The Moorish Wanderer

How to think about the crisis (seriously)

Posted in Uncategorized by Zouhair ABH on May 30, 2009

There follows a summary of a great meeting of minds. Thnaks to Bernard Guerrien, PhD (prof at Paris I Sorbonne) :

Krugman : « Between the housing bust and the sudden decision of consumers to save, after all, we have a world with lots of excess capacity. The GDP report that just came out says that business-fixed investment, non-residential fixed investment, essentially business investment, is falling at a 40 percent annual rate. This causes a problem. There are lots of people who want to save, creating a vast increase in savings, not only in the US but around the world, combined with a sharp decline in the amount that the private sector is willing to invest, even at a zero interest rate, or rather even at a zero interest rate for US government debt, which is what the Federal Reserve has the most direct impact on. One way to think about the global crisis is a vast excess of desired savings over willing investment. We have a global savings glut. Another way to say it is we have a global shortage of demand. Those are equivalent ways of saying the same thing. So we have this global savings glut, which is why there is, in fact, no upward pressure on interest rates. There are more savings than we know what to do with. If we ask the question “Where will the savings come from to finance the large US government deficits?,” the answer is “From ourselves.” The Chinese are not contributing at all. That is the way Keynesian policy works in the short run. It takes excess desired savings and translates them into some kind of spending. If the private sector won’t do it, the government will ». Ferguson : « The Fed has committed itself to buying $300 billion worth of treasuries this year, but clearly it will have to buy a great many more than that. Remember, $1.7 trillion or so are coming onto the market. And you assume that the credibility of the United States in the eyes of Americans, as well as foreign investors, is going to withstand this? At some point the United States does start to look like a Latin American economy, not only to people abroad but maybe to people at home. If the Fed’s balance sheet explodes to up to $3 or $4 trillion, who knows how big it could get. At what point do people stop believing in the US dollar as a reserve currency, or even as a store of value for their own savings? » Soros « When the flow of credit restarts, suddenly there will be a flip-flop where the fear of deflation will be replaced by the fear of inflation. The pressure for interest rates to rise will be very, very strong, and the rise in interest rates could choke off the recovery. And so we are facing a period of stop-go, or stagflation similar to but more severe than what we faced in the Seventies. But that is a favorable outcome compared to what would have happened if we hadn’t done what we are doing…..You have to regulate credit. And that means using tools that have largely fallen into disuse. Of course you have margin requirements, minimum capital requirements; but you actually have to vary them to counteract the prevailing mood of the market, because markets do have moods. It should be recognized that exuberance actually is quite rational. When I see a bubble beginning, forming, I jump on it because that’s how I make money. So it’s perfectly rational. Roubini : « We have to go to a world where there is greater prudential regulation and supervision of the financial system. I think the challenge for the US economy is, can we grow without excessive credit and leverage? Can we grow in a more sustainable way? And what are going to be the sectors of the economy that give us sustainable, long-term growth? I think that’s an open question » Krugman : « We went from an economy in which about 4 percent of GDP came from the financial sector to an economy in which 8 percent of GDP come from the financial sector, and in which at its peak 41 percent of profits were being earned by the financial sector. And there is no reason to believe that anything productive happened as a result of all of that. These extremely highly compensated bankers were essentially just finding new ways to offload risks on to other people » Bradley : « The second mistake was in 1999, the explicit decision by the Clinton administration and Congress not to regulate derivatives, in particular credit default swaps. In 2002 they were worth $1 trillion and today they’re worth $33 trillion, and that decision not to regulate derivatives created the following sequence: you have mortgages; then a thousand mortgages are packaged and sold as a mortgage-backed security; a thousand mortgage-backed securities are packaged and sold as a collateral debt obligation [CDOs]; then a thousand collateral debt obligations are packaged and sold as a CDO squared; and insuring each one of those bundles are credit default swaps, which are a part of that $33 trillion. And our government deliberately decided not to regulate this chain of investments. One result was that the 374 people in the London office of AIG who were responsible for AIG derivatives destroyed a company that had 116,000 employees in 120 countries. Why? Because there was no regulation at all » ……… « The third decision was in 2004. The SEC allowed banks to go from 10 to 1 leverage to 30 to 1 leverage. And guess what? Once they were allowed to do it, they did it »

