforts, à travers l’organisation de meetings, afin d’inciter à l’inscription (sur les listes électorales) et à la participation aux élections”, a-t-il ajouté. Il a exprimé la conviction que les causes du phénomène sont “davantage liées au mode de gestion de la chose publique, qui ne traduit pas la volonté des citoyens au niveau de la décision politique, en ce sens que la décision politique n’est pas liée aux urnes”.

De même, a-t-il ajouté, ce phénomène est en rapport avec “la prévalence des intérêts privés et le recours à la pratique politique comme tremplin pour l’enrichissement”. ” Pour assurer une participation effective, a-t-il soutenu, il importe de donner une nouvelle dimension et un nouveau sens à l’exercice de l’action politique de sorte que les responsabilités soient bien définies dans le cadre du respect de la loi “, insistant sur la nécessité de consacrer la vocation de “la politique en tant que service public”.

S’agissant des alliances possibles envisagées par son parti, il a insiste sur le caractère “fondamental” de ce choix pour le PSU, rappelant “le lancement par le parti d’une initiative politique pour restructurer la gauche marocaine, en se basant sur une analyse commune de la situation politique et l’adhésion contractuelle à un programme politique pour aboutir à une structure avancée, en l’occurrence une Fédération de la gauche au Maroc”. ” Nous avions nourri l’espoir de voir les partis de gauche conclure des alliances avant les élections, englobant aussi bien ceux participant au gouvernement que ceux se trouvant dans l’opposition”, a-t-il dit, expliquant que l’objectif était de présenter des listes communes aux “différentes forces de gauche, notamment dans les grandes villes, dans le cadre d’une large coalition”.

Quant à la période post-électorale, il a affirmé que “nos alliés sont connus et nous nous démarquons pas des alliances naturelles avec les forces de la gauche et démocratiques”. Abordant les enjeux des prochaines échéances, M. Moujahid a affirmé que “les enjeux essentiels, pour nous, consistent à faire en sorte que les forces politiques démocratiques et de gauche prennent conscience de l’importance de la phase actuelle et se regroupent dans le cadre d’une structure évoluée afin d’inverser la tendance de reflux qui caractérise l’actuelle étape politique et d’enclencher, ainsi, une nouvelle dynamique qui aura des retombées à tous les niveaux de l’action militante” .

M. Moujahid a, d’autre part, affirmé ne pas partager l’avis de ceux qui disent que les programmes des partis se ressemblent, mettant ces affirmations sur le compte de ceux qui “veulent brouiller les cartes pour alléguer ensuite que tous les partis sont semblables”. “Les partis sont différents de par leurs programmes, l’éthique qui préside à leur action, leurs style et apport”, a-t-il martelé. ” Ce qui nous intéresse, avant tout, c’est de ne pas rechercher l’ouverture à tout prix, à la seule fin d’améliorer le taux de couverture, mais nous sommes davantage scrupuleux sur les procédés utilisés et la qualité des candidats”, a-t-il affirmé, soulignant que “notre programme traduit l’ancrage de la gauche qui focalise ses efforts sur les catégories populaires en situation difficile”. Concernant le bilan de la gestion communale de la part des élus du PSU, M. Moujahid a fait état de l’apport limité du parti, vu que les quelques petites communes, urbaines ou rurales, qui lui ont échu disposent de moyens très modestes, mais, a-t-il dit, le bilan est globalement “positif “. MAP

PS : Déjà que le blog était franchement partisan, le voilà maintenant qu’il appelle à voter… Croyez-moi, un gauchiste dans le conseil municipal, ou mieux, un conseil municipal gauchiste est la meilleure des solutions, dans la mesure où le programme politique, l’éthique politique et le comportement individuel (du militant et du politicien) est tout entier motivé par le principe de la parole tenue et de la constance des idées…. Votez AGD !

PS 2 : La MAP diffuse une déclaration du Sec Gé Moujahid… quand Sassi disait que notre hizibicule donnait des maux de tête aux architectes du néo-makhzen 😀