The whole discussion could be found in the following weblink : http://www.nybooks.com/articles/22756

Le Corps de Rosa Luxemburg aurait été retrouvé

Posted in Uncategorized by Zouhair ABH on May 30, 2009

Le médecin légiste en chef de l’hôpital berlinois de La Charité a entamé des recherches afin de déterminer si un corps découvert dans les sous-sols de l’établissement pourrait être celui de Rosa Luxemburg, la socialiste révolutionnaire allemande assassinée en 1919, rapporte vendredi le magazine “Der Spiegel”.

Rosa Luxemburg a été tuée par des milicien contre-révolutionnaire lors de la répression d’une insurrection avant que sa dépouille ne soit jetée dans les eaux d’un canal à Berlin. La jeune femme avait participé à la création de la Ligue Spartakus -aux positions révolutionnaires et antimilitaristes- au côté notamment de Karl Liebknecht, cofondateur du Parti communiste allemand également tué dans le soulèvement. Tous deux restent des héros de la gauche en Allemagne, où une marche a lieu chaque année en leur honneur. Après sa mort, un corps a été retrouvé, et présenté comme celui de Rosa Luxemburg. Le cadavre avait été enterré dans un cimetière de Berlin. Mais Michael Tsokos, le responsable du service médico-légal de La Charité, a des doutes, selon “Der Spiegel”.

Entre autres éléments, les résultats de l’autopsie originelle n’indiquaient pas d’ostéoarthrite aux articulations, ni de jambes de longueur différente, que Rosa Luxemburg était connue pour avoir. Un examen médico-légal du corps qui a été enterré n’est pas possible, car la tombe a été profanée du temps des Nazis et les os retirés. Mais un corps que Michael Tsokos a trouvé dans une réserve située dans les bâtiments de la Charité il y a deux ans -et qui avait été préservé par le froid et l’humidité régnant à la cave- pourrait être celui de Rosa Luxemburg, selon le magazine qui cite M. Tsokos. Il manque sa tête, ses pieds et ses mains, mais des examens ont montré que la personne avait des jambes de longueur différente et présentait des signes d’arthrite.

Le cadavre daterait également de l’époque à laquelle vécut Rosa Luxemburg, qui contribua à la formation du Parti communiste allemand. Afin de déterminer si le corps est bien celui de la socialiste révolutionnaire, M. Tsokos -que l’Associated Press n’a pu joindre dans l’immédiat- a déclaré qu’il tentait de trouver un parent -encore en vie- de Rosa Luxemburg afin de pouvoir comparer les ADN, rapporte le magazine. Il a tenté de prélever de l’ADN sur un timbre-poste utilisé par Rosa Luxemburg, mais n’a pas été en mesure d’obtenir un échantillon utilisable. Associated Press

Petite bio sur l’une des figure proéminente du socialisme et du mouvement ouvrier international.

Militante polonaise, fondatrice du SPDiL (Parti Socialiste de Pologne et de Lithuanie). Elle Emigre pour suivre ses études et s’intalle à Berlin. Elle sera en Allemagne la dirigeante incontestée de la gauche du SPD. A ce titre, elle dirige la lutte qui s’engage contre le révisionnisme montant dans la social-démocratie et théorisé par E. Bernstein. En août 1914, elle est opposée au vote des crédits de guerre et s’engage dans le processus de regroupement menant en 1915 à la fondation de la ligue Spartakiste, qui se transformera en KPD (1918). Incarcérée durant la guerre pour son activité. Dirigeante de la révolution allemande de 1918/19. Assasinée après son arrestation, suite à l’échec de la tentative d’insurrection de janvier 1919. (Marxists.org)

Et pour votre plaisir, un petit extrait d’un vieux film sur Ernst Thälmann, dernier dirigeant du KPD avant 1933. Le film a été produit en RDA, mais la qualité graphique et historique du film compensent…

Avrora, ou le croiseur qui donna le signal

Posted in Tiny bit of Politics by Zouhair ABH on May 29, 2009

Avant de commencer un article sur le croiseur de bataille Aurore, je tiens à faire découvrir aux lecteurs une petite vidéo, un trésor de la création artistique soviétique pour enfant (ça pue la propagande, mais avec du recul, je trouve le dessin animé mignon)

Pendant la deuxième révolution (celle d’Octobre donc) les marins rouges pro-bolchéviques avaient pour mission de dissuader la garnison du palais d’hiver d’intervenir, mais aussi et surtout, de donner le signal pour le départ de la révolution d’Octobre, durant laquelle le peuple de Saint-Pétersbourg appuya les bolchéviques pour prendre contrôle de la ville, entraînant ainsi l’évènement que J. Reed appela : ‘Les Dix jours qui ébranlèrent le Monde’

Un prétexte pour mettre en ligne ce dessin animé, That’s all folks 🙂

Le Croiseur "Avrora" (Aurore), dont le Coup à Blanc marqua le début de la révolution d'Octobre

Tagged with: ,

Old Fella : Bensaid Ait Idder

Posted in Uncategorized by Zouhair ABH on May 18, 2009

De son vrai nom Mohamed Aït Idder, le leader de l’OADP et symbole du PSU est né à Massa (Agadir) en 1925. Après des études à l’université Benyoussef à Marrakech (où il était notamment le condisciple du Fqih Basri et de Abdellah Ibrahim) il s’engage dans le mouvement national dès 1940, puis dans la résistance jusqu’à l’indépendance. Il a été l’un des principaux responsables de l’ALM-Sud (Armée de Libération Nationale, zone Sud) entre 1957-1958, où il combattit l’occupant français et espagnol, jusqu’à la célèbre opération Ecouvillon.

En 1964, Bensaid Aït Idder est condamné à mort suite à l’affaire du complot manqué de Juillet 1963 (qui s’est avéré un opération montée par la monarchie pour décapiter l’UNFP), et est gracié la même année. En 1966, il est une deuxième fois incuplé dans l’affaire de la tentative d’assassinat du général Oufkir. Il s’exile et s’installe à Paris.

En 1981, il est amnistié et peut rentrer au Maroc. en 1983, il obtient la possibilité de fonder un parti, l’Organisation de l’Action Democratique et Populaire (l’OADP), une plateforme regroupant les ex-gauchistes qui voulaient s’engager dans une action politique légaliste, après (voire pendant) la répression des années de plomb. Il devient député de l’OADP en 1984. Il se distingue par sa position courageuse concernant les centres de détention clandestins de l’époque (Marzouki cite l’OADP parmi les organisations ayant dénoncé le bagne de Tazmamart, ainsi que l’aide apportée aux survivant du bagne)

En 2002, il supervise la fusion de l’OADP avec quatre groupuscules de gauche radicale, et est nommé président d’honneur. en 2005, avant la fusion avec l’association ‘Fidélité à la démocratie’ il se retire de son poste à responsabilité, mais maintient son activité militante au Maroc ou en Belgique.

Le caractère de l’homme est entier, sans concession. Certains le considèrent comme un véritable musée vivant du nationalisme pré-indépendance. Il reste de loin l’un des résistants les plus emblématiques de la résistance et de la gauche radicale marocaine.

Sources adaptées: ‘La Grande Encycplopédie du Mroc : Institutions’,  ‘Tazmamart, Cellule Dix’ de A. Merzouki

I/ 1930 : Naissance de la Mouvance Nationale

Posted in Uncategorized by Zouhair ABH on May 6, 2009

Comme promis, j’ai pris mon courage à deux mains (ainsi que mes références bibliographiques) pour commencer à peindre un tableau du paysage politique marocain. Je ne suis pas historien, ni politologue, mais je ne saurai me lasser de dire et redire qu’une des manières d’envisager sereinement son futur, et de comprendre son présent, réside dans une connaissance de son passé.

La naissance de la mouvance nationale donc. La mouvance ? disons les mouvances. Le terme de الحركة الوطنية، (mouvement national) est en réalité peu représentatif de ce qu’étaient les mouvements de résistance. En 1930, les Français n’ont toujours pas réalisé ce qu’ils appelleront ‘la Pacification’. Les montagnes du Haut et du Moyen Atlas sont encore insoumises, de même que la capitulation de l’émir El Khattabi est encore fraîche (1926). Ce qu’on appelle le mouvement national correspond effectivement aux structures politiques qui donneront naissance aux partis de l’Istiqlal et de la Choura. C’est un mouvement urbain, élitiste, très localisé (Fès et Marrackech) et se constitue essentiellement en réaction au fameux Dahir berbère. Au début donc, le mouvement ‘moderne/politique’ national ne s’est pas élevé contre le protectorat en lui-même, mais contre ce qu’il considérait comme une tentative de division des peuples marocains. (soyons honnête, la notion d’un seul peuple marocain n’existait pas, et on peut même avancer sans grand risque d’être démenti que cette notion reste ce qu’elle est… une notion). Intéressons-nous à la composition de ce mouvement : qui ? comment ? et pourquoi ?

Le pourquoi est le simple à répondre : la majorité des fondateurs sont des grand-bourgeois fassi, r’batis (et très rarement, de marrackech). La formation de cette élite est curieusement homogène : Allal El Fassi est une docteur d’Al Quaraouiyne, grande université de théologie à Fès. Ahmed Balafrèj est diplômé de l’université du Caire. Ces deux nationalistes ne représentent certes pas toute la classe dirigeante, ou plutôt la première génération de militants nationalistes, mais le fond commun est une éducation classique, très imprégnée de théologie, ce qui ne manque pas d’influencer leurs discours, ainsi que leurs arguments. L’idéologie salafiste – dans sa définition théoriquement progressiste- était, pour une grande majorité de ces militants, le seul moyen pour sortir de cet état d’aliénation dans lequel se débattent les pays arabe. le salafisme éclaire, tel que défini dans les écrits d’un érudit comme Jamal-Edine Al Afghani. La notion du Maroc en tant qu ‘Etat-Nation, la notion même du Maroc, tout cela ne se définissait que par rapport à la oumma, c’est-à-dire, le grand peuple arabo-musulman. Un nationalisme marocain donc, mais d’abord et surtout un nationalisme panarabe.

A côté de ce nationalisme ‘traditionnel’ commençait à bourgeonner un nationalisme plus moderne, plus proche du modèle occidental; Ce nationalisme est incarné par Mohamed Belhassan El Ouazani, fondateur du premier journal francophone du mouvement national. Les tenants de ce nationalisme moderne (par rattachement à l’universalisme des lumières) ont eux aussi été formés à la ‘vieille école’ : Abdellah Ibrahim, chef du premier -et peut être seul- gouvernement de gauche du Maroc mderne, a été formé à la très traditionnelle université Ben Youssef à Marrackech, avant d’être diplômé de la Sorbonne. De même pour Abderrahim Bouabid, qui est passé par l’école des fils de notables avant de compléter sa formation d’avocat en France.

En quoi ce nationalisme-là diffère du nationalisme d’un El Fassi ou d’un Mokhtar Soussi ? Essentiellement par la dimension tiers-mondiste et libératrice. Alors qu’un El Fassi considérait le colonialisme ou le protectorat français comme une sorte de punition divine (pour écart des principes islamiques), les nouveaux nationalistes -qui ne seront plus classés comme tels après l’indépendance- pensent la situation de colonisé comme une alinéation -au sens marxiste- qui paradoxalement, crée une sorte de sens d’appartenance qui trouvera sa forme dans le mouvement des non-alignés. Autant les nationalistes ‘old school’ avaient des opinions variées, autant les nouveaux-jeunes nationalistes formaient un groupe hétéroclite. Cependant, aux deux camps, on peut trouver un point commun : l’origine du nationalisme marocain se trouve dans le constat de l’infériorité du Marocain face à son protecteur\colonisateur Espagnol ou Français.

Mai 1930 représente une date symbolique malheureusement peu évoquée. Il s’agit de l’affaire du fameux ‘Dahir Berbère’.
Rapidement, il s’agissait, pour les autorités de la résidence, de soustraire les populations Berbères des montagnes de la juridiction musulmane (chariaa) et leur créer un statut spécial, qui correspond à une juridiction tribale, locale et encadrée par la fonction de ‘l’officier aux affaires indigènes’. Les nationalistes qui formeront plus tard le parti de l’Istiqlal se sont immédiatement rebellés contre ce Dahir. Curieusement, la révolté n’était pas dirigée contre le sultan (qui a pourtant signé le document), mais contre l’esprit de division entre la population arabe, citadine ou des plaines, et la population amazighe, rurale et montagnarde. En effet, dans l’esprit de la grande majorité des nationalistes marocains de l’époque, le sultan ne pouvait pas abandonner ainsi une partie importante de ses sujets. Le sultan, dans l’imaginaire nationaliste, était une figure impartiale, paternelle et paternaliste, dont on ne discute pas les prérogatives (qu’on ne se donne même pas la peine de définir). Le sultan, lieutenant de Dieu sur terre. Le principal argument anti-dahir consistait en une dénonciation vigoureuse de la tentative (réelle ou supposée) de diviser la oumma marocaine. La résidence, sous la pression des révoltes urbaines, ainsi que des difficultés rencontrées lors de la pacification, dû faire marche arrière.

Nous ne pouvons que recommander aux lecteurs/lectrices de cet article l’excellent ouvrage d’Abdellah Laroui ‘Origines sociales et culturelles du nationalisme marocain’, ouvrage qui saura fournir à celles et à ceux qui cherchent à comprendre le Maroc d’aujourd’hui à la lumière du passé.

Pour revenir à la naissance du mouvement national, le nationalisme marocain ‘moderne’ s’est paradoxalement créé sur une scission. Paradoxe, vraiment ? non, car nous verrons plus loin -ou plus tard- que la caractéristique première du politique (au sens générique) au Maroc est la division, la balkanisation ne date pas d’aujourd’hui, elle est profondément inscrite dans les gènes de la scène politique marocaine. Au commencement donc, les jeunes étudiants de la faculté d’Al Quaraouiyine fondent le Comité d’Action Marocaine (1934) les plus illustres fondateurs et militants sont Mohamed Belhassan El Ouazani, All El Fassi et bien d’autres. Il est à noter que le CAM regroupe des étudiants, fils de bonnes familles, ce qui est compréhensible, dans la mesure où le savoir, comme les autres capitaux symboliques ou réels, a (et l’est toujours quelque part) été l’apanage des couches urbaines favorisées. Cependant, vers 1937, un problème de leadership entre El Fassi et El Ouazani oblige ce dernier à quitter le CAM et à fonder son propre parti. C’est donc en 1937, et non en 1943/1944 que les premières formations politiques marocaines modernes ont vu le jour : au Nord, Mekki Naciri et Abdelkhaleq Torrès fondent respectivement le Parti d’unité Marocaine et le Parti des réformes nationales. dans la zone française, El Fassi crée le Parti National ( qui n’est pas encore l’Istiqlal) et El Ouazani le Mouvement National. Le multipartisme au Maroc trouve donc ses origines dans des conflits de chefs plutôt que dans la diversité des opinions. Pour l’anecdote, le plus ancien parti politique moderne et composé de militants professionnels a été le…le Parti Communiste AU Maroc (et non Marocain, puisqu’essentiellement une ‘joint-venture’ entre les Partis Communiste Français et Espagnol).

En quoi consistait l’activité des nationalistes pré-1953 ? Une activité mineure il faut le dire : présentation de plans de réforme aux autorités du protectorat, petites manifestations dans les universités, réunions dans les ryads pour discuter. Les nationalistes de la première génération avaient le même type d’activité que les philosophes des lumières : discussion, réunion et production d’écrits. Une résistance purement pacifique et intellectuelle, mais qui ne changeait rien à la nature du protectorat.

La Seconde Guerre mondiale changera durablement les choses et fera rentrer le Maroc de plain-pied dans la vraie modernité